La Maison Tellier est de retour en cette fin du mois de janvier 2016 pour son cinquième album. Et le changement, c’est maintenant. Accompagnée du dompteur Yann Arnaud, La Maison Tellier a lâché les fauves. A l’écoute d’Avalanche, l’auditeur retrouvera les fondations solides de cette Maison. Mais le décor a changé. L’ouragan Arnaud est passé par là et a bouleversé l’ordre établi. C’est donc dans une nouvelle architecture que les textes d’Helmut Tellier s’épanouissent. Tout comme l’auditeur.

Quelle est la genèse de ce disque ? Comment est-il né ?

Raoul Tellier : Il a nécessité un travail d’un an. Les choses ont débuté à la fin de l’été 2014. Avec Helmut, nous sommes partis dans le Cantal une semaine. Puis nous sommes repartis au mois de mars au Maroc. A trois cette fois-ci, Helmut, Alexandre notre batteur et moi. Nous y sommes restés une semaine le temps de peaufiner certains morceaux et d’écrire ce qu’ils manquaient pour faire un album. En juillet, nous avons travaillé avec Yann Arnaud. Nous avons fait une première session studio où nous avons posé les bases des chansons. En septembre, nous avons terminé le disque dans un studio de Montreuil. Nous avons fait de petits ajouts et les voix. Voilà, ce disque a nécessité un an de travail.

Comment avez-vous rencontré Yann Arnaud ? C’est la première fois, je crois, que vous avez travaillé avec quelqu’un d’extérieur ?

Raoul Tellier : Non. Les trois premiers disques ont été réalisé avec quelqu’un qui avait beaucoup d’idées, mais pas forcément les moyens pour les réaliser. Mais attention c’était très cool et il nous a mis le pied à l’étrier.
Là, on pensait retravailler avec Antoine Gaillet qui a mixé Beauté pour Tous et notre live Beauté Partout, mais désormais il est très demandé. Le label nous a alors donné une liste de noms. Quand j’ai vu le nom de Yann Arnaud, j’ai dit : c’est lui qu’il nous faut. Il est venu vers nous avec sa vision mais sans nous l’imposer. Il nous a éclairé, chahuté un peu. Disons qu’il nous a sorti de notre modus operandi habituel. Tout en y mettant des gardes-fous.

Et pourquoi ce titre Avalanche ?

Raoul Tellier : A cause de la chanson J’ai rêvé d’avalanche. On a longtemps appelé cette chanson Avalanche. Entre nous, on se fixe des contraintes débiles. Le titre de l’album, cette fois ci, ça devait être un morceau de titre de chanson, mais pas le titre complet. Et puis maintenant, cela fait sens. Sur Beauté pour tous, il y avait un coté slogan. On se bat pour que tout le monde en ait un petit peu. Sur Avalanche, on parle plus de nous.

Et comment s’est déroulé l’enregistrement avec Yann ?

Raoul Tellier : Très très bien. C’est une très belle rencontre. Comme on dit : c’est un chic type! J’ai adoré travailler avec lui.

Vous semblez vous libérer sur ce disque. La Maison Tellier devient hors de contrôle ?

Raoul Tellier : Yann y est a contribué… Il a fait tomber des barrières. On a lâché les fauves. Les textes d’Helmut. sont plus personnels.

Yann y est a contribué… Il a fait tomber des barrières. On a lâché les fauves.

Comme ?

Raoul Tellier : On a eu des envies de rock’n’roll, de solos. Yann nous a un peu tempérés tout en mettant vraiment en scène les moments où l’on pouvait se lâcher. Nous avions aussi encore quelques envies d’orchestrations baroques, sûrement trop riches, comme par le passé. Il a allégé pas mal de choses. Il m’a poussé dans mes retranchements. Il n’est pas musicien, enfin il joue un peu mais surtout il sait très bien indiquer les directions. Cela m’a pas mal décomplexé. Il a réussi à mettre en avant chacune de nos couleurs musicales. D’habitude, je me cache un peu derrière les autres. Sur les solos, il m’a dit: » Vas y, c’est ton moment. T’es là. » Il a aussi mis les cuivres en avant au moment où il le fallait. Nous avons également changé un peu notre écriture. Nous sommes un peu plus rock, moins compliqués. On a regardé du coté des The Black Keys, de H-Burns.

Et la pochette ?

