20H30. Une file indienne de plus de 50m attend les teenagers venus en masse devant le Bataclan en ce vendredi soir. Des grosses lettres noires sur écran blanc annoncent « LA ROUX » à l’entrée : quelques mois après son annulation au festival des Inrocks tck tck tck qui lui avait valu entre parenthèses un nombre incalculable de jolis jeux de mots comme « la roux tourne » ; là voilà qui revient à Paris sur scène « pour de vrai ». On affiche complet depuis des semaines et on va comprendre pourquoi…


Le show de Adam Kesher vient de finir quand nous rentrons et la salle est déjà bondée jusque devant le merchandising ; le bar ingurgite litron sur litron de bière et les roadies galopent sur scène pour installer tous les matos de la rouquine. Au programme, un stand d’electro avec des boutons et des transistors qui ressemblent aux vieux oscilloscopes de nos défunts cours de physique, une grande batterie et des claviers en veux-tu en voilà. Autour de nous, des teenagers par poignées avec leurs marinières, leurs paupières fardées à la Twiggy et leurs slims, fredonnant la bouche en cul de poule « boulette proof » avec un infâme accent anglais dont nous seuls Français ont le secret…

Les beats de fond se succèdent, la foule s’impatiente, tape des mains, hue, trépigne mais rien ne vient. Quand enfin la lumière s’éteint, le balcon et l’orchestre sont plongés dans le noir et la fumée vient boucher le dernier angle de vue qu’il me restait parmi ce fouillis d’ados déjà en sueur. Les loupiotes se mettent à clignoter, La Roux fait son entrée avec un brouhaha terrible : la voilà avec son champignon orange sur la tête, une tunique de séquins dorés et une veste de twirling bâton rouge. Son set commence crescendo avec les titres les plus calmes de l’album, elle nous avouera ne jamais avoir eu pire voix sur scène : elle n’ose pas monter dans ses aigus si caractéristiques de son premier album. Dommage car ça n’empêchera pas la foule de s’extasier à chaque fois qu’elle ouvrira la bouche.

Le concert monte d’un cran et passe en stéréo quand elle enchaîne avec des titres plus populaires : Quick Sand et In the Kill .. Dès que La Roux commence une phrase, la gamine aux mèches mordorées de derrière gouaille la fin de ses mots et surenchérit par un « wouhou » porté par un mouvement de bassin synchronisé. Suis-je au concert d’Emma Daumas ?

Fin de concert en apothéose avec des gloussements de slimeurs pré pubères se frottant à moi : Fascination et Bulletproof closent ce spectacle de foire. Pas de rappel, jouissance d’adolescent précoce et rapide : les lampes se sont déjà rallumées, on remballe.

2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
2010_02_26_laroux
Date : 26 février 2010
Partager cet article
1 réponse sur « La Roux au Bataclan »

Dommage de ne pas en savoir plus sur la première partie, dont tu as écorché le nom… Il s’agit d’Adam Kesher (avec un D), groupe dont le nom vient d’un personnage de David Lynch…
Vu qu’ils préparent leur nouvel album, ça aurait été chouette de voir ce que ça donne en live.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

New Order - Music Complete

New New Order

I feel so Restless et toute la planète musicale s’agite avec le retour de New Order .
La Roux - Trouble in Paradise

La Roux – Trouble in Paradise

La Roux – Trouble in Paradise En 2009 La Roux c’était une Elly Jackson entre la sirène des pompiers et la Sirène d’Andersen, ça pouvait vous faire sursauter ou vous charmer mais ça restait un premier essai de haute volée aux singles inspirés et galvanisants. 2014 (c’est l’année d’en ce moment) voit sortir le deuxième…
Metronomy @ Festival Les Inrocks 2008 © Alain G.

Festival Les Inrocks 2009 : programmation

Voici le programme de l’édition 2009 du festival des Inrocks qui se déroulera à Paris, Toulouse, Lille et Nantes du 4 au 10 novembre 2009. La programmation est incomplète pour le moment, nous la compléterons dès que les infos arriveront.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…