Tunng – … And Then We Saw Land

Tunng – … And Then We Saw Land
ZiKomAgnes - 25/02/2010

Tunng - And then we saw land
Il semblerait que Tunng soient des adeptes de l’héliothérapie et que les saisons influent grandement sur leur humeur parce que chaque chanson semble se référer à une saison, tout se construit autour de la pluie et du beau temps. Par là je ne veux pas dire qu’ils n’ont rien à dire, au contraire, les paroles sont souvent contradictoires avec le sentiment de la chanson. Ce paradoxe intrigue, donne envie d’aller chercher plus loin. Un quatrième album très pop-folk, très abordable, très rafraichissant!

Tunng : …And Then We Saw Land

Hustle’ me laisse perplexe : on se sent sur des routes de campagne, on pourrait penser qu’ils veulent bêtement s’évader de la ville, mais les paroles indiquent qu’ils veulent fuir les pensées positives… je n’arrive pas trop à les suivre sur ce chemin là, puisque la chanson est elle-même chargée de pensées positives… cherchent-ils à sortir de la chanson ?

Sur ‘It Breaks’, la voix de Becky Jacobs se fait fragile. Tout paraît fait main, cette chanson respire l’authenticité ; je les vois presque dans la cuisine, le tablier plein de farine… quand soudain on entend un phare sonner la disparition de la personne pour laquelle la tarte était en train de refroidir sur le bord de la fenêtre… et la chanson reprend plus forte, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.

Sur ‘The Roadside’ on entend les gouttes d’eau s’écraser une à une contre les carreaux de la fenêtre, mais c’est une pluie d’été, celle qui rafraichit… C’est comme un jeu de cache cache dans l’herbe mouillée, mais ce jeu n’est pas innocent, entre les soupires langoureux et le fait qu’on doive plonger nu dans la rivière, il se jouera de préférence entre amants… mais encore les paroles partent dans l’autre sens : il fait froid et on est congelé de froid même si la voix se fait rassurante, il ne faut pas s’inquiéter.

La respiration sur ‘Autumn‘ me fait penser à un assistant respiratoire dans un hopital… ‘Sashimi’ m’invite dans un de ces restaurant en contreplaqué, on a perdu l’authenticité de la campagne pour rejoindre le plastique environnant de la cité. ‘With Whiskey’: j’entends une machine à écrire, je vois un cendrier se remplir, on est dimanche soir, la pluie tombe encore sur les carreaux, mais cette fois ci, la pluie reflètent les larmes qui coulent sur mes joues à la pensée d’un amour trop éloigné. « Turn all the lights, hold the blanket tighter » préconisent-ils, ainsi pourrons-nous tenir jusqu’à la prochaine éclaircie ?

By Dusk We Were In the City’ m’emmène au cœur de broadway et j’ai l’impression que le buzz de la ville ne m’atteint pas, enveloppée que je suis par l’harmonica. ‘These Winds’ a un petit côté irlandais, un petit côté je suis en haut d’une falaise… la pluie est à nouveau présente, mais comme les islandais ont 39 termes pour désigner la neige, les irlandais ont 36 types de pluie différentes… ca me donne envie de relire Les Cendres d’Angela.

Santiago’ nous transporte dans un aéroport, avec ce goût de départ en vacances, l’insouciance est de mise ; pourtant un petit goût de plastique dans la bouche – sont-ce des regrets que je sens là ? Enfin, en parlant de vacances, ‘Weekend Away’ clôt l’album, cette parenthèse dans la routine : l’écran grésille, on en a bien besoin, on était sur le point d’exploser.

Le clip de ‘Hustle‘ :

Setlist de And Then We Saw Land – à paraître le 1er mars.
1. Hustle
2. It Breaks
3. Don’t Look Down or Back
4. The Roadside
5. October
6. Sashimi
7. With Wiskey
8. By Dusk They Were in the City
9. These Winds
10. Santiago
11. Weekend Away

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.