Dancing King !

Nick Cave - Cosmic Dancer
Guimauve - 07/05/2020

Il y a des chansons ‘madeleine’ et sans doute Cosmic Dancer de T. Rex en fait partie. Mais quand c’est Nick Cave qui s’y colle surtout en ce moment cela revêt une autre dimension, from the womb to the tomb, d’autant que l’initiateur de ce projet d’hommage à Marc Bolan, le producteur Hal Willner est décédé du COVID19 récemment à 64 ans.

Pour beaucoup, ce danseur cosmique est lié à jamais aux sauts du débutant Jamie Bell au début de Billy Elliot et ce n’est pas grave. Il faut toujours une porte d’entrée pour l’univers d’un artiste hors norme qui a eu la malchance de rencontrer à 29 ans un arbre avec sa mini 1275 GT un mois pile après la mort du King. Ce n’est sans doute pas un hasard si Nick Cave a choisi ce titre au final assez sombre partageant comme beaucoup « la peur, la crainte qui demeure chez un homme ».

Ce ‘tribute album’ aux artistes bigarrés et prestigieux peut être aussi le passage de l’autre côté du miroir avant l’intronisation prochaine de Marc Bolan au Rock & Roll Hall of Fame. Le titre du disque est emprunté à l’incipit du célébrissime poème prophétique d’Allen Ginsberg, Howl à écouter ici :

« I saw the best minds of my generation destroyed by madness, starving hysterical naked,
dragging themselves through the negro streets at dawn looking for an angry fix,
angelheaded hipsters burning for the ancient heavenly connection to the starry dynamo in the machinery of night […] »

Ce projet tenait à cœur à Hal Willner, « je me suis immergé dans cet artiste en écoutant tout, en discutant avec des experts et des fans de Bolan, en faisant des recherches sur ses critiques et ses interviews. Et j’ai découvert que Bolan n’était presque jamais considéré comme un « compositeur ». Il s’agissait toujours de savoir à quel point il était un grand rockeur, à quel point il était novateur, comment David Bowie prenait sa substance et Bolan était dans son ombre. Mais je l’ai mis dans le même panthéon que les autres compositeurs que j’ai explorés. Ainsi, le concept de l’album veut montrer Bolan en tant que compositeur avec des artistes de différents univers rarement rassemblés. »

AngelHeaded Hipster : The Songs of Marc Bolan and T. Rex contient 26 titres avec entre autre Joan Jett, Devendra Banhart, Peaches, Nena, Marc Almond, Todd Rundgren, Perry Farrell, Julian et Sean Lennon ou encore Donald Fagen, Mike Garson et Wayne Kramer. Le disque est en précommande et sort le 4 septembre chez BMG.

Nick Cave – Cosmic Dancer

Billy Elliot – First scene (Cosmic Dancer – T. Rex)

I was dancing when I was twelve
I was dancing when I was twelve
I was dancing when I was out
I was dancing when I was out

I danced myself right out the womb
I danced myself right out the womb
Is it strange to dance so soon?
I danced myself right out the womb

I was dancing when I was eight
I was dancing when I was eight
Is it strange to dance so late?
Is it strange to dance so late?

I danced myself into the tomb
I danced myself into the tomb
Is it strange to dance so soon?
I danced myself into the tomb

Is it wrong to understand
The fear that dwells inside a man?
What’s it like to be alone
I liken it to a balloon

I danced myself out of the womb
I danced myself out of the womb
Is it strange to dance so soon?
I danced myself into the tomb

hipster_-480x487

Tracklist : AngelHeaded Hipster - The songs of Marc Bolan & T. Rex
  1. Children of the Revolution — Kesha
  2. Cosmic Dancer” — Nick Cave
  3. Jeepster — Joan Jett
  4. Scenescof — Devendra Banhart
  5. Life’s a Gas — Lucinda Williams
  6. Solid Gold Easy Action — Peaches
  7. Dawn Storm — BØRN
  8. Hippy Gumbo — Beth Orton
  9. I Love to Boogie — King Khan
  10. Beltane Walk — Gaby Moreno
  11. Bang a Gong (Get It On) — U2 featuring Elton John
  12. Diamond Meadows — John Cameron Mitchell
  13. Ballrooms of Mars — Emily Haines
  14. Main Man – Father John Misty
  15. Rock On – Perry Farrell
  16. The Street and Babe Shadow – Elysian Fields
  17. The Leopards – Gavin Friday
  18. Metal Guru – Nena
  19. Teenage Dream – Marc Almond
  20. Organ Blues – Helga Davis
  21. Planet Queen – Todd Rundgren
  22. Great Horse – Jessie Harris
  23. Mambo Sun – Sean Lennon and Charlotte Kemp Muhl
  24. Pilgrim’s Tale – Victoria Williams with Julian Lennon
  25. Bang A Gong (Get It On) Reprise – David Johansen
  26. She Was Born To Be My Unicorn / Ride A White Swan – Maria McKee

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

Chevalrex souverain

Chevalrex souverain

Retour providentiel pour Chevalrex avec le premier extrait de son quatrième album, Providence à paraître en janvier 2021 chez Vietnam / Because Music.

