The National – High Violet

Brooklyn, encore et encore. Retour en 2010 de Matt Berninger et de sa ribambelle de frérots qui composent The National. Et come back de la doublette The National/ Peter Katis. Celle ci est coupable d'avoir réalisé l'un des plus beaux albums de 2007. Car mine de rien, The National fait monter la pression à chaque nouvel album. Le parcours parfait. Alors que certains bleu-bites doivent résoudre la question "Comment ne pas planter le deuxième album en espérant que celui-ci ne soit pas le second?", The National en est au stade de l'équation :"Comment remettre le couvert correctement avec ce cinquième album?".


La Berninger Company évite donc soigneusement de prendre le chemin de la révolution. Rien de nouveau sous la pluie. On reprend les mêmes ingrédients et on reprend les choses là où elles étaient posées.
Et l’auditeur repassera pour un morceau d’ouverture du calibre de « Fake Empire ». « Terrible Love » est un pétard mouillé. Où est le spleen de 2007, où s’est perdue l’intensité dramatique d’un « Abel »?
Le drame commence à pointer le bout de son nez. Les premières écoutes peuvent laisser dubitatives. On a envie de dire « Et? « .

Et puis l’affaire commence à prendre tournure. Un type comme Berninger,  un escadron comme The National ne peut pas être foncièrement mauvais. Il y a quelque chose. Et ce quelque chose, c’est le temps. Il faut y revenir plus d’une fois pour mettre à mal cette montagne de High Violet. C’est peut être le versant Conversation 16 qui rend l’ascension possible. Un versant pop. Comme nous avez prévenu Berninger. Et la magie commence à opérer. Bloodbuzz Ohio et ses touches de piano entêtantes et sourdes, les cantiques de « Afraid of Everyone ». Les charmes se révèlent peu à peu.

Finalement, les choses sont simples. Une bonne chanson de The National… est une chanson de The National. Il y a cette petite chose, perdue entre le E Street  Band et Curtis, qui fait qu’on identifie la chose immédiatement. Une véritable identité. Quel groupe peut sortir une chanson du calibre de « England » en 2010? Un titre qui possède cette fausse joie, ces accents élégants, cette richesse instrumentale? La réponse est dans le titre.

Discographie

High Violet est plus compact que la précédente livraison. Plus sauvage. Complexe. Un disque aux mélodies enchevêtrées et perdues dans les rues de New York. High Violet allie ces moments pop (dixit qui on sait) et un lyrisme crâneur (« Sorrow »). Quelle claque…

Tracklist : The National - High Violet
  1. Terrible Love
  2. Sorrow
  3. Anyone's Ghost
  4. Little Faith
  5. Afraid Of Everyone
  6. Bloodbuzz Ohio
  7. Lemonworld
  8. Runaway
  9. Conversation 16
  10. England
  11. Vanderlyle Crybaby Geeks

Sortie le 11 mai 2010.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
5 réponses sur « The National – High Violet »

Tout a fait d’accord avec cette critique. Il faut apprendre à écouter cet album, mais ça en vaut la peine !

Dans l’attente de les voir sur scène à l’Olympia, cet album est, pour moi, le plus bouleversant de cette année.

Oh oui qu’ils sont loin devant le reste de la classe. Sans oublier leur pote sufjan…

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

The National - Hard To Find

Vidéo : The National – Hard To Find

La beauté est parfois difficile à trouver dans un monde de compromission et de concussion. Mais elle peut surgir subitement avec ce fond de tiroirs de The National et cette chorégraphie gracile sous marine.
The National © Keith Klenowski

[Micro-Photos] The National Gallery

Non The National n’est pas originaire de Brooklyn. En effet Matt Berninger et son groupe sont originaires de Cincinnatti (Ohio). Riche de 300 000 habitants, cette ville a été fondée par des immigrés irlandais et allemands. Plus connue pour ses équipes de football américain que pour ses musiciens. Les The National regardent donc du côté […]
The National - Sunshine on My Back » (feat Sharon van Etten)

The National à la fête

Ne faisons pas le dos rond et la fine bouche avec Sunshine On My Back de The National, un inédit enregistré durant les sessions du dernier album Trouble will find me paru en 2013.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.