Quand on parle de geeks, on a tout de suite en tête des gars qui restent derrière leur ordi pour jouer en réseau toute la nuit. Et puis il y a des geeks du son, toujours la même dégaine, mais qui nous pondent des petites merveilles comme les Local Natives et leur Gorilla Manor. Ils étaient passés en octobre en première partie de Peter, Bjorn & John. Quelques mois plus tard, la maroquinerie les accueille en tête d’affiche et ne s’y trompe pas puisqu’elle affiche complet. Une aubaine pour la première partie: ça pourrait bien être de bonne augure pour Young Man.

Young Man

Un jeune homme (c’est de circonstance) arrive seul avec sa guitare… acoustique – vraiment ? on nous l’avait pourtant vendu comme le fils spirituel de Beach House et d’Animal Collective. Bientôt il troque son acoustique pour une électrique, et un batteur se met à bidouiller une console de son, mais n’a pas l’air à l’aise avec l’engin. Colin Caulfield, alias Young Man, se lance dans une valse de pieds avec ses samplers pour pouvoir accumuler les pistes, quand au batteur, il tente tant bien que mal de le suivre : il donne l’impression d’être passé dans le coin et d’avoir été désigné volontaire.
Les chansons partent un peu dans tous les sens : sur les sons d’oiseaux ou de chaîne de montage mécanique, il part d’abord en electro très cadencée, puis brusquement interrompt presque la chanson pour revirer à 180° et partir en pop trad. Je n’ai d’ailleurs pas compris sa reprise de ‘Monday Comes Around‘ de Switchfoot. Pour ma part, il me manque une basse, pour donner une profondeur à ses compositions, mais j’ai aimé sa créativité et notamment quand il a chatouillé ses cordes pour obtenir un son de rideau de cascade de rivière.

2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man
2010_02_17_young_man

Local Natives

Ils démarrent très fort – du moins c’est l’impression qu’ils donnent, mais en fait, ils montent en puissance très rapidement et n’en redescendent pas de tout le concert ! Les Local Natives sont bientôt en sueur à force de s’évertuer à faire monter la pression. Dès la première chanson, ‘Camera Talk‘, ils partent en transe.

Leur secret pour faire exploser leurs compositions : des percus, des percus et toujours plus de percus. Déjà, Kelcey Ayer, le synthé garde à ses côtés un tom médium et une crash brisée. Matt Frazier, le batteur m’impressionne, peut-être aussi parce que quand je l’ai vu arriver, j’ai cru que c’était le petit frère du roady. Ensuite, on ne se contente pas de jouer sur les peaux : les rebords métalliques, les côtés des toms, tout est bon pour rythmer ces chansons.

Le reste du groupe est de la partie : Andy Hamm, le bassiste ne rechigne pas à prêter main forte, et les autres arrêtent tout pour balancer tambourins ou maracas. De toutes façons, ils ne tiennent pas en place et jouent aux chaises musicales avec les instruments : Kelcey emprunte une guitare, passe en chant, et Ryan Hahn part au synthé de temps à autre ou se contente du tom médium pour s’exprimer.

Le public quant à lui est dans tous ses états ! Il va même jusqu’à lui réserver une véritable ovation, comme pour un rappel alors qu’on est en plein milieu du concert. Pour ma part, j’ai trouvé le concert très prenant, très intense… mais un peu trop. Placée entre la fervente admiratrice placée derrière moi qui chantait chaque parole par cœur en sautant dans tous les sens, et juste devant Taylor Rice qui headbang de tout son possible, j’ai été prise entre deux feux.

La passion que j’avais eu la joie de découvrir sur l’album m’a quelque peu écrasée en live. Il y a dans la voix de Taylor comme une supplique, une urgence… les tempos se font pressants, mais se révèlent parfois oppressants. Ce qui ne veut pas dire que certaines ne m’ont pas transportées, comme ‘Who Knows Who Cares‘ pour son positivisme latent ; ‘Stranger Thing‘ pour sa simplicité, ‘Cards & Quarter‘ pour sa retenue fascinante – et bien sûr l’irrésistible ‘Sun Hands‘ et la très énergique ‘Airplanes‘.

2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
2010_02_17_local_natives
Date : 17 février 2010
Partager cet article
9 réponses sur « Local Natives et Young Man à la Maroquinerie »

j’ai trouvé 0 photographe pour ce concert, juste magnifique :)

Diam’s c’etait chaud bouillant chez EMI. Et dire qu’on aurait du capter ce putain de concert … bref, tant pis. Ceci dit, les concerts « archi trop sold out » a la Maro, je les vis plutot tres mal, donc regrets ?

Pour info, Young Man a fait une reprise de All Tomorrow’s Parties du Velvet Underground écrite par Lou Reed! Ca doit être pour ça que j’ai pas compris la reprise! #fatigue
signé: le gars

diams j’etais payé.

pas local natives.

ce soir j’etais payé pour du theatre. pas pour XX.

donc je ne regrette pas forcement mes choix. Local Natives je les verrai, quitte à ce que ce ne soit pas en France – genre Coachella.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Locale Native

Local Natives à Paris

Les Local Natives prolongent l’été avec leur pop californienne ensoleillée, fontaine de jouvence.
Local Natives – Sunlit Youth

Local Natives – Sunlit Youth

Ils le décrivent eux-mêmes comme un aboutissement, et en même temps comme un profond retour à leur contrée natale californienne, Sunlit Youth des Local Natives est sorti le 9 septembre dernier, après plus d’un an et demi de travail pour le groupe.

Les Local Natives ensoleillent le canal

C’est dans cet endroit féerique qu’est le Pavillon des Canaux, dans le bassin de La Villette à Paris que SK* retrouve Taylor Rice, le chanteur principal des Local Natives, encore mouillé après un plongeon mémorable guitare à la main quelques heures auparavant dans le canal, qu’il a fait pour un live sur les réseaux sociaux.
photos : Local Natives @ la Boule Noire, Paris, 24/08/2016

Local Natives @ La Boule Noire, quand L.A déboule à Paname

Hier soir j’ai pris une claque. Je les savais bons, les Local Natives, mais à vrai dire je m’attendais à ce que ce soit un peu mou sur scène, le genre de show planant où tu agites tranquillement la tête, et à la limite ton briquet, dans une jolie vague d’émotion.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…