5 questions à … Théo Charaf

Théo Charaf © Sarah Fouassier

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Théo Charaf qui en un album sorti chez Wita Records vient de passer de l’ombre à la lumière. Son folk des abysses a fait la Une de Rolling Stone Hebdo. Et c’est totalement mérité car ce premier disque nous propulse directement de l’autre côté de l’Atlantique, les monts du lyonnais se métamorphosant en Appalaches. Il vient d’être présélectionné pour Les iNOUïS du Printemps de Bourges pour la région Auvergne-Rhône-Alpes et sa playlist est une belle porte d’entrée vers son univers pour « voir l’homme ».

Théo Charaf en cinq questions

Ton souvenir de concert ?

Discographie

Aaah il y en a tellement, pas évident de n’en ressortir qu’un.
Bon je pense évidemment à mon tout premier concert en solo. C’était à la Maison Mère. J’avais été booké disons « à l’insu de mon plein gré » par Jean-Luc Navette, mon Don King personnel comme il aime à s’appeler haha. Je n’avais jamais fait ça avant, c’était la panique, mais au bout d’un moment je me suis rendu compte que la salle bien que pleine à craquer était religieusement silencieuse.
C’était vraiment très fort, une énergie et une expérience incroyable.

Ta rencontre en tournée ?

Là encore, impossible de n’en choisir qu’une, on croise tellement de gens géniaux, adorables ou cintrés.
Va pour celle-là : avec The Scaners à Los Angeles, on était au Redwood et voilà qu’un vieux gominé en cuir se pointe et éteint le fumoir parce qu’il préfère l’obscurité.
Personne ne bronche. Ok.
Pendant qu’on jouait, il ne nous lâchait pas des yeux et après le concert il est venu me taper sur l’épaule au bar pour me dire que ce soir-là on avait « gagné le battle of the bands, point barre ».
J’ai trouvé ça cool ! On s’est présenté, en fait c’était Bill Bateman, batteur des Blasters et des Cramps, j’ai un peu halluciné.

Théo Charaf – Going Down

Ton anecdote dans le van ?

Ah non mais là… c’est le Van, l’anecdote.
Tu as beau être assis entre quatre taules, tu as le monde entier dans le cockpit.

Ton splendide album en quelques mots ?

Ben j’ai écrit cet album principalement la nuit, au travers de réflexions, d’émotions dont j’avais salement besoin de me décharger, ne serait-ce qu’en partie.
Bien sûr maintenant, chacun est libre d’y trouver ce qu’il veut.

Ton prochain rêve ?

A vrai dire je suis loin d’avoir fini celui-là. D’autant qu’il est malgré tout bien brimé ces derniers temps. Pour l’instant je veux que nous puissions tous reprendre notre activité, notre job. Repartir en tournée avec les frangins, voir du pays.
Que la culture se relève et se libère, qu’elle soit reconnue à sa juste valeur.

Théo Charaf – Vampire

En écoute avec Théo Charaf

C’est bien trop dur de n’en choisir que douze, alors pour couper court à l’indécision, je suis allé toper ce qui tourne sur ma platine en ce moment. De fait, pas dis que ça s’écoute comme une playlist.

