Renaissance (Basement Jaxx : Zephyr)

Chronique : Basement Jaxx : Zephyr
Souvent le succès, même d’estime, fait se perdre en route nombre d’artistes. Basement Jaxx, dont les premiers maxis ont été encensés par les chroniqueurs et les dj’s à la fin des années 90 se sont eux engouffrés dans leur succès et leur discographie en a forcément pâti.

Basement Jaxx : Zephyr

A force de vouloir ratisser trop large, leur musique s’est transformée en une espèce de soupe tout juste bonne à remplir les stades remplis de crétins qui pensent que David Guetta c’est le top du top en musique électronique. A l’occasion de la sortie de leur dernier disque « Scars » en septembre dernier, ils ont annoncé avoir enregistré d’autres titres, moins mainstream, une compilation de paysages sonores selon leurs propres termes. La première écoute de « Zephyr » sera sans conteste pour le fan des premières années une déception. En effet, on ne retrouve pas toute la folie contagieuse et la formidable gaieté qui suintait de chaque morceau des compilations Atlantic Jaxx. Simon Ratcliffe et Felix Buxton s’éloignent un peu des terrains trop balisés de la house putassière et nous proposent leur vision d’une musique électronique apaisée, comme transfigurée. C’est donc bien un véritable retour aux sources que vient d’effectuer le groupe et c’est une bonne nouvelle que de voir qu’ils sont encore capables de nous émouvoir avec leur musique fortement imbibée d’influences latines. En tout cas c’est une bonne nouvelle pour moi car je désespérais de pouvoir aimer à nouveau Basement Jaxx.

Tracklist
01. Intro
02. Peace Of Mind
03. Alkazaar
04. Hip Hip Hooray
05. Walking In The Clouds
06. Where R We Now
07. Dark Vale
08. Check The Fuse
09. Sunrising
10. Ascension

Cela pourrait vous intéresser

Jay-jayjohanson-finally

Vidéo : Jay-Jay Johanson – Finally

Finally est enfin mis en images. Ce titre sensuelo-envoûtant de notre dandy suédois préféré, Jay-Jay Johanson méritait cet écrin en noir et blanc réalisé par Renata Litvinova.
Mézinc © Julien Monnet

Vidéo : Mézinc – Moth

Le mézigue Mézinc, c’est Star Wars a lui tout seul. Il dirige ses synthétiseurs et ses lumières comme on piloterait le Faucon Millénium. Sa musique est une forme d’hyperpropulsion vers un univers aux couleurs changeantes et aux sonorités fascinantes.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.