Les Lutins Patates de l’Espace : Kill me when I’m dead

N’étant pas spécialement féru de rock je suis toujours étonné de me rendre compte qu’un peu partout en France à l’écart de l’agitation et du bouillonnement créatif que devrait être Paris il y a tout un tas de groupes qui tracent leur petit bonhomme de chemin et produisent une musique de grande qualité. Pour preuve Steeple Remove à Rouen, Rien à Grenoble, Broadway à Saint-Etienne, et les Lutins Patates de l’Espace à Grenoble encore. J’avoue quand j’ai vu leur nom, je me suis dit « Pfff encore un groupe à la con de chanson festive française comme il en existe déjà à peu près 9886… ».

Grosse surprise donc à l’écoute de « Kill me when I’m dead », on a bien affaire à du rock ici mais un rock dépouillé de tous ses oripeaux agglutinés au fil du temps qui font que cette musique est pour certaines personnes dont je fais partie à peu près aussi excitante que le lied bavarois du milieu du XVIIème siècle par exemple…

Comme Rien (tiens tiens les Grenoblois seraient donc plus généreux que les autres) leur album est disponible gratuitement sur leur site (www.patateland.com) mais ce serait se priver de l’artwork confié à de jeunes artistes qui vous assure d’avoir un CD totalement original et choisi par vous avec des tons allant du brun au… brun comme un certain album intitulé « Lift Your Skinny Fists Like Antennas To Heaven » album culte parmi les albums cultes.

Bon j’arrête là les comparaisons car ce n’est pas ça le plus intéressant dans la musique de Maxime Houot et Frédéric Juge. Ce disque est un tourbillon qui vous prend aux tripes dès le premier morceau et ne vous lâche plus tant et si bien que vous êtes forcés d’y revenir comme sur « Paulson » avec son énumération de nos vie récités d’une voix monocorde qui pourrait presque faire penser à « France Culture » de Arnaud Fleurent-Didier en mode non recyclé et plus impliqué. Serait-ce un album de post-rock, d’avant rock (bon là faut m’expliquer ce que c’est), de krautrock ? Après tout la définition d’une musique importe peu quand on se trouve en présence de musiciens talentueux qui alternent plages énervées et instants plus sereins et apaisés (« Bobigny-Place d’Italie », « Set part 1 »). Les Lutins Patates de l’Espace avec leur nom à coucher dehors risquent fort de cartonner avec ce disque et ce ne serait que justice.

Les Lutins Patates de l’Espace

1 réponse sur « Les Lutins Patates de l’Espace : Kill me when I’m dead »

Alors là, excellente découverte, c’est quand même franchement rare de découvrir des groupes sortant de « nulle part » aussi bons !

Les commentaires sont fermés.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.