L’odyssée d’Holly

One night with Holly Woodlawn ® Edwin Halter© Edwin Halter
Guimauve - 11/04/2020

Vous en avez assez des chanteurs con(finé)s filmés à la webcam ? Ne ratez pas, One night with Holly Woodlawn la performance musicale incroyable de Pierre Maillet, Howard Hugues, Billy Jet Pilot, Luca Fiorello et Thomas Nicolle.

One night with Holly Woodlawn est un spectacle total qui évoque la célèbre Holly, égérie trans d’Andy Warhol que l’on croise dans le premier couplet de Walk on the wild side de Lou Reed. Ni cabaret, ni théâtre, ni music-hall, ni stand-up, on est happé par ce personnage hors norme, par sa liberté, son courage, sa force. Pierre Maillet est littéralement Holly Woodlawn, il se métamorphose en musique tout au long du spectacle et l’on est transporté dans le New York de la Factory, sur le tournage de Trash de Paul Morrissey. S’inspirant de son autobiographie A low life in high heels, Pierre Maillet nous fait vivre la véritable Odyssée d’Holly mais aussi son cheminement personnel et le public est partie prenante. Il précise :

« Premier travesti superstar de l’histoire avec Jackie Curtis et Candy Darling (disparues assez vite) grâce à Andy Warhol, Holly Woodlawn a un parcours absolument remarquable tant comme personnalité transgenre que comme artiste.
Disparue il y a tout juste un an à l’âge de 69 ans, elle était la dernière vaillante survivante des marginaux superstars de la Factory. A la fois actrice, chanteuse, mannequin, showgirl et performeuse, son histoire racontée dans son autobiographie inédite en France est passionnante par bien des aspects…

Une vie simple sur de hauts talons est évidemment tout sauf simple, mais la personnalité volubile, généreuse et par dessus tout le ton, l’humour et la nonchalance dont elle fait preuve en racontant ses « histoires » (qui ne sont peut-être après tout que des histoires) font de ce témoignage une ode vivante et vivifiante à la différence, et à une vie qui vaut le coup d’être vécue, quoiqu’il en coûte.

arton166-05595

J’ai imaginé ce spectacle performance comme un hommage aux cabarets transformistes dont Holly a été l’une des plus brillantes représentantes. Ces cabarets à la fois surannés et avant-gardistes, à mi-chemin entre le stand-up à la Lenny Bruce et le pur music-hall, un endroit d’expression ludique mais où l’affirmation de soi se fait sans filet.

Une façon d’être politique par le simple fait d’exister. Un spectacle libre, qui peut aussi bien se jouer dans des théâtres que dans des boîtes de nuit, des bars, des halls, des lieux alternatifs, des musées pourquoi pas…

Et en guise de conclusion ouverte, quelques mots de Holly Woodlawn en personne répondant à un journaliste en 2003 sur ce qu’elle allait faire dans son nouveau spectacle :
Je vais totalement me ridiculiser. Je vais faire des putains de chansons que personne n’a jamais entendu dans sa vie. Comme « Princess Poopooly Has Plenty Papayas. » Oui, je vais vous faire faire le tour du monde. Ce sera Marlene, Barbra, Bette, Beulah, Mona, Lola et Falana ! Et Holly. Toutes les filles quoi… »


Portrait Holly Woodlawn – One night with Holly Woodlawn

Lou Reed – Walk on the wild side (Original Footage 1973)

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Inclassables

Gontard! – La saison des grands froids

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

Avantgardedog des Eleven a fêté ses vingt ans il y a quelques jours. Avant quoi ? Eleven qui ? Derrière ce nom se cachent Alain Johannes et feu Natasha Schneider, un couple américain qui, à défaut d’être aimé parle le grand public, éclaira les plus grands et aimante encore aujourd’hui notre attention.

14 minutes de poésie et plus !

14 minutes de poésie et plus !

Il y a des chansons qui surgissent sur la toile par miracle et l’on se rend compte que c’est exactement ce que l’on voulait écouter ce jour-là. Qu’il y a des fils invisibles et aléatoires qui se tissent dans nos cerveaux, revoir un jour Walter, retour en résistance, apprendre la mort d’un autre résistant à…

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit…

Brelan d’As !

Brelan d’As !

Ils sont trois amis, Jason Lytle (Grandaddy), Kyle Field (Little Wings) et Kramies. Ils se retrouvent régulièrement pour jouer ensemble et parfois en public. Un bonheur simple, trois voix qui se passent le témoin pour mieux nous caresser et nous émouvoir.

Mais à quoi rêver alors ?

Mais à quoi rêver alors ?

Mais à quoi rêver alors ? A quoi rêver alors, lorsque ne restent que la nuit, et Beaubourg derrière nous ? A quoi rêver alors lorsque l’Hôtel de Ville n’est plus qu’une masse silencieuse, et La Seine, une amante paresseuse pour quelques quais immobiles ? Oui, à quoi rêver ?

Blondino – Et puis battra son cœur.

Blondino – Et puis battra son cœur.

Et pourtant, il aurait peut-être fallu du silence. Un peu plus, au moins. Ou parler de tout, ou parler de rien… Pourtant, pour cette chronique, j’en avais imaginé des questions. J’en ai imaginé des débuts et des fins. J’en ai même écrit. Beaucoup. C’était même assez bien cadré. Peut-être même joli. Alors j’ai tout jeté.…

Clara Luciani – Une certaine idée de la page blanche

Clara Luciani – Une certaine idée de la page blanche

Pourtant, il n’y aurait rien à écrire, Clara Luciani est quasiment une page blanche. Il y a quelques jours, par message, un copain m’a envoyé ces mots. Une page blanche. La formule est directe. Il a probablement raison.

Fishbach – La vie dans le mille

Fishbach – La vie dans le mille

Il est des évidences comme il est des histoires d’équilibristes, de solistes pyromanes, de grands brûlés. Les écorchés, et leurs sublimes flammes. Fishbach est sûrement tout ça. La beauté d’un sourire triste. Une élégance tragique. Une pasionaria dénudée, et la grâce d’un cœur encombrant.

Pierre Théobald, le garçon qui ne pleurait pas

Pierre Théobald, le garçon qui ne pleurait pas

Pierre Théobald est dans les starting-blocks. Dans quelques jours, les éditions JC Lattès vont publier Boys, son premier livre de fiction. De fiction, il en est forcément question… Mais la réalité se faufile dans des clairs-obscurs des péripéties de ses héros.

Martin Luminet – Bruit rose sur canapé bleu

Martin Luminet – Bruit rose sur canapé bleu

Un message et quelques mots. 19h22, je préviens Martin. «Suis dans la salle. Pantalon beige, pull vert. Blouson en faux cuir blanc. Voilà, tu sais tout.» Ce que l’on savait alors surtout, c’est que de faux, dans cette soirée, il n’y aurait sûrement que ça, le synthétique de mon blouson clair. Une soirée entre garçons…

Juliette Armanet – Pour de vrai…

Juliette Armanet – Pour de vrai…

Juliette, Cette chronique, j’ai longtemps hésité à l’écrire. Mes textes à moi, Juliette, parlent de Castafiore en noir et blanc, de Buster Keaton en couleur, des amours comme des montées d’échafaud. Ils parlent de travellings arrière, que l’on aurait envie de faire en marche avant. Ils parlent de sonneries de récré, de chemins de vacances…