Emily Jane White à l’Epicerie

Emily Jane White à l’Epicerie
Guimauve - 16/02/2010

Compte rendu concert : Emily Jane White à l'Epicerie Moderne, Feyzin - 6 février 2010
A l’Epicerie moderne de Feyzin, on fait son marché et les produits sont toujours frais et de grande qualité. La preuve encore avec cette très belle soirée qui voyait se cotoyer des artistes en devenir, le jeune clermontois Zak Laughed et des talents confirmés, Julien Pras et Emily Jane White.

Emily Jane White

La nuit froide et étoilée enveloppait Feyzin quand Julien Pras, leader du groupe bordelais Calc fit timidement son entrée. Il vient présenter son somptueux premier album solo qui parait en mars, Southern Kind of Slang. La soirée ne pouvait pas mieux commencer avec les délicates et envoutantes chansons de ce petit bonhomme, orfèvre en mélodies épurées mais ciselées. Seul avec sa guitare acoustique dans un halo de lumière diaphane, Julien délivre un set en apesanteur. On ferme les yeux et la voix n’estpas sans rappeler le regretté Eliott Smith. Les titres s’égrènent dont les somptueux Spying on the moon, Comfortably stranded ou The sweetest fall. Ces chansons vous semblent déjà familières, elles vous enveloppent dans un cocon douillet qui demeurera bien après les lumières de la salle rallumées. Il clot son set rejoint par Emily Jane White et ses musiciens, violoncelle, pédale steel et piano pour le lumineux Son of the stars. On pense aussi à Sufjan Stevens et l’on espère que cet album trouvera son public tant le monsieur inspire le respect, la confiance, et ses chansons fragiles bouleversent.

Changement de plateau avec le kid auvergnat qui commençait grippé son périple de concerts stakhanovistes, obligé de jouer pendant les vacances scolaires. Zak Laughed n’est pas le phénomène de foire que certains voient en lui, il commence à avoir son univers personnel et débute son set, avec deux titres dépouillés et nouveaux, Sculpture of birds et Wolf, façon Dylan au Newport Festival, la guitare folk comme seul rempart. On est pas sérieux quand on a 17 ans, encore moins quand on en a 15, Zak plutôt que de balancer mollement son disque The last memories of my old house sorti cette année jouera une moitié de titres inédits dont les très énervés Pillow Suicide et American Cheap Dream. Son groupe, The Hobos company tient la route et quand il oublie un couplet sur le single pop Each Day, il en sourit pour mieux ensuite se saisir d’un Wurlitzer au son démoniaque sur le lumieux titre Traveling Cat. Le rappel, Letter for Emily sera un bijou de sensibilité et de fragilité vu la crève palpable du petit bougnat, la voix cassée comme un vieux blues man du sud Etats Unien, la chanson s’évanouiera laissant la place à un silence bouleversant.

Emily Jane White finira la soirée dans la douceur avec une formation très acoustique comprenant une pédale steel, un violon et un violoncelle en plus de la basse tenue par Julien Pras sur la tournée, de la guitare et de la batterie. Bien sûr Emily n’a pas le charme de Chan Marshall et a souffert de la « concurrence » avec Alela Diane. Pourtant ses compositions sont tout aussi soignées et raffinées. Son second album Victorian America est moins dépouillé que le premier, les chansons paraissent plus étoffées. La voix mêlée aux instruments à cordes vous prend aux tripes notamment sur Red Dress, Liza et l’éponyme Victorian America. Le rappel se fait avec le joyau du premier album, Hope in the middle et deux titres nouveaux en solo. Même si le set a pu paraitre parfois répétitif, Emily Jane White a illuminé la soirée de sa bienveillance. Une soirée encore une fois avec des mets de choix à l’Epicerie Moderne qui se bat pour avoir une programmation ambitieuse et finalement tout public quand celui-ci daigne se déplacer.

Date : 6 février 2010
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».