Quand Harry rencontre les Dead Famous People

Quand Harry rencontre les Dead Famous People

Quelqu’un qui a chanté avec Saint Etienne et avec les Chills ne peut pas écrire de mauvaises chansons… Donna Savage ressuscite ses Dead Famous People et lâche Goddess Of Chill avant de publier Harry à la rentrée chez Fire Records.

Bleu comme Mould

Bleu comme Mould

Bob Mould n’est pas content. D’ailleurs, a-t-il déjà été heureux ? L’ex –Hüsker Dü reviendra à la rentrée avec son quatorzième disque. Et il n’est vraiment pas content.

[EXCLU] Thousand – Jeune femme à l’ibis

[EXCLU] Thousand – Jeune femme à l’ibis

Deux ans après Le Tunnel Végétal, Thousand (aka Stéphane Milochevitch) remet les gaz et nous embarque pour un nouveau voyage. SK* vous présente en exclusivité le clip de Jeune femme à l’ibis, dernier extrait d’Au Paradis avant sa sortie le 5 juin 2020. Après le tableau de Degas, le cas Thousand est à étudier de…

Au paradis avec les Throwing Muses !

Au paradis avec les Throwing Muses !

Avant de revenir le 4 septembre 2020 avec David Narcizo et Bernard Georges pour la sortie de Sun Racket, Kristin Hersh ressort (en vinyle) Purgatory/Paradise l’unique disque des Throwing Muses des années 2010.

Là haut avec Manopolo

Là haut avec Manopolo

2 juin 2020. La France se dé-confine en douceur et est friande de bonnes nouvelles. Et si l’annonce de la sortie de Billie, le premier EP de Manopolo était la meilleure nouvelle de l’année ?

Brother Ray !

Brother Ray !

Il y a des voix que l’on aime retrouver et celle particulière de Ray LaMontagne en fait partie depuis le premier Trouble jusqu’à ce Monovision à paraître le 26 juin chez RCA Records.

Quand t’es dans le désert (avec Josh Homme)

Quand t’es dans le désert (avec Josh Homme)

Revenu avec un casting de luxe pour ses nouvelles Desert Sessions (Billy Gibbons de ZZ Top, Les Claypool des Primus, Mike Kerr de Royal Blood, Carla Azar, Stella Mozgawa des Warpaint, Matt Berry, Jake Shears des Scissor Sisters et Matt Sweeney) l’automne dernier, Josh Homme est de retour en cette fin dé-confinée de printemps avec…

Brillants Fast Friends

Brillants Fast Friends

Les Fast Friends avaient déjà une classe folle avec Unknown Homes, leur premier EP, paru en 2018. Avant de jouer dans la cour des grands avec Domestic Eyes, leur premier album qui paraîtra le 9 octobre 2020 chez Les Disques Pavillon, ils reviennent avec le single Hard Sunshine.

Prendre la tangente avec Meridian Brothers

Prendre la tangente avec Meridian Brothers

Point de frères chez Meridian Brothers, le bébé du producteur colombien Eblis Alvarez qui électrise la Cumbia. En 2017, il s’était assagi avec l’acoustique ¿Dónde estás María?, le bogotanais revient en force avec un nouveau disque, Cumbia Siglo XXI.

Le succès annoncé des Protomartyr

Le succès annoncé des Protomartyr

Originaires de Detroit comme les White Stripes, les Protomartyr font beaucoup de bruit depuis 2012 et la parution de leur premier album, le bien nommé No Passion All Technique. Ils seront de retour cet été avec Ultimate Success Today, un disque coup de poing (dans la gueule).

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Pendant que Lyon était capitale du rock entre 1978 et 1983, la « new wave enragée d’Oran » déferlait sur la fosse aux ours et la place du pont. La Guillotière était l’épicentre de secousses musicales passionnantes que l’on retrouve dans cette Maghreb K7 Club (Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997) sorti sur l’excellent label Genevois Bongo…

Power to Liela Moss !

Power to Liela Moss !

C’est toujours le silence radio chez les Duke Spirit. Mais en contrepartie, Liela Moss revient avec le successeur de My Name Is Safe In Your Mouth. Et ça c’est une très bonne nouvelle.

Au feu !

Au feu !

Pendant que l’après ressemble furieusement à l’avant, en pire, Nerlov propose une solution avec Si On Brûlait Tout, nouvel extrait de son récent EP, Je vous aime tous.

Over the dream !

Over the dream !

Encore un bourre-pif en pleine guerre de la COVID. Jeff Rosenstock nous en colle une sévère avec une divine surprise, un nouvel album, NO DREAM à se procurer d’urgence.

Le testament à l’anglaise de Jason  Molina

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.

En lévitation

En lévitation

Sommes-nous toujours des connards ? En tout cas sûrement ceux qui continuent d’ignorer Jeff Martin et Idaho. Heureusement Talitres réédite Levitate paru en 2001 avec 1000 exemplaires en vinyle le 17 Juillet 2020.

La diagonale du fou

La diagonale du fou

Encore un retour cette semaine avec un titre très personnel de Matt Berninger, Serpentine Prison sans The National.

Pris dans les phares

Pris dans les phares

Il y a des retours qui font du bien. Après Elvis Perkins, revoilà notre irlandais préféré James Vincent McMorrow sans nouvelles depuis deux ans avec un nouveau titre, Headlights.