Photos concert : The Elderberries @ Scopitone, Paris - 9 janvier 2010
Un samedi soir sur la Terre…ou plutôt sous la Terre puisque c’est dans le sous-sol bondé d’un Scopitone de rentrée, seul endroit de Paris où la température dépasse ce soir aisément les 30°, que l’on retrouve The Elderberries, groupe anglophono-clermontois, précédé par les très parisiens I Love My Neighbours.

I Love My Neighbours

Inconnus à mon bataillon avant ce soir, le trio « grunge/pop/rock » Parisien (merci MySpace) monte sur scène devant un public déjà acquis (tous les moins de 20ans présents avaient clairement fait le déplacement pour leurs copains). Le set commence…une, deux, trois chansons, et l’impression devient certitude: oui l’instrumentation est puissante et solide, portée notamment par un véritable très bon batteur (aucun rapport avec le fait qu’il soit torse nu) et un bassiste qui, loin de briller, assure le job; par contre niveau chant…bien que pas antipathique pour un sou, et ce malgré un look de délégué de lycée du 16e, Jérémy, de son prénom, fait les frais d’une voix très légèrement agaçante: faussement haut perchée et doublée d’une articulation quasi inexistante qui rend impossible la compréhension des paroles.
Je pinaille (quoique quand même) mais quelques bons moments viennent éclairer un set très « dans l’air du temps » délivré par un groupe qui n’a malheureusement pas le talent d’un Stuck In The Sound ; mention spéciale toutefois à la reprise de Bang Bang qui vient prouver que, quand il la pousse, le chanteur peut avoir une très bonne voix!
Votre narrateur excepté, le trio laisse une salle chauffée à bloc, et après tout, c’est ce qu’on attend d’une première partie!

2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn
2010_01_09-ilovemyn

The Elderberries

Ma connaissance de ce groupe se limitait avant ce soir à la session pour SK…autant dire que la découverte allait être quasi totale. Et quelle claque!
Dès le premier morceau, Gone Too Far, la groupe impose son rythme et son énergie débordante. Ils sont cinq, et la scène est tout juste assez grande pour les contenir: un batteur frère caché d’Hagrid, un chanteur tout droit sorti d’un groupe de métal norvégien, deux guitaristes et un bassiste. Bref, de l’homme, du vrai.
Toute cette joyeuse troupe délivre un son basique mais terriblement efficace: clairement, ils n’ont pas pour intention de révolutionner la musique, ne cherchez pas l’innovation ou l’extrême originalité, The Elderberries font dans le rock pur et dur, le classique, le modèle américain vintage mais toujours appréciable quand honoré de la sorte.
Les lignes de basse et de guitare sont classiques, la batterie appuyée, et la voix du chanteur carrément hard…en clair, fermez les yeux: vous êtes à un concert d’AC/DC (australiens on est d’accord, mais culturellement américains), un concert qui sent la bière et la sueur.
Peut-être ce qu’il y a de plus appréciable avec ces gars-là, c’est qu’ils ne cherchent pas à impressionner, ni par des recherches d’effets, ni par des prises de risques: c’est le groupe anti-snob par excellence, et Dieu sait que ça fait du bien de temps en temps de retrouver une simplicité d’exécution et cinq bons musiciens qui ne prétendent pas réinventer la musique rock.
J’irai même au-delà: ce concert m’a fait l’effet d’un voyage dans le temps dans le rock ricain, d’une K7 coincée dans une vieille Cadillac de location sur une route poussiéreuse, de ces compilations for the road avec un cowboy sur la pochette.
Ces refrains scandés, ces mélodies implacables, ces riffs de gratte, cette gestuelle du chanteur (micro en avant, jambes en arrière), un set impeccable de bout en bout devant un public ultra réceptif. Palme d’or à ma voisine déchaînée et persuadée que le titre de la chanson est I want a blowjob (avec mime à l’appui).
Comme pour donner raison à tous les murmures qui parcourent la salle, les plus yankee de tous les clermontois amorcent la fin avec une reprise d’AC/DC qui leur va comme un gant en cuir, Let There Be Rock, indeed…

2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries
2010_01_09-elderberries

Date : 9 Janvier 2010
Photographe : Benjamin Lemaire
Partager cet article
2 réponses sur « The Elderberries + I Love My Neighbours @ Scopitone »

Sympa la chronique!
Par contre je suis pas d’accord quand vous dites « les moins de 20ans présents avaient clairement fait le déplacement pour leurs copains ». J’ai moins de 20 ans (19) et je suis venue pour les Elder. D’ailleurs c’est possible que je sois votre « voisine déchaînée » vu que dans le genre… Je suis trop moche sur les photos d’ailleurs!
Elles sont vraiment cool vos photos! Bien prises! Et super concert, malgré un son à revoir.

J’ai beaucoup aimé The Elderberries, rock efficace comme tu le soulignes dans l’article. A aller revoir sans hésiter.
En revanche, j’ai trouvé le son trop fort, ce qui est un peu dommage, puisque clairement à la fin du set, on a mal aux oreilles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Elderberries - Thermostat 7

Vidéo : The Elderberries – Thermostat 7

The Elderberries – Thermostat 7 Tu t’es vu quand t’a bu ? Tu finis à courir comme un dératé dans une forêt auvergnate déguisé en bonobo pour une Délivrance douloureuse. The Elderberries pousse le Thermostat 7 avec un riff qui met la banane.
The Eldeberries

The Elderberries en pôle position

The Eldeberries The Elderberries sont revenus aux affaires avec leur troisième album paru en avril dernier. Le groupe de stoner clermontois était aux 24 heures du Mans pour rugir leur rock puissant au milieu de motos rutilantes et racées. Ils seront en concert à la Flèche d’or en compagnie de Pepper Island et de Eerie…
The Elderberries - Here Till Dawn

clip : The Elderberries – Here Till Dawn

The Elderberries – Here Till Dawn Retour des lads de Michelin City avec ce Here Till Dawn, premier extrait de leur 3ème album à paraître le 16 avril en digital et le 25 avril en physique. Retour aux sources pour ces fans des Monty Python avec un clip médiéval et un titre au riff ravageur.…

En piste pour les 24 heures de l’Insa !

Cela parait incroyable mais les 24 heures de l’Insa, plus grand festival étudiant gratuit de France fête sa 37ème édition et se prépare les 20, 21 et 22 mai à accueillir plus de 50 000 visiteurs sur le campus de la Doua à Lyon-Villeurbanne.

Lyon en Mai

En Mai, fais ce qu’il te plait alors va écouter de la musique live en Rhône Alpes, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, petit florilège totalement subjectif et donc non exhaustif :
L'Epicerie Moderne (Lyon)

Lyon n’est pas mort

Bien sûr, Lyon possède de formidables petites structures qui font bouger chaque semaine la ville comme le Sonic, le Trokson, le Clacson, La Boulangerie du Prado, le kraspek myzik, le Toi Toi le Zinc ou encore le Grrrnd Zero souvent réservées aux pointillistes pointilleux de la musique ou aux aventuriers des sons perdus. A l’autre…

C.Q.F.D. : Battle Royale (épisode 1)

Chocolate Donuts @ La Cigale – 07.05.2010 – © Rémy Grandroques Les Inrocks organisent donc leur télé-radio-internet-magazine-crochet avec le concours CQFD. C’est pourtant clair CQFD. Nonobstant le fait qu’il faut un master de mathématiques appliquées pour comprendre le processus du concours, les choses s’éclaircissent après quelques instants de réflexion: des chansons, des groupes, un concours.…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…