5 questions à … Icare Vertigo

© Sylvain Deffaix
SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d'Icare Vertigo qui dévoile le premier titre de leur album à paraître le 5 mars, Ma place pour Mars. "Je vous céderais bien ma place, mais elle est occupée." clamait Groucho Marx. Et si la l'aventure intérieure primait sur l'espace et la frontière de l'infini. Quand on aime il faut partir. Mais ou ?

Icare Vertigo en cinq questions

Votre souvenir de concert ?

Une seule réponse possible à cette question car Icare Vertigo est tout jeune et que nous avons eu le temps de ne donner qu’un seul concert après nos résidences de création. C’était chez nous à Rennes le 24 octobre 2020 dans la très belle salle de L’Aire Libre. Nous attendions cette date avec impatience car initialement ce devait être notre sortie d’album. Il a d’abord fallu renoncer à sortir le disque. Puis adapter la jauge de la salle aux conditions sanitaires. Le concert avait lieu le samedi et le jeudi qui précédait nous avons appris la mise en place du couvre-feu. Nous nous sommes adaptés en jouant à 18h. Et malgré ces nombreuses embûches, c’était un moment +++++ avec une jauge max, des sourires sous les masques et la promesse d’une belle tournée…

Votre rencontre en tournée ?

La tournée est devant nous. Nous allons « détourner » la question pour vous parler d’une rencontre de résidence. Nous avons travaillé plusieurs semaines sur la création du concert avec nos acolytes habituels, Frédéric Camus au son et Cécile Le Bourdonnec aux lumières, et nous avons eu la chance de collaborer avec Philippe Prohom pour la construction du set. Nous avions déjà travaillé ensemble auparavant et nous avons retrouvé cette exigence et cette bienveillance qui nous a permis d’élaborer la structure du concert pour tirer le meilleur musicalement des titres live et d’aller jusqu’à l’os des chansons. Le texte, la musique, le sens, l’énergie. Et nous avons beaucoup ri aussi.

Votre anecdote dans le van ?

Nous détournons une deuxième question pour placer l’anecdote dans un environnement clos qui peut s’apparenter au van de tournée, quand les journées s’accumulent dans un mélange de musique, de travail, de quotidien et de détente nécessaire. Nous avons enregistré l’album au Studio du Faune, un lieu que nous aimons beaucoup près de Rennes et c’est Bruno Green (Miossec, Détroit, Matmatah) qui l’a réalisé. Nous avons été dans l’ensemble très studieux mais un soir c’est gentiment parti en vrille et nous nous sommes retrouvés dans une jam foutraque où aucun musicien ne jouait de son instrument, inutile de préciser que ça tournait et que c’était beau. Nous avions perdu Bruno de vue depuis un moment quand il est entré dans la pièce, a fait le silence et a déclaré solennellement avec un sourire en coin : « C’est dans la boîte ». Autre anecdote, il nous a appris que ce serait son dernier disque à la réalisation car il change de cap, nous nous sentons privilégiés de cela car nous avons passé un moment incroyable et serein à faire ce disque avec lui !

Votre single et clip, Ma place pour Mars en quelques mots ?

C’est une chanson de transmission positive née du besoin de faire de notre mieux pour pouvoir regarder la génération qui suit en face sans trop de honte. Nous pensons que ce sur quoi nous avons la main, ce sur quoi nous avons un impact, c’est notre bulle, ce qui nous entoure, nos actes, nos choix. Et dans l’urgence actuelle il nous semble anachronique, prétentieux et stupide de vouloir aller sur Mars, donc on laisse notre place … C’est évidemment une métaphore même si certains mégalos s’y attellent.
Sur le clip, il y a trop à dire : 30 personnes impliquées pour concevoir et construire un dôme au milieu d’un champ du centre Bretagne en décembre puis le démonter pour le remonter dans un autre lieu de tournage; des costumes conçus par le talentueux Vincent Abalain ; un tournage en 2 jours avec à la caméra Martin Delbeke assisté d’Emmanuel Massou avec un œil et un grain que nous aimons beaucoup ; le chanteur et ses deux enfants à l’écran pour coller au propos. Une aventure humaine de dingue dans la contexte actuel qui restera quoi qu’il arrive un souvenir ++++.

Votre prochain rêve ?

Jouer les morceaux sur scène n’est pas un rêve parce que nous sommes convaincus que nous allons sortir de cette situation pénible. Disque d’or, ça par exemple, c’est un rêve. C’est futile, mais c’est un rêve !

