Indéboulonnable Fiona

I won't shut up chante Fiona Apple sur Under the table, message sublime subliminale à Macron, Trump et au pitre planqué genevois kosovare ? On l'ignore mais Fetch The Bolt Cutters envoie une pluie de boulons sur les cons en tous genres, c'est une vraie bombe (pas une petite grenade) musicale, tribale, viscérale : inclassable.

Non mais t’as déjà vu ça? En pleine guerre contre le Corona ? Elle chante et puis crac, un bourre-pif ! Elle est complètement folle cette nana. Mais moi, les dingues, je les soigne. Je vais lui faire une ordonnance et une sévère…

Ecouter Fetch The Bolt Cutters matin, midi et soir. Vous pouvez dépasser la dose prescrite si vous avez besoin d’un peu plus de liberté, d’affranchissement, d’audace, de fougue, de générosité, d’impétuosité, réécoutez le encore une fois en mode aléatoire.

Fetch The Bolt Cutters s’ouvre une ballade déchirante au piano I Want You To Love Me chantée en concert depuis longtemps qui vire rapidement au cri primal à la Yoko ou Janis : « I am the woman who wants you to win, and I’ve been waiting, waiting for you to love me, you, Yoooouuuuuu. » Fetch The Bolt Cutters est un rugissement tumultueux, une épopée libérée des contraintes de formats, un abandon sincère et thérapeutique dans un monde abandonné. Rock, rap, cabaret, punk, spirituals, chanson, blues, chant de griot, marching band, Fiona funambulise avec sa chorale de chiens. Elle balance sur Relay, “I resent you for presenting your life like a fucking propaganda brochure.” ou est drolatique sur Ladies, « take it easy, when he leaves me, please be my guest to whatever I mighta left in his kitchen cupboards, in the back of his bathroom cabinets » ou encore grave et percutante sur For Her, « good morning, you raped me in the same bed your daughter was born in ».

On ressort de ce disque essoré, comme après un passage dans le tambour d’une machine à laver, c’est déstabilisant mais diablement jouissif. Ni pythie prophétique, ni protest singer, Fiona Apple parle d’elle, de ses sentiments, et donc de nous et des nôtres, signes souvent des très grands disques.

Fiona Apple – Under The Table

Fiona Apple – Ladies

Fiona Apple – For Her

Fiona Apple - Fetch The Bolt Cutters

Fiona Apple - Fetch The Bolt Cutters

Tracklist : Fiona Apple - Fetch The Bolt Cutters
  1. I Want You To Love Me
  2. Shameika
  3. Fetch The Bolt Cutters
  4. Under The Table
  5. Relay
  6. Rack Of His
  7. Newspaper
  8. Ladies
  9. Heavy Balloon
  10. Cosmonauts
  11. For Her
  12. Drumset
  13. On I Go

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

clip : Fiona Apple - Every Single Night

clip : Fiona Apple – Every Single Night

Il aura fallu attendre longtemps pour ce nouvel album de Fiona Apple qui sortira le 18 Juin. Plus de cinq ans avant d’avoir droit à « The Idler Wheel is wiser than the Driver of the Screw and Whipping Cords will serve you more than Ropes will ever do », que l’on connaitra dans la discographie de […]

Plus dans News

Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Jeanfelzine-cettefemmeestunmystre

Le Roy Jean

« Ne dépouillez pas la femme de son mystère » écrivait Friedrich Nietzsche. C’est souvent elle qui pourtant nous dépouille de nos certitudes et de nos illusions. Jean Felzine adapte magistralement en français le She’s a Mystery to Me chanté par Roy Orbison paru en 1989 sur son album posthume.
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.