Grand Valley State New Music Ensemble : In C (Live @ Le Poisson Rouge) [feat. Dennis DeSantis]

Grand Valley State New Music Ensemble Terry Riley est peut-être l’inventeur du concept de la rave à une époque où la musique qui s’y joua près de deux décennies après n’existait pas encore. En 1968, à plusieurs reprises il fit des « all-night concert » afin d’amener les auditeurs à un état de conscience propice à la méditation et à l’extase.

En 1964, il publie « In C », morceau fleuve à la base de la vague minimaliste répétitive. Ce morceau est destiné à être joué par un nombre indéterminé de musiciens, le plus souvent ils sont 35, tous les interprètes jouent la même partition de 53 motifs à répéter. Chaque interprète a la liberté de choisir le nombre de répétitions avant qu’il ne passe au motif suivant. Aucune règle ne fixe le nombre de répétitions. Le Grand Valley State University New Music Ensemble en a donné une représentation au Poisson Rouge de New-York, salle qui au vu de sa programmation doit être une des plus excitantes du monde, accompagné de Dennis de Santis au laptop. Le label Ghostly International qui héberge les travaux d’artistes aussi talentueux que Matthew Dear, Audion, Osborneet james T. Cotton entre autres publie en version digitale le concert. Il y a eu de multiples versions de « In C », la plus bruitiste étant sans doute celle du groupe japonais Acid Mothers Temple & The Melting Paraiso U.F.O. qui soit dit en passant seront en concert au Cabaret Sauvage le 3 juin dans le cadre de Villette Sonique. Cette version de la pièce majeure de Terry Riley diffère en ce sens que Dennis de Santis retravaille le son sans cesse en interaction avec les musiciens. On a donc l’impression plus qu’avec toutes les précédentes éditions d’une œuvre protéiforme qui prend vie et se renouvelle au fur et à mesure tel le Phénix renaissant de ses cendres.

Cela pourrait vous intéresser

Jay-jayjohanson-finally

Vidéo : Jay-Jay Johanson – Finally

Finally est enfin mis en images. Ce titre sensuelo-envoûtant de notre dandy suédois préféré, Jay-Jay Johanson méritait cet écrin en noir et blanc réalisé par Renata Litvinova.
Mézinc © Julien Monnet

Vidéo : Mézinc – Moth

Le mézigue Mézinc, c’est Star Wars a lui tout seul. Il dirige ses synthétiseurs et ses lumières comme on piloterait le Faucon Millénium. Sa musique est une forme d’hyperpropulsion vers un univers aux couleurs changeantes et aux sonorités fascinantes.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.