Catégories
News

Le devoir de mémoire d’Imbert Imbert

Premier extrait du nouvel album d’Imbert Imbert, Mémoires d’un enfant de 300 000 ans qui sort ce jour en numérique et en physique en février.

Imbert Imbert ne se tait pas car il faut bien encre aimer même dans ce monde anxiogène et totalitaire.

« Parce-que tout ce qui m’intéresse se trouve quelque part d’où l’on ne sait rien, quelque part dans le moment précis, et précieux du premier pas de l’enfant ; de ses premiers mots ; du premier orage, dont il fait semblant d’avoir peur ; de ses premières révoltes ; ses premières amours, dont il fait bien d’avoir peur ; ses premiers liens avec la mort, qui sont comme une évidence, un enchaînement d’évidences, de brûlures ancestrales, toutes ces choses que l’on sait que l’on ne sait pas que l’on sait.

Je veux parler de la mémoire dans tout ce qu’elle nous permet d’oublier, ou plutôt de ce qu’il reste après l’oubli : une infinité de savoir désordonné, innommable ; une sensation du Big Bang, de l’atome, de la plante,
de la bête, de l’humain.

L’humain, que l’enfant que nous sommes a goûté dans nos corps, d’abord avec le regard aimant porté sur nos parents, notre famille, nos amis, puis le coups de poignard de la désillusion quand on regarde au loin, et qui donne à l’enfant ses airs de cruauté.

Là où j’en suis : dévasté, comme tout le monde, le silence fait place à la mémoire.
Parfois je me souviens que c’est le moment de vivre, alors je l’écris, puis je le chante. »

Imbert Imbert – Mémoires d’un enfant de 300 000 ans

Les espaces de travail,
La destinée sur des rails,
Et les bonnes manières,
Ou l’éducation civile,
Les obligations débiles,
Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire ?

Les technologies de pointe,
Les numéros, les empreintes,
Les horreurs ordinaires,
Le sang, les effets spéciaux,
Et les réseaux asociaux,
Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire Pour se taire ?

L’humanité qui s’écrit
A coups de poings sur les i
D’une vieille histoire,
Le reflet froid d’une lame
Qui se glisse au fond de l’âme,
Qu’est-ce qu’il ne faut pas voir ?

La réalité féroce
De la peau et puis de l’os
Comme une ombre au miroir,
Le vieillissement du corps,
La photo d’un enfant mort,
Qu’est-ce qu’il ne faut pas voir Pour le croire ?

Je me fourmis d’infini A la marge de la nuit
D’une étoile enfumée,
Entre l’enfance et l’enfer,
Et ce vieux monde à refaire,
Qu’est-ce qu’il faut pas rêver ?

Débarrassé de moi-même
A la faveur du dilemme,
Des sirènes ou des fées,
Un oisillon dans ma chambre,
Et ma vie entre tes jambes,
Qu’est-ce qu’il faut pas rêver
Pour aimer ?

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Photos : Imbert Imbert & Dimoné @ Rancy, 3/12/2016 | Lyon

Photos : Imbert Imbert & Dimoné @ Rancy, 3/12/2016 | Lyon

Quelle belle soirée FrancoFans à la chaleureuse salle des Rancy à Lyon qui accueillait ce samedi 3 décembre le farfadet libertaire Imbert Imbert et son alter ego à la contrebasse, le bon géant Stephen Harrison ainsi que le catalan Dimoné qui fait danser les mots au son de ses Rickenbacker.
Rock In Loft

Rock In Loft au MaMA 2015 !

On avait rencontré la folle bande de Rock In Loft cet été à La Rochelle avec de chouettes concerts intimes et fiévreux, d’Alma Forrer à Kursed.

Festival Fnac Indétendances, c’est parti

Vous êtes à Paris cet été et vous voulez voir des concerts avec d’excellents artistes ? Et bien voila un festival entièrement gratuit avec entre autres : Cocoon, Stuck In The Sound, Amadou & Mariam, Joseph Arthur…. bref que du beau monde.

Plus dans News

Tindersticks-Press-Photo-2021-1280x720-1

Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.
Spain

Love in Spain

Josh croit encore en l’amour, il en faut. Love in vain, in pain, in Spain. Ce nouveau titre est dédié à la mémoire de ses grands parents George et Trudy David.
Lachinos - America Lachina

Les Lachinos se lâchent !

On pourrait croire que les Lachinos rendent hommage à notre grognon national, notre Jean Pierre, notre ami Bacri avec ces deux titres enlevés, Fêtes de Mes Morts et Cáncer del Colon lui qui avait le sens de la fête et que le crabe nous a ravi.
Nino

Oh Nino !

Nino nous manque car on partage son blues des rues désertes et ses questions existentielles.
Piers ©Julien Mignot

S’en sortir

La beauté a un nom est c’est Piers Faccini. Fall or to be reborn nous questionne t-il. On cherche tous un peu cette porte de sortie pour éviter la routine, les emmerdes, les échecs.
Crimi - Julien Lesuisse Marion Bornaz

La chaleur Crimi !

On aurait dû voir Julien Lesuisse avec son nouveau projet Crimi à Jazz à Vienne ou aux Trans Musicales de Rennes. On attend donc en mars sur le label Airfono un premier album Luci e guai avec ses acolytes Cyril Moulas (guitare), Brice Berrerd (basse) et Bruno Duval (batterie).
Didier Super - Rire Une Dernière Fois Avant La Fin Du Monde

Didier vous souhaite une bonne année

On devait passer un Super moment avec Didier au théâtre Comédie Odéon à Lyon car il est bien plus marrant que tous ces comiques de merde et puis la peste cholérique s’est abattue sur la France sans chars et ligne Maginot.