Gorillaz – Plastic Beach

Gorillaz – Plastic Beach
ZiKomAgnes - 28/02/2010

Gorillaz - Plastic Beach
Le nouveau Gorillaz est prêt, tout le monde bout d’impatience, et j’ai eu la chance d’aller l’écouter au Plastic Bar. Alors bien sûr, l’écouter une fois seulement, au casque, avec en fond sonore Demon Days à bloc, c’est pas l’idéal, mais j’ai pris quelques notes en chemin.

Gorillaz : Plastic Beach

J’aime quand un artiste crée un univers autour de sa musique, et certes pour Damon Albarn, Gorillaz n’était qu’un délire à la base, et certes, ce serait le dernier album de Gorillaz (mais avec sûrement beaucoup de B, D, G, et autres X,Y,Z sides à venir) : toutes ces raisons sont bonnes pour se lâcher, mais ils ont un peu forcé la dose. On part dans un scénario d’espionnage, à rebondissements incessants et incompréhensibles à tel point qu’on se demande s’ils ne chercheraient pas à noyer le poisson… C’est dans cet esprit que je me suis rendue à l’écoute du dernier Gorillaz : Plastic Beach.

Premier point, Plastic Beach a pour intention de créer un microcosme du monde en « prenant des instantanés du monde, en attrapant différentes âmes pour mettre leur essence dans l’album ». Si l’idée est poétique, ça signifie featuring à fond ; seulement où est passé le son Gorillaz, noyé qu’il est sous les entités prépondérantes ?
Welcome to the World of the Plastic Beach’ avec Snoop Dog est très bon, mais c’est facile, c’est du Snoop Dog ! Quant aux quatre titres où Damon Albarn est tout seul, ils sonnent quelque peu fades par rapport au reste de l’album. Je garde cependant ‘Private Jet’ qui clôt l’album, par nostalgie de Demon Days peut être ? Et la rumeur courrait que Murdoch avait piqué les maquettes destinées à un potentiel nouvel album de Blur : il semblerait qu’on ait rien perdu.

White Flag’ avec Kano et Bashy, en rap sur l’Orchestre National de Syrie (très discret sur l’album en somme) me fait penser au projet The Rapsody Overture qui mêlait hip hop et airs d’opéras classique. Aucune innovation ici donc, puisque cet album est sorti en 1997 !

Puis vient ‘Stylo’, avec Bobby Womack et Mos Def. J’ai passé tellement de temps à regarder le décompte sur le site, que je connais bien ce titre maintenant, et j’apprécie la voix de Womack, qui adoucit le style de Mos Def. D’ailleurs, ma préférée de cet album sera certainement ‘Cloud of Unknowing’ où Bobby emplit tout l’espace musical.

Je passe rapidement sur quelques titres : ‘Superflash Jellyfish’ me fait penser à Afroman avec ce dialogue délirant entre Gruff Rhys et De La Soul ; Mark E Smith me vrille les oreilles sur ‘Glitter Freeze’, et sur ‘SweepstakesMos Def part un peu dans tous les sens – ça mériterait une deuxième écoute.

Mais la grosse déception, c’est cette fameuse réunion des survivants des mythiques Clash. Gorillaz offre ‘Plastic Beach‘ à Mick Jones et Paul Simonon et avec ce titre éponyme une opportunité de nous faire croire, l’espace de quelques minutes, que le rock n’est pas mort. J’attends l’invitation aux funérailles car après vingt secondes ce titre se perd dans une apathie et un manque d’intérêt consternant.

La bonne surprise c’est Little Dragon, qui fait deux fois son apparition sur cet album, et apporte une gracieuse touche féminine nécessaire puisqu’après tout Noodle n’est qu’un androïde… Ils font partie de mes titres préférés avec ‘Some Kind of Nature’, tout simplement parce que la voix de Lou Reed est inimitable et irremplaçable ! Bref, j’ai hâte de le réécouter, cet album !

Pas encore de clip, mais quelques images pour écouter Stylo
http://vimeo.com/9029263

Tracklisting (sortie le 8 mars)
1. Orchestral Intro
2. Welcome To The World Of The Plastic Beach [feat. Snoop Dogg]
3. White Flag [feat. Kano & Bashy]
4. Rhinestone Eyes
5. Stylo [feat. Bobby Womack et Mos Def]
6. Superfast Jellyfish [feat. Gruff Rhys et De La Soul]
7. Empire Ants [feat. Little Dragon]
8. Glitter Freeze [feat. Mark E Smith]
9. Some Kind Of Nature [feat. Lou Reed]
10. On Melancholy Hill
11. Broken
12. Sweepstakes [feat. Mos Def]
13. Plastic Beach [feat. Mick Jones & Paul Simonon]
14. To Binge [feat. Little Dragon]
15. Cloud Of Unknowing [feat. Bobby Womack]
16. Pirate Jet

Réponses
  1. Oula ;-) tant que ça ;-) et bien je ne sauverais que Lou Reed pour sa voix inimitable et non pour le Bontempi derrière et les paroles bien niaiseuses ;-) allez je file me coucher en écoutant Richard Hawley ;-)

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.