Raoul Tellier : Comme pour les précédentes, c’est Jean Look de chez Phantom, des copains qui ont une boite de graphisme, qui a fait le boulot. Il y avait cette photo d’Helmut. Il nous a fait une proposition qui nous a plu. Nous ne savions pas trop ce que nous voulions. Nous sommes plus sonores que visuels. Et puis toutes les contraintes liées à Internet me dépassent. Il faut que ta pochette soit de telle couleur sinon on ne la voit pas sur le net… Bref, laissons faire ceux qui savent.

Vous aviez des modèles pour ce cinquième disque ?

Raoul Tellier : Moi, toujours. Je pars toujours d’un point d’ancrage, ça change selon les chansons, et après je navigue plus ou moins loin de cette ancre. Là je suis parti des The Black Keys, de Radiohead, de Syd Matters, de Nick Cave… Pour le coté francophone, l’influence de Gérard Manset sur Helmut se fait de plus en plus évidente. On n’essaye plus de le cacher.
Nous avons procédé de plusieurs manières pour mettre tout cela en place. La première session d’Avalanche a eu lieu aux studios de La Frette. Une grande maison du début du vingtième siècle qui te permet d’enregistrer où tu veux. Même dans les escaliers! On voulait faire un truc live. Un peu comme les Fleet Foxes ou Radiohead pour From The Basement. On voulait quelque chose de léché mais de direct. Un album, c’est un peu comme un instantané. L’illustration la plus flagrante, c’est que nous sortons de résidence (pour préparer la tournée qui commence la semaine prochaine), et certaines chansons ont déjà une autre forme. Il y a des choses nouvelles. Tout bouge. Jusqu’à un point d’équilibre, qu’on atteindra… en cours de tournée, j’espère !

Il y a des chansons inabouties ?

Raoul Tellier : Oui. Deux. Enfin, elles ne sont pas inabouties, mais ne figurent pas sur l’album. Nous avions 13 chansons et nous en avons gardées 11. C’était notre cahier des charges. Il y a donc deux inédits qui dorment. On ne sait pas ce qu’on en fera. Il y a deux ou trois autres qui sont encore des maquettes et qui n’ont pas passé le stade du studio. Recalées par Yann. C’était pareil pour Beauté pour Tous, il y avait 3 ou 4 chansons qui n’ont pas abouti. Haut Bas Fragile en fait partie, d’ailleurs. Comme quoi, rien ne se perd, on ne sait jamais ce qu’il peut advenir d’une chanson recalée.

Nous ne sommes jamais complètement à l’aise avec les choses gaies, un peu comme une poule qui trouverait un couteau.

Quelle est l’histoire de Beautiful Again ? C’est ma chanson préférée…

Raoul Tellier : Ah! Cool! Le plan de départ était d’avoir un mélange entre un Bruce Springsteen joyeux et un coté H-Burns (Night moves). On voulait quelque chose de guilleret. Enfin nous ne sommes jamais complètement à l’aise avec les choses gaies, un peu comme une poule qui trouverait un couteau. Nous sommes plus à l’aise avec des choses un peu mélancoliques. Mais je pense qu’on s’en est bien sorti avec celle là. On voulait vraiment qu’elle reste une chanson « simple ». Trois accords, un refrain, un mini pont, peu d’arrangements, basta. Pour le texte, disons qu’il évoque des choses tristement joyeuses. Il évoque le fait que c’est cool d’avoir des gens dans ton entourage pour partager des bons moments et des choses simples, ou t’épauler quand ça va moins bien. Bref c’est la vie à la sauce Tellier. Parmi toutes les chansons d’Avalanche, c’est celle qui me rappelle le plus le Maroc, la maison où nous avons résidé pour composer. Elle se situe tout au bord de la mer, à Essaouira. Ce morceau me rappelle l’odeur de la mer dans le salon, où j’ai passé des heures à chercher ce que je pourrais bien jouer avec ma guitare sur le refrain…

La Maison Tellier – Amazone

[divider]Top 10[/divider]

1) Ton disque préféré de 2015 ?

Raoul Tellier : Facile, enfin… j’en ai trois. Night Moves des H-Burns, Phosphorescent Blue des Punch Brothers et I love you Honey Bear de Father John Misty.

2) Le disque qui va forcément te décevoir ?

Raoul Tellier : Aucune idée… J’allais dire le nouveau Renaud, mais non, en fait. Je n’ai aucune attente, je ne pourrais qu’être agréablement surpris. Alors je dirais peut être le prochain Benjamin Biolay, parce que j’ai tellement pris une claque avec La Superbe… Cela ça va être dur de me faire le même effet. Déjà, Vengeance m’avait un peu déçu.

3) Le disque que tu attends le plus ?

