Compte rendu concert : Emily Jane White à l'Epicerie Moderne, Feyzin - 6 février 2010 A l'Epicerie moderne de Feyzin, on fait son marché et les produits sont toujours frais et de grande qualité. La preuve encore avec cette très belle soirée qui voyait se cotoyer des artistes en devenir, le jeune clermontois Zak Laughed et des talents confirmés, Julien Pras et Emily Jane White.

Emily Jane White

La nuit froide et étoilée enveloppait Feyzin quand Julien Pras, leader du groupe bordelais Calc fit timidement son entrée. Il vient présenter son somptueux premier album solo qui parait en mars, Southern Kind of Slang. La soirée ne pouvait pas mieux commencer avec les délicates et envoutantes chansons de ce petit bonhomme, orfèvre en mélodies épurées mais ciselées. Seul avec sa guitare acoustique dans un halo de lumière diaphane, Julien délivre un set en apesanteur. On ferme les yeux et la voix n’estpas sans rappeler le regretté Eliott Smith. Les titres s’égrènent dont les somptueux Spying on the moon, Comfortably stranded ou The sweetest fall. Ces chansons vous semblent déjà familières, elles vous enveloppent dans un cocon douillet qui demeurera bien après les lumières de la salle rallumées. Il clot son set rejoint par Emily Jane White et ses musiciens, violoncelle, pédale steel et piano pour le lumineux Son of the stars. On pense aussi à Sufjan Stevens et l’on espère que cet album trouvera son public tant le monsieur inspire le respect, la confiance, et ses chansons fragiles bouleversent.

Changement de plateau avec le kid auvergnat qui commençait grippé son périple de concerts stakhanovistes, obligé de jouer pendant les vacances scolaires. Zak Laughed n’est pas le phénomène de foire que certains voient en lui, il commence à avoir son univers personnel et débute son set, avec deux titres dépouillés et nouveaux, Sculpture of birds et Wolf, façon Dylan au Newport Festival, la guitare folk comme seul rempart. On est pas sérieux quand on a 17 ans, encore moins quand on en a 15, Zak plutôt que de balancer mollement son disque The last memories of my old house sorti cette année jouera une moitié de titres inédits dont les très énervés Pillow Suicide et American Cheap Dream. Son groupe, The Hobos company tient la route et quand il oublie un couplet sur le single pop Each Day, il en sourit pour mieux ensuite se saisir d’un Wurlitzer au son démoniaque sur le lumieux titre Traveling Cat. Le rappel, Letter for Emily sera un bijou de sensibilité et de fragilité vu la crève palpable du petit bougnat, la voix cassée comme un vieux blues man du sud Etats Unien, la chanson s’évanouiera laissant la place à un silence bouleversant.

Emily Jane White finira la soirée dans la douceur avec une formation très acoustique comprenant une pédale steel, un violon et un violoncelle en plus de la basse tenue par Julien Pras sur la tournée, de la guitare et de la batterie. Bien sûr Emily n’a pas le charme de Chan Marshall et a souffert de la « concurrence » avec Alela Diane. Pourtant ses compositions sont tout aussi soignées et raffinées. Son second album Victorian America est moins dépouillé que le premier, les chansons paraissent plus étoffées. La voix mêlée aux instruments à cordes vous prend aux tripes notamment sur Red Dress, Liza et l’éponyme Victorian America. Le rappel se fait avec le joyau du premier album, Hope in the middle et deux titres nouveaux en solo. Même si le set a pu paraitre parfois répétitif, Emily Jane White a illuminé la soirée de sa bienveillance. Une soirée encore une fois avec des mets de choix à l’Epicerie Moderne qui se bat pour avoir une programmation ambitieuse et finalement tout public quand celui-ci daigne se déplacer.

Date : 6 février 2010

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Emily Jane White

2X2 places pour Emily Jane White & Troy Von Balthazar à l’ECFM de Canteleu (76)

Emily Jane White déclare sa guerre avec un nouvel album, Alluvion à paraitre chez Talitres le 25 mars. Vous pourrez l’entendre en avant première le 17 mars à l’ECFM de Canteleu près de Rouen en compagnie de l’encourageant Troy Von Balthazar malgré le ténébreux Black Black extrait de son récent Courage, mon amour ! disponible […]
Emily Jane White – Show Me the War

Vidéo : Emily Jane White – Show Me the War

God is a concept by which we measure our pain chantait Lennon. Emily Jane White évoque son combat intime avec Show Me the War, premier extrait de son septième album Alluvion à paraître le 25 mars chez Talitres.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.