Renaissance (Basement Jaxx : Zephyr)

Chronique : Basement Jaxx : Zephyr
Souvent le succès, même d’estime, fait se perdre en route nombre d’artistes. Basement Jaxx, dont les premiers maxis ont été encensés par les chroniqueurs et les dj’s à la fin des années 90 se sont eux engouffrés dans leur succès et leur discographie en a forcément pâti.

Basement Jaxx : Zephyr

A force de vouloir ratisser trop large, leur musique s’est transformée en une espèce de soupe tout juste bonne à remplir les stades remplis de crétins qui pensent que David Guetta c’est le top du top en musique électronique. A l’occasion de la sortie de leur dernier disque « Scars » en septembre dernier, ils ont annoncé avoir enregistré d’autres titres, moins mainstream, une compilation de paysages sonores selon leurs propres termes. La première écoute de « Zephyr » sera sans conteste pour le fan des premières années une déception. En effet, on ne retrouve pas toute la folie contagieuse et la formidable gaieté qui suintait de chaque morceau des compilations Atlantic Jaxx. Simon Ratcliffe et Felix Buxton s’éloignent un peu des terrains trop balisés de la house putassière et nous proposent leur vision d’une musique électronique apaisée, comme transfigurée. C’est donc bien un véritable retour aux sources que vient d’effectuer le groupe et c’est une bonne nouvelle que de voir qu’ils sont encore capables de nous émouvoir avec leur musique fortement imbibée d’influences latines. En tout cas c’est une bonne nouvelle pour moi car je désespérais de pouvoir aimer à nouveau Basement Jaxx.

Tracklist
01. Intro
02. Peace Of Mind
03. Alkazaar
04. Hip Hip Hooray
05. Walking In The Clouds
06. Where R We Now
07. Dark Vale
08. Check The Fuse
09. Sunrising
10. Ascension

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.