Raoul Tellier: Ben justement, peut être bien le prochain Benjamin Biolay, je suis très curieux. Et sûrement le PJ Harvey, qui sort en avril, je crois. Ou alors le prochain Father John Misty, ou le prochain Beck, mais je ne sais pas quand ils sortent.

4) Le producteur de tes rêves ?

Raoul Tellier: Beck ?

5) Ta B.O préférée ?

Raoul Tellier : Les seules B.O que j’ai écoutées sans les images qui vont avec sont celles d’Ennio Morricone. Du coup…

6) Caen ou Rouen ?

Raoul Tellier : Ahahaha ! Le Havre.

7) OK Computer ou The Bends ?

Raoul Tellier: Ah la vache. C’est dur, mais quand même, OK Computer.

8) Le meilleur endroit au monde pour faire un concert ?

Raoul Tellier : La grotte de Lascaux. Un des plus anciens sanctuaires de l’humanité, ça jetterait, non ?

9) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Raoul Tellier : Un endroit grand et beau… Je sais pas, l’Islande ? Quand il n’y fait pas trop froid. Une île, c’est certain. Avec la mer en fond de scène, et des montagnes de l’autre côté.

10) Tu peux créer un festival.. Quel nom ? Quelles têtes d’affiche ?

Raoul Tellier : Entre nous, il faut être un peu fou pour créer un festival aujourd’hui, il y a tellement de concurrence et de concepts forts… Pour le nom, je ne sais pas, mais un truc qui mêlerait de la bonne bouffe et de la bonne musique, ça m’irait bien. En têtes d’affiche… Punch Brothers, je ne les ai jamais vus et ils sont incroyables.
Et après, j’en sais rien… PJ Harvey, Queens of the Stone Age, Father John Misty, Arctic Monleys, et…Blur, tiens ! J’ai jamais vu Blur, ils ont l’air cool et ont écrit tellement de super chansons… Il faudrait aussi Ricky Gervais et Alexandre Astier, pour rire intelligemment.
Ça ressemblerait à rien, ce festival. Mais ça me plairait bien.

Avalanche de La Maison Tellier sera publié le 29 janvier 2016.
La Maison Tellier sera en tournée dans toute la France les mois prochains.

La Maison Tellier - Avalanches

Tracklist : La Maison Tellier - Avalanche
  1. Cinq est le numéro parfait
  2. Amazone
  3. J'ai rêvé d'avalanches
  4. Quelqu'un d'autre
  5. Haut;bas;fragile
  6. Beautiful again
  7. En toutes choses
  8. Où sont les hommes
  9. Garçon manqué
  10. 23h59
  11. Taros

La Maison Tellier - Avalanche

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Numéro 5 de La Maison Tellier ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

PJ Harvey Dry Demos Vignette

Au sec avec Polly Jean !

Quand on réécoute Dry sorti en … 1992, on continue à se prendre la même claque, l’enchaînement Oh My Lover, O Stella, Dress, Victory continue à nous foudroyer les tympans et Sheela-Na-Gig demeure un hymne imparable. Alors l’annonce des Dry Demos nous fait mouiller d’impatience.
Benjamin Biolay - Vendredi 12

Vidéo : Benjamin Biolay – Vendredi 12

Vendredi 12 est le deuxième extrait de Grand Prix après Comment est ta peine ? et c’est une nouvelle pôle position pour Benjamin Biolay dans la course aux amours impossibles.
Josh Homme

Quand t’es dans le désert (avec Josh Homme)

Revenu avec un casting de luxe pour ses nouvelles Desert Sessions (Billy Gibbons de ZZ Top, Les Claypool des Primus, Mike Kerr de Royal Blood, Carla Azar, Stella Mozgawa des Warpaint, Matt Berry, Jake Shears des Scissor Sisters et Matt Sweeney) l’automne dernier, Josh Homme est de retour en cette fin dé-confinée de printemps avec…
Nick Cave - Cosmic Dancer

Dancing King !

Il y a des chansons ‘madeleine’ et sans doute Cosmic Dancer de T. Rex en fait partie. Mais quand c’est Nick Cave qui s’y colle surtout en ce moment cela revêt une autre dimension, from the womb to the tomb, d’autant que l’initiateur de ce projet d’hommage à Marc Bolan, le producteur Hal Willner est…
Biolay-GrandPrix-square

B.B en pole

Benjamin Biolay dévoile la pochette de son prochain disque, Grand Prix chez Polydor. Départ ce vendredi 24 avril avec un premier extrait en écoute. En attendant, suivez le sur les réseaux pour ses reprises éclairées.
Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Plus dans Interviews

Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…