Catégories
Chroniques d'albums

Gorillaz – Plastic Beach

Gorillaz - Plastic Beach
Le nouveau Gorillaz est prêt, tout le monde bout d’impatience, et j’ai eu la chance d’aller l’écouter au Plastic Bar. Alors bien sûr, l’écouter une fois seulement, au casque, avec en fond sonore Demon Days à bloc, c’est pas l’idéal, mais j’ai pris quelques notes en chemin.

Gorillaz : Plastic Beach

J’aime quand un artiste crée un univers autour de sa musique, et certes pour Damon Albarn, Gorillaz n’était qu’un délire à la base, et certes, ce serait le dernier album de Gorillaz (mais avec sûrement beaucoup de B, D, G, et autres X,Y,Z sides à venir) : toutes ces raisons sont bonnes pour se lâcher, mais ils ont un peu forcé la dose. On part dans un scénario d’espionnage, à rebondissements incessants et incompréhensibles à tel point qu’on se demande s’ils ne chercheraient pas à noyer le poisson… C’est dans cet esprit que je me suis rendue à l’écoute du dernier Gorillaz : Plastic Beach.

Premier point, Plastic Beach a pour intention de créer un microcosme du monde en « prenant des instantanés du monde, en attrapant différentes âmes pour mettre leur essence dans l’album ». Si l’idée est poétique, ça signifie featuring à fond ; seulement où est passé le son Gorillaz, noyé qu’il est sous les entités prépondérantes ?
Welcome to the World of the Plastic Beach’ avec Snoop Dog est très bon, mais c’est facile, c’est du Snoop Dog ! Quant aux quatre titres où Damon Albarn est tout seul, ils sonnent quelque peu fades par rapport au reste de l’album. Je garde cependant ‘Private Jet’ qui clôt l’album, par nostalgie de Demon Days peut être ? Et la rumeur courrait que Murdoch avait piqué les maquettes destinées à un potentiel nouvel album de Blur : il semblerait qu’on ait rien perdu.

White Flag’ avec Kano et Bashy, en rap sur l’Orchestre National de Syrie (très discret sur l’album en somme) me fait penser au projet The Rapsody Overture qui mêlait hip hop et airs d’opéras classique. Aucune innovation ici donc, puisque cet album est sorti en 1997 !

Puis vient ‘Stylo’, avec Bobby Womack et Mos Def. J’ai passé tellement de temps à regarder le décompte sur le site, que je connais bien ce titre maintenant, et j’apprécie la voix de Womack, qui adoucit le style de Mos Def. D’ailleurs, ma préférée de cet album sera certainement ‘Cloud of Unknowing’ où Bobby emplit tout l’espace musical.

Je passe rapidement sur quelques titres : ‘Superflash Jellyfish’ me fait penser à Afroman avec ce dialogue délirant entre Gruff Rhys et De La Soul ; Mark E Smith me vrille les oreilles sur ‘Glitter Freeze’, et sur ‘SweepstakesMos Def part un peu dans tous les sens – ça mériterait une deuxième écoute.

Mais la grosse déception, c’est cette fameuse réunion des survivants des mythiques Clash. Gorillaz offre ‘Plastic Beach‘ à Mick Jones et Paul Simonon et avec ce titre éponyme une opportunité de nous faire croire, l’espace de quelques minutes, que le rock n’est pas mort. J’attends l’invitation aux funérailles car après vingt secondes ce titre se perd dans une apathie et un manque d’intérêt consternant.

La bonne surprise c’est Little Dragon, qui fait deux fois son apparition sur cet album, et apporte une gracieuse touche féminine nécessaire puisqu’après tout Noodle n’est qu’un androïde… Ils font partie de mes titres préférés avec ‘Some Kind of Nature’, tout simplement parce que la voix de Lou Reed est inimitable et irremplaçable ! Bref, j’ai hâte de le réécouter, cet album !

Pas encore de clip, mais quelques images pour écouter Stylo
http://vimeo.com/9029263

Tracklisting (sortie le 8 mars)
1. Orchestral Intro
2. Welcome To The World Of The Plastic Beach [feat. Snoop Dogg]
3. White Flag [feat. Kano & Bashy]
4. Rhinestone Eyes
5. Stylo [feat. Bobby Womack et Mos Def]
6. Superfast Jellyfish [feat. Gruff Rhys et De La Soul]
7. Empire Ants [feat. Little Dragon]
8. Glitter Freeze [feat. Mark E Smith]
9. Some Kind Of Nature [feat. Lou Reed]
10. On Melancholy Hill
11. Broken
12. Sweepstakes [feat. Mos Def]
13. Plastic Beach [feat. Mick Jones & Paul Simonon]
14. To Binge [feat. Little Dragon]
15. Cloud Of Unknowing [feat. Bobby Womack]
16. Pirate Jet

Partager cet article
7 réponses sur « Gorillaz – Plastic Beach »

Oula ;-) tant que ça ;-) et bien je ne sauverais que Lou Reed pour sa voix inimitable et non pour le Bontempi derrière et les paroles bien niaiseuses ;-) allez je file me coucher en écoutant Richard Hawley ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Magnetic North @ La Maroquinerie

La groupie de la [PIAS] Nite : The Magnetic North

Hier, La Maroquinerie accueillait trois groupes du label anglais Full Time Hobby : Farao, Dralms et The Magnetic North. Les deux premiers se sont courageusement défendus. Mais le groupe qui s’est chargé du coup de grâce est bien The Magnetic North. Cela aurait un Dralms de les manquer !

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…