  1. Clarence Fountain And The Five Blind Boys Of AlabamaToo Close To Heaven
    Une guitare, des voix divinement arrangées, le tout interprété avec une ferveur incroyable.
    (Funny fact : ici on peut voir Rosetta Tharpe et son énorme chœur se délecter de la scène en attendant leur tour)
  2. Elizabeth « Libba » CottenFreight Train
    C’est dur de trouver les bons mots pour parler d’Elizabeth Cotten tant j’y suis attaché.
    Sa douceur, son expression, sa fragilité, mais aussi sa technique incroyable font d’elle un être absolument unique et précieux.
    Gauchère, elle apprend seule, inventant ses propres techniques ragtime en retournant purement et simplement une guitare pour droitier.
    Elle écrit son plus grand tube Freight Train à l’âge de 11 ans. Voilà.
  3. Elmore JamesThe Sky is Crying
    Ami voir disciple de Robert Johnson, Elmore James est un des instigateurs du Chicago Blues avec son style de slide unique sur des amplis poussés à fond.
    Voilà un grand classique qui panse toujours à merveille.
  4. Big Mama Thornton and Buddy GuyBall and Chain (Live 1970)
    Dieu est une femme et elle est noire, la preuve.
  5. Willie Dixon & Memphis SlimSittin’ and crying the Blues
    Y’a qu’un seul type qui peut appeler un de ses albums I Am the Blues et avoir raison sur toute la ligne. Willie Dixon a tout écrit, tout joué, tout chanté. Il est partout.
    C’est lui le Boss. Voila un morceau qui me transcende et ne me quitte jamais.
  6. The Amazing SnakeheadsTiger by the Tail
    Une des plus grosses baffes que j’ai pris ces dernières années grâce au Marché Gare et qui de surcroît m’a permis de pogoter la couenne à Me Navette.
    Une ambiance entre Lynch et Dixon avec les dents très serrées.
    Pour moi tout est parfait dans ce groupe exceptée la mortalité de ses membres.
    RIP Dale <3
  7. Bob and EarlHarlem Shuffle
    Grâce au talent de Bruno de Dangerhouse, j’ai découvert les compiles « La Noire » dont j’ignorais tout. Aujourd’hui j’ai un but, il me les faut toutes !
    Voilà ce qu’on peut y trouver, Harlem Shuffle : un des samples les plus connus au monde et soudainement la chaleur moite d’un club en pleine transe .
    Pousser les meubles avant usage.
  8. The Mad LadsGone : The promises of Yesterday
    Une perle intemporelle signée Stax.
    Un morceau qui me suit depuis des années maintenant.
  9. The Sweet InspirationsWhat the world needs now is love
    Les Sweet Inspirations ont un sens du groove et de l’harmonie à couper le souffle, et elles savent appuyer sur le kitsch juste ce qu’il faut. Leur discographie s’écoute d’une traite.
    Quelle sensation quand j’ai entendu ce morceau la première fois, donné en offrande un soir par RTU, comme un pansement au lendemain du 13 Novembre 2015.
  10. Charles BradleyChanges
    En voilà un qui me manque beaucoup, Le « Black Velvet » débarqué subitement pour nous coller de l’Amour plein la vue et reparti aussi sec des suites d’un foutu crabe.
    J’ai eu la chance de le voir aux Nuits de Fourvière, il y a quelques années et je ne m’en suis toujours pas remis.

  11. Lee Fields & The ExpressionsI Just Like It
    Pourtant en activité depuis un bail notamment avec des petits groupes méconnus de type « Kool And The Gang », Il faudra attendre 2010 pour que Lee Fields explose dans cette nouvelle vague Retro-Soul instiguée par des labels géniaux comme Daptone ou Big Crown.
    Voilà une intro qui ne manque jamais de me faire bondir partout en imitant le batteur.
  12. Billie HolidaySolitude
    Si il n’y a plus besoin de la présenter, il est primordial d’en parler encore et toujours.
    Billie Holiday c’est la beauté pure, née de la douleur la plus profonde qui soit.
    Un des actes de résilience les plus puissants que je connaisse.
    Et je crois que c’est à ça que sert la musique, l’art en général, transcender sa condition pour pouvoir avancer, « transformer la merde en engrais » en somme.

Visiter la page Facebook de Théo Charaf et sur le site du label Wita Records.

Théo Charaf - Théo Charaf

theo-charaf

Tracklist : Théo Charaf - Théo Charaf
  1. Vampire
  2. Forward
  3. Going Down
  4. In Vain
  5. Devil Got My Woman
  6. Oh Sister
  7. Wander Boy
  8. See the Man
  9. Waiting Around To Die
  10. Hard Time Killing Floor

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !
2 réponses sur « 5 questions à … Théo Charaf »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Lonny aux Nuits de Fourvière 2021

3X2 places pour Lonny | Clou | Claire Laffut aux Nouvelles Voix 2021

Le festival Nouvelles voix en Beaujolais qui aura lieu du 18 au 23 octobre à Villefranche sur Saône et son agglomération fait la part belle aux artistes féminines avec Suzane, Yseult, Claire Laffut, Clou, Clara Ysé, Lonny, Tessae, Eliott Jane, Cavale et Louise Combier.
NV2021

Nouba aux Nouvelles Voix 2021 !

10 à 5 ! Le festival Nouvelles voix en Beaujolais qui aura lieu du 18 au 23 octobre à Villefranche sur Saône et son agglomération, fait la part belle aux artistes féminines avec Suzane, Yseult, Claire Laffut, Clou, Clara Ysé, Lonny, Tessae, Eliott Jane, Cavale et Louise Combier.

Plus dans Interviews

Sweet Gum Tree

5 questions à … Sweet Gum Tree

Double sortie ce jour pour Sweet Gum Tree avec un clip où il s’expose rock et sexy, extrait de son nouvel album Silvatica, composé notamment avec Earl Harvin, batteur de Tindersticks, Air, Psychedelic Furs et Erik « Raggy » Sevret, saxophoniste de Zenzile. Avec Exposure, le roux est de mise, la guitare s’excite, le sax se glamourise […]
Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Vanessa Philippe

5 questions à … Vanessa Philippe

Avant son nouvel album en janvier dédié à sa sœur disparue, Vanessa Philippe évoque ses maux et met des mots dignes et simples pour évoquer l’indicible. Il faut parfois aller au fond de la piscine pour mieux mettre un bon coup de pieds afin de surnager.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]