Catégories
Inclassables

L’odyssée d’Holly

© Edwin Halter

Vous en avez assez des chanteurs con(finé)s filmés à la webcam ? Ne ratez pas, One night with Holly Woodlawn la performance musicale incroyable de Pierre Maillet, Howard Hugues, Billy Jet Pilot, Luca Fiorello et Thomas Nicolle.

One night with Holly Woodlawn est un spectacle total qui évoque la célèbre Holly, égérie trans d’Andy Warhol que l’on croise dans le premier couplet de Walk on the wild side de Lou Reed. Ni cabaret, ni théâtre, ni music-hall, ni stand-up, on est happé par ce personnage hors norme, par sa liberté, son courage, sa force. Pierre Maillet est littéralement Holly Woodlawn, il se métamorphose en musique tout au long du spectacle et l’on est transporté dans le New York de la Factory, sur le tournage de Trash de Paul Morrissey. S’inspirant de son autobiographie A low life in high heels, Pierre Maillet nous fait vivre la véritable Odyssée d’Holly mais aussi son cheminement personnel et le public est partie prenante. Il précise :

« Premier travesti superstar de l’histoire avec Jackie Curtis et Candy Darling (disparues assez vite) grâce à Andy Warhol, Holly Woodlawn a un parcours absolument remarquable tant comme personnalité transgenre que comme artiste.
Disparue il y a tout juste un an à l’âge de 69 ans, elle était la dernière vaillante survivante des marginaux superstars de la Factory. A la fois actrice, chanteuse, mannequin, showgirl et performeuse, son histoire racontée dans son autobiographie inédite en France est passionnante par bien des aspects…

Une vie simple sur de hauts talons est évidemment tout sauf simple, mais la personnalité volubile, généreuse et par dessus tout le ton, l’humour et la nonchalance dont elle fait preuve en racontant ses « histoires » (qui ne sont peut-être après tout que des histoires) font de ce témoignage une ode vivante et vivifiante à la différence, et à une vie qui vaut le coup d’être vécue, quoiqu’il en coûte.

arton166-05595

J’ai imaginé ce spectacle performance comme un hommage aux cabarets transformistes dont Holly a été l’une des plus brillantes représentantes. Ces cabarets à la fois surannés et avant-gardistes, à mi-chemin entre le stand-up à la Lenny Bruce et le pur music-hall, un endroit d’expression ludique mais où l’affirmation de soi se fait sans filet.

Une façon d’être politique par le simple fait d’exister. Un spectacle libre, qui peut aussi bien se jouer dans des théâtres que dans des boîtes de nuit, des bars, des halls, des lieux alternatifs, des musées pourquoi pas…

Et en guise de conclusion ouverte, quelques mots de Holly Woodlawn en personne répondant à un journaliste en 2003 sur ce qu’elle allait faire dans son nouveau spectacle :
Je vais totalement me ridiculiser. Je vais faire des putains de chansons que personne n’a jamais entendu dans sa vie. Comme « Princess Poopooly Has Plenty Papayas. » Oui, je vais vous faire faire le tour du monde. Ce sera Marlene, Barbra, Bette, Beulah, Mona, Lola et Falana ! Et Holly. Toutes les filles quoi… »

Portrait Holly Woodlawn – One night with Holly Woodlawn

Lou Reed – Walk on the wild side (Original Footage 1973)

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Inclassables

edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Pierre Vassiliu

En vadrouille avec Pierre Vassiliu

Les anges ont été cruels avec Pierre Vassiliu. Un titre, Qui c’est celui-là ? adaptation en français du titre Partido alto de Chico Buarque, numéro un en 1973 éclipsera une carrière riche en expérimentations sonores, en voyages musicaux, en rencontres amicales.
Chassol

Chassol chasseur de sons

Comment fêter la musique ? En regardant et en écoutant les divagations musicales de Chassol avec son Big Sun qu’il vient de mettre en ligne en intégralité.
sebastien_berlendis_soul_kitchen

L’ode à la vie de Sébastien Berlendis

Nous entamons une nouvelle série d’articles où nous demandons à des écrivains de partager leurs goûts musicaux à travers dix disques ou chansons qui les ont particulièrement marqués, les liens qu’ils tissent entre la musique et l’écriture, et enfin d’évoquer un thème récurrent de leur oeuvre pour mieux entrer dans leur univers.

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.
Screaming Trees

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

Avantgardedog des Eleven a fêté ses vingt ans il y a quelques jours. Avant quoi ? Eleven qui ? Derrière ce nom se cachent Alain Johannes et feu Natasha Schneider, un couple américain qui, à défaut d’être aimé parle le grand public, éclaira les plus grands et aimante encore aujourd’hui notre attention.