Catégories
Concerts (live reports)

The HotRats joue les jukebox au Point Ephémère

Compte rendu concert The HotRats et Gaspard Royant, Point Ephémère - Paris - 09.02.2010
Si je vous dis The HotRats, vous me répondez Frank Zappa et vous aurez bon ! Sauf qu’ici c’est le nom de scène qu’ont choisi Gaz Coombes et Danny Goffey de Supergrass pour se faire un plaisir à la David Bowie avec Pin Ups et se transformer en jukebox ambulant. Pour inaugurer l’année, ils ont sorti un album de reprises intitulé Turn Ons, produit par Nigel Godrich – rien que ça. En première partie de ce concert au Point Ephémère : Gaspard Royant.

Gaspard Royant

La dernière fois, Gaspard Royant avait quelque peu du mal à s’imposer au public huppé du Scopitone. Au point Ephemere, la salle n’est pas pleine mais le public est plus attentif. Ses boucles sont moins apprêtées ce soir, il rocke un peu plus, son style rappelant beaucoup un certain Zimmerman. Mais, comme son MySpace l’annonce, Gaspard a juste pour ambition d’être aussi cool que Marty McFly, c’est pourquoi il chante ‘Nobody Calls Me Chicken’. Son EP You Can Have Me (If You Want To) est désormais disponible.

The HotRats

Sur la scène, deux mannequins habillés de guirlandes électriques ; dans la fosse, une foule qui s’impatiente. Ils arrivent en rayures assorties, un accord de guitare, Gaz lance un « Salut les Amis » et ils démarrent avec ‘Can’t Stand It‘ des Velvet Underground. A juste une batterie et une guitare, ils n’ont besoin de rien d’autre pour rocker la salle, qui se met déjà à bouger, et chante les harmoniques sur ‘Damaged Good‘ de Gang of Four.

Après avoir revisité la fameuse ‘Fight For Your Rights‘ des Beastie Boys à leur sauce, ils s’attaquent aux Doors avec ‘Crystal Ship‘ pour une performance très intense. Quand c’est au tour de ‘Big Sky‘ des Kinks de passer sous les cordes de Gaz, la salle s’anime. Mon voisin soupire « Ca fait du bien de ré-écouter ça ».
Une intro à la batterie qui démonte tout, et je reconnais ‘The Lovecats‘ des Cure… étonnamment le public me laisse seule à mon enthousiasme malgré les ‘papadum’ du refrain.

Danny attrape un bras du mannequin le plus proche, et s’en sert comme baguette pour le final de ‘Bike‘ des Pink Floyd, puis se caresse le visage avec… Weird, right ? Et là il se lance dans une intro qui me cloue sur place : j’en prends plein les mirettes avec ‘Mirror in the Bathroom‘ de The Beat !
Petite transition : Gaz nous raconte qu’à L.A. ils ont joué avec Steve Jones, et qu’ils ont dû lui remontrer les accords, alors que c’est lui qui l’avait composée. Quelques mesures plus tard, la foule punch l’air du poing sur ‘EMI‘ des Sex Pistols (Tiens tiens, Supergrass aussi est chez EMI…)

Ils finissent le set sur ‘Pump It Up‘ d’Elvis Costello, mais la foule ne se lâche pas autant que nos deux compères sur scène – peut-être parce que demain y’a réunion importante ? C’est le problème d’un public de connaisseurs, ils se sont assagis avec l’âge – au contraire des plus jeunes qui n’auraient pas saisi la moitié des reprises.

Certains bébé-rocker pourraient en prendre de la graine en assistant à un concert comme celui-ci. Les anciens n’ont rien à envier aux nouvelles générations de rockers, par contre la foule n’est pas vraiment motivée. Il y a quinze ans, les petites culottes auraient valsé ! Les pogos se lancent enfin sur le dernier morceau : Caught By the Fuzz ! Réflexion faite, peut-être que le public était tout simplement venus voir Supergrass en concert…

Moi aussi, ça m’a rendu nostalgique de Supergrass… Je leur dois la reconversion d’un parent qui s’était égaré vers l’Eurodance. Alors rien que pour ça, je vous remets Alright !

http://www.youtube.com/watch?v=h9nY9axjaWo

Can’t Stand It [The Velvet Underground] / Damaged Goods [Gang of Four] / Fight for Your Right [Beastie Boys] / Crystal Ship [The Doors] / Love Is the Drug [Roxy Music] / Queen Bitch [David Bowie] / Big Sky [The Kinks] / The Lovecats [The Cure] / Bike [Pink Floyd]
Mirror in the Bathroom [The Beat] / EMI [Sex Pistols] / « Pump It Up » (Elvis Costello)
Rappel : Drive My Car [The Beatles] / Caught By The Fuzz [Supergrass]

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Gaspard Royant, La Lune des Pirates, 7-11-2014

Gaspard Royant, un gars brillant

Gaspard Royant vient de mettre sa fessée à La Lune des Pirates. Étrange garçon que ce Royant : alors que toute la nouvelle scène française s’est précipitée sur Daho et consorts, voilà que le bougre s’est pris d’amour pour la sacro-sainte période 55-65. Pour notre plus grand plaisir. Le show Royant vaut son pesant de…
Woodstower 16ème édition

Woodstower à couvert

Le festival Woodstower aura lieu cette année les 23 et 24 août au Grand Parc Miribel Jonage. Woodstower 16ème édition
chronique Gaspard Royant - 10 Hits Wonder

Gaspard Royant – 10 Hits Wonder

Gaspard Royant – 10 Hits Wonder Quel dommage. Nous avons à notre disposition que cinq étoiles pour noter les disques. Pour 10 Hits Wonder, il nous en faudrait dix. Dix comme le nombre de chansons que comporte ce disque qui se révèle être une petite arme de destruction massive à lui tout seul.
Gaspard Royant

Gaspard ose

Gaspard Royant Gaspard Royant apprécie les années 50 et 60 donc le disque vinyle. Il a donc décidé tout naturellement de sortir trois 45 tours à l’heure de l’invasion du tout numérique, enregistrés dans le temple analogique londonien des studios Toe-Rag (Didier Wampas vient de faire de même en compagnie des Bikini Machine) au son…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…