Catégories
Chroniques d'albums

Marie-Flore – More Than Thirty Seconds If You Please

Marie-flore

Baroudeuse musicale depuis déjà deux ans, cette jolie Française à frange de vingt ans pose enfin sa guitare et sa voix en studio. De ses expériences déjà bien nombreuses (des tournées en Suisse, en Angleterre, au Danemark, des rencontres avec Peter Von Poehl, Mike Noga des Drones ou Isobel Campbell) naît More Than Thirty Seconds If You Please, un mini-album de huit titres aux allures de carnet de voyage.

Marie-Flore

Pas un album mais plutôt une compilation rassemblant en fait des compositions qui s’étalent dans le temps : certaines ont été enregistrées il y a un an dans un même studio en Charente, d’autres étaient déjà présentes sur un premier 45 tours (Empty Walls et Half Past Three), alors que The Soft Divide provient de l’expérience Rare Birds, trio centré sur la jeune chanteuse orchestré par Gregg Foreman (Delta 72, Cat Power) outre-Atlantique.

Ce joyeux patchwork forme pourtant un tout assez cohérent et enchanteur qu’il n’est pas aisé de classer : la demoiselle se plaît dans le flou et le mélange doucereux, prônant l’amour entre les genres musicaux. Bien sûr au premier abord l’alliance guitare-voix féminine convoque les séduisants spectres de Joan Baez, Keren Ann ou Feist. Et effectivement, ne lui en déplaise, ce sont bien des couleurs folk qui dominent son paysage. Mais tout le talent de Marie-Flore réside dans sa capacité à déjouer les étiquetages faciles pour créer son propre hybride, sa chimère musicale.

Elle emprunte alors au folk son frotté de guitare et son amour de la recherche acoustique, à la pop sixties son sens de la mélodie, aux grandes égéries féminines l’art du texte susurré et frise même avec la mélancolie et l’énergie brute d’un rock lancinant.

Certains lui reprocheront alors de ne pas oser choisir son camp, il est vrai que le mélange a cela de facile qu’il prend le meilleur des autres mondes ; mais pour un premier coup de pinceau, le rendu est séduisant, intelligent et donne envie de parier sur son devenir.

Marie–Flore – Trapdoor

Partager cet article
1 réponse sur « Marie-Flore – More Than Thirty Seconds If You Please »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

vidéo : Marie-Flore - M'en veux pas

Vidéo : Marie-Flore – M’en veux pas

“La déception est un sentiment qui ne déçoit jamais.” écrivait François Mauriac. Dans l’album de sa vie, Braquage Marie-Flore raconte les étapes d’une relation. Avec M’en veux pas, elle montre les différents degrés d’investissement en amour et parfois les cruelles désillusions.
Marie-Flore - C'est si bon

C’est si bon, Marie-Flore !

Marie-Flore en concert c’est très très bon. Mais aux Etoiles, elle a chanté un inédit au milieu de son public, une offrande intime que l’on a hâte de retrouver enregistrée sur un disque.
Marie-Flore - Casse toi

Vidéo : Marie-Flore – Casse toi

Marie-Flore, ce sont des mots, que certains trouvent crus sans doute parce qu’on les a peu entendus dans la chanson en français. Ce sont surtout des maux, des maux durs, âpres, sauvages et voraces.
Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

5 questions à … Marie-Flore

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Marie-Flore à J moins 4 de la sortie de Braquage, brûlot torride, tison expiatoire et libérateur. Cela fait trois mois que…
Marie-Flore - Presqu'île

Vidéo : Marie-Flore – Presqu’île

On vous le certifie, Braquage de Marie-Flore va ridiculiser La casa del papel le 18 octobre. Assurément le casse de 2019 avec un disque fiévreux, brûlant, torride.

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.