Play it folk
La philosophie sex, drugs and rock and roll serait-elle terrassée par le revival folk acoustique et macramé ? EMI surfe à coup sûr sur cette mode avec un album compilation de 21 reprises pop rock vendues comme « rares et décalées » par la crème des groupes de la besace fourre tout « folk » qui est sorti le 19 avril.

Cela se nomme « Play it folk », on retrouve les français de Cocoon (Hey Ya), Moriarty (Enjoy the Silence), Yael Naim (Toxic), La Maison Tellier (Killing in the name), Jil is Luky (What’s up), The Rodeo (Amazing), Mélanie Pain (Girls and boys), Chiara Mastroianni (The eye of the tiger – sic !), mais aussi Sparklehorse avec Thom Yorke (Wish you were here), Clare and the Reasons (Everybody wants to rule the world), Dawn Landes (Young folks), Stanley Brinks (Smalltown boy) et bien d’autres…

On est loin du Dark was the night caritatif pour la lutte contre le SIDA ou du sublime projet de feu Mark Linkous et Danger Mouse, Dark Night of the Soul et sans doute plus proche de l’idée de battre le folk quand il est hype pour le tiroir caisse comme une bonne vieille compil’ dance floor party volume 8.