Catégories
Chroniques d'albums

Marie-Flore – More Than Thirty Seconds If You Please

Marie-flore

Baroudeuse musicale depuis déjà deux ans, cette jolie Française à frange de vingt ans pose enfin sa guitare et sa voix en studio. De ses expériences déjà bien nombreuses (des tournées en Suisse, en Angleterre, au Danemark, des rencontres avec Peter Von Poehl, Mike Noga des Drones ou Isobel Campbell) naît More Than Thirty Seconds If You Please, un mini-album de huit titres aux allures de carnet de voyage.

Marie-Flore

Pas un album mais plutôt une compilation rassemblant en fait des compositions qui s’étalent dans le temps : certaines ont été enregistrées il y a un an dans un même studio en Charente, d’autres étaient déjà présentes sur un premier 45 tours (Empty Walls et Half Past Three), alors que The Soft Divide provient de l’expérience Rare Birds, trio centré sur la jeune chanteuse orchestré par Gregg Foreman (Delta 72, Cat Power) outre-Atlantique.

Ce joyeux patchwork forme pourtant un tout assez cohérent et enchanteur qu’il n’est pas aisé de classer : la demoiselle se plaît dans le flou et le mélange doucereux, prônant l’amour entre les genres musicaux. Bien sûr au premier abord l’alliance guitare-voix féminine convoque les séduisants spectres de Joan Baez, Keren Ann ou Feist. Et effectivement, ne lui en déplaise, ce sont bien des couleurs folk qui dominent son paysage. Mais tout le talent de Marie-Flore réside dans sa capacité à déjouer les étiquetages faciles pour créer son propre hybride, sa chimère musicale.

Elle emprunte alors au folk son frotté de guitare et son amour de la recherche acoustique, à la pop sixties son sens de la mélodie, aux grandes égéries féminines l’art du texte susurré et frise même avec la mélancolie et l’énergie brute d’un rock lancinant.

Certains lui reprocheront alors de ne pas oser choisir son camp, il est vrai que le mélange a cela de facile qu’il prend le meilleur des autres mondes ; mais pour un premier coup de pinceau, le rendu est séduisant, intelligent et donne envie de parier sur son devenir.

Marie–Flore – Trapdoor

Partager cet article
1 réponse sur « Marie-Flore – More Than Thirty Seconds If You Please »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Marie-Flore - C'est si bon

C’est si bon, Marie-Flore !

Marie-Flore en concert c’est très très bon. Mais aux Etoiles, elle a chanté un inédit au milieu de son public, une offrande intime que l’on a hâte de retrouver enregistrée sur un disque.
Marie-Flore - Casse toi

Vidéo : Marie-Flore – Casse toi

Marie-Flore, ce sont des mots, que certains trouvent crus sans doute parce qu’on les a peu entendus dans la chanson en français. Ce sont surtout des maux, des maux durs, âpres, sauvages et voraces.
Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

5 questions à … Marie-Flore

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Marie-Flore à J moins 4 de la sortie de Braquage, brûlot torride, tison expiatoire et libérateur. Cela fait trois mois que…
Marie-Flore - Presqu'île

Vidéo : Marie-Flore – Presqu’île

On vous le certifie, Braquage de Marie-Flore va ridiculiser La casa del papel le 18 octobre. Assurément le casse de 2019 avec un disque fiévreux, brûlant, torride.
Marie-Flore - Tout ou Rien

Marie-Flore, encore !

Cela sera un des albums de la rentrée, on vous l’assure, Marie-Flore va braquer vos corps et vos cœurs avec un album en français qui prolonge son EP Passage digitale. Ce disque s’annonce personnel, sensuel, tensionnel, bref, sensationnel ! Tout ou rien, le deuxième extrait est une danse sauvage de sentiments violents arrangé par OMOH,…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…