Icare Vertigo – Ma place pour Mars

En écoute avec Icare Vertigo

  1. Yann TiersenLa Rade
    Yann Tiersen, parce que le titre La rade a inspiré Alexis Wolff l’arrangeur de l’album pour Le seuil qui ouvre l’album. On entend la belle voix de Katel avec qui nous avions fait un duo sur un précédent projet.
  2. MiossecEssayons
    Miossec parce que c’est Miossec… Et aussi pour le clin d’œil à Bruno Green qui a réalisé son deuxième album.
  3. DéportivoParmi Eux
    Deportivo parce que sur ce premier album il y a l’urgence, le texte, la voix. On aime bien aussi le nouveau projet de Jérôme Coudanne et Robin Feix, Vertigo, qu’on a écouté en résidence, et dont le nom se rapproche du nôtre…
  4. We WolfHomo Sapiens
    We Wolf parce que c’est un groupe vannetais dans lequel joue Alexis Wollf, guitariste et arrangeur d’Icare Vertigo. Ce titre a été joliment clippé par Martin Delbeke qui a réalisé Ma place pour Mars.
  5. Goudron PluméLa plus beau
    Goudron Plumé parce que c’est un trio composé de 3 musiciens d’Icare Vertigo dans des rôles différents : Vincent Normand guitariste et chanteur lead dans Goudron Plumé / bassiste dans Icare Vertigo, Alexis Wolff bassiste dans Goudron Plumé / guitariste arrangeur dans Icare Vertigo, Jean-Marie Le Goff batteur dans Goudron Plumé / guitariste et chanteur lead dans Icare Vertigo . Ce titre, La plus beau a été utilisé par Vincent Abalain le concepteur des costumes du clip Ma place pour Mars dans son spectacle intitulé « La loge ». Et enfin un autre titre « Tout vient du sol » a été filmé par Sylvain Deffaix qui est l’auteur de l’identité graphique d’Icare Vertigo (photo, visuels, artwork) :
    On sait, c’est long et complexe mais c’est pour vous montrer que tout ça est un mélange de gens qui se connaissent bien !
  6. Leonard CohenBird on the Wire
    Léonard Cohen parce que c’est une référence majeure de Jean-Marie, l’auteur des chansons et qu’il y a un clin d’œil explicite à cette chanson (entre autres) dans le titre La chaise dont le clip sera tourné en février au Vieux St Etienne à Rennes en février 2021. Et parce que c’est classieux. « Comme l’oiseau sur la branche … j’ai cherché ma liberté ».
  7. The Wâll FactoryCloudy Home
    The Wâll Factory parce que c’est beau et que c’est le projet de Mikaël Le Mûr guitariste dans Icare Vertigo et qui est accompagné par Alexis Wolff en live.
  8. Louis-Jean CormierCroire en rien
    Louis-Jean Cormier parce que c’est un artiste québécois singulier qui écrit des chansons incroyables et vibrantes.
  9. Pierre LapointeNos joies répétitives
    Pierre Lapointe parce que c’est un artiste québécois singulier et qu’il a écrit quelques chefs-d’œuvre dont cette chanson.
  10. Loïc LantoineTout est calme
    Loïc Lantoine parce qu’il fait partie des artistes qui mettent la claque. Une plume qui transperce. Une humanité communicante.
  11. Léo FerréTout est calme
    Léo Ferré parce que nous reprenons cette chanson dans l’album dans une version très réarrangée pour laquelle nous avons eu l’accord de Mathieu son fils.
  12. CalicoIl y a
    Calico parce qu’Icare Vertigo est né de ce premier projet et que le clip animé a été réalisé par Vincent Normand (chanteur de Goudron Plumé et bassiste d’Icare Vertigo) et par Sylvain Deffaix (concepteur de l’identité graphique d’Icare Vertigo).

Visiter la page Facebook d’Icare Vertigo et leur site : icarevertigo.fr

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Nopreszow-priredenpasdranger

Vidéo : Noé Preszow – Prière de n’pas déranger

Noé Preszow n’est pas le cousin de Monsieur Preskovitch. Son nom, il le signe non pas de la pointe de son épée mais nous indique sa prononciation avec le titre de son deuxième album, [préchof] qui vient de sortir chez tôt Ou tard.
Nicolascommentavecbrisaroch-nahui

Venus aztèque !

Nahui fait partie de la galerie de portraits du dernier excellent disque de Nicolas Comment, Blason. Ce titre vient d’être mis en images par lui-même et Christophe Acker avec Brisa Roché et Milo McMullen.

Plus dans Interviews

Julienshelter-matthieudortomb4

5 questions à Julien Shelter

Avec Island, Julien Shelter nous propose un album cocon, un disque refuge pour se ressourcer avec des titres délicats évoquant l’amour, la nature ou l’enfance.
Chroniquenicolas-commentchicmediaschristophe-3

Fortunate semper magis tempus

Nicolas Comment vient de signer Chronique du temps qui passe, un superbe livre qui mêle des textes intimes et des photos d’artistes au gré des rencontres incroyables qu’il a pu faire. Il était récemment à Lyon pour une rencontre dédicace et une présentation de son travail à la galerie Poltred, l’occasion pour SK* d’évoquer avec […]

5 questions à … AbEL K1

Après avoir écrit pour d’autres et principalement pour Blondino dont il est l’indissociable compagnon de ses échappées, AbEL K1 sortira en mai son premier album. Un album porté par sa poésie toujours si personnelle et tendue, un lyrisme rock et direct, et une voix singulière. Prélude (à la folie) en est le premier aperçu, ainsi […]
Ghost in the Loop @ Plateau de Bure by Fabrice Buffart

Musique pour les cimes !

Ghost In The Loop est le projet assez fou d’Aurélien Buiron accompagné par le label de musique ambient Mare Nostrum. Son credo, créer de la musique en pleine nature dans des lieux protégés et parfois difficiles d’accès. Après la Cime de La Bonette, le Molard Noir ou le Col du Galibier, c’est plateau de Bure […]