Compte rendu concert : The National - Nuits de Fourvières - 13 juillet 2010

En cette veille de 14 juillet, les nuits de Fourvière accueillaient au lendemain de la nuit Brooklyn le groupe américain The National au rock rugueux et raffiné et les jeunes pois sauteurs de la pop ex étudiants en musicologie de la fac de Columbia (NYC), les Vampire Weekend.

The National

Quel luxe de pouvoir écouter deux soirs de suite The National a du se dire le public ravi du théâtre antique de Fourvière après l’énorme soirée Brooklyn de la veille. Certes c’est l’iguane Iggy et ses Stooges qui ont pétaradé le jour de la fête nationale française, mais c’est bien à un National anthem (on t’aime ?) auquel on a eu droit ce 13 juillet alors que le soleil couchant dardait les vieilles pierres de ce magnifique lieu. Tous les artistes l’affirment, jouer aux Nuits de Fourvière est un privilège, peut être à cause aussi du catering réputé et The National, emmené par un Matt Berniger grand amateur de Mâcon sur scène ne dira pas le contraire en ayant pu agréablement doubler la mise. Leur concert de la veille avait du, à cause du plateau conséquent être plus ramassé, la set list de ce soir permit donc au groupe qui se dit être un moteur diesel de prendre davantage possession de ce lieu féérique qui se métamorphosa progressivement avec la tombée de la nuit.

Le concert commença donc tout en douceur avec Runaway, « I’ll swallow the shine of the sun […] cause I won’t run, no, I won’t be a runaway… » susurre sensuellement, fiévreusement Matt de sa voix de Méphistophélès sur un lit d’aprège de guitare et une trompette cristaline. Le dernier album High Violet est à l’honneur en ce début de set puisque suivent Anyone ghost avec une nouvelle Telecaster pour Bryce Dessner achetée le jour même à Lyon et Bloodbuzz Ohio avec sa poésie lyrique aux images puissantes, « I was carried to Ohio in a swarm of bees » et à la pâte sonore riche qui monte en puissance pour vous envelopper totalement.

La tension monte d’un cran avec un Baby we’ll be fine incandescent, Matt implorant le pardon entre deux gorgées de jus de raisin avec sa litanie I’m so sorry for everything. Batterie et violon reprennent le dessus quand commence Squalor Victoria mais Afraid of everyone qui suit emporte tout avec son beat hypnotique, ses images fulgurantes, « I’ll defend my family with my orange umbrella », des paroles autistiquement paranoïaques et des guitares saturées en apothéose. Surgit alors une vieillerie dixit les freres Dessner un Available encore valable qui figure sur Sad Songs for Dirty Lovers leur second disque.

Le concert semble prendre son rythme de croisière, Matt finit un autre flacon et enchaine habité Little Faith, Conversation 16, Apartment Story, Geese of Berveley Road et un Abel au bord de la rupture, Il se fracasse les phalanges les unes contre les autres tout en arpentant frénétiquement chaque parcelle de la scène, hurlant son My mind’s not rightà la lune. Hallucinant de voir ce petit bonhomme aux allures de clergyman se métamorphoser de la sorte. Green Gloves plus acoustique calme la furie, Matt rêvant de devenir autre, « Get inside their heads, love their loves ». Un England lyrique et un Mr November en communion avec un public scandant « I won’t fuck us over, I’m Mr. November, I’m Mr. November, I won’t fuck us over » terminent le set.

Le groupe revient rapidement avec deux titres en rappel, les notes du piano égrènent le début de Fake Empire, on sent le l’audience frissonner et quand monte le refrain, ceux qui étaient assis se sont levés, la trompette et le trombone s’époumonent, « Turn the light out say goodnight » chante Matt mais on ne veut pas les laisser là. Ils entonnent alors un Terrible Love fievreux, exalté, halluciné… « Company, It’s quiet company », on ne sait qui tient compagnie à qui et le public a du mal à les voir quitter la scène après un dernier remerciement aux Nuits de Fourvière.

Vampire Weekend

Vampire Weekend (Solidays 2008)
Vampire Weekend (Solidays 2008)

Vampire Weekend entre alors sur scène et l’on a l’impression d’avoir assitôt traversé l’Atlantique mais non pas pour aborder à New York City mais plutôt en Afrique en passant par les Caraïbes. Les quatre de Columbia vont alors jouer quasiment tout leur répertoire, 10 titres sur 11 du premier opus et 9 sur 10 de Contra sorti cette année soit une sacrée collection de bombinettes pop ultra efficaces dans le genre qu’ils qualifient eux même d’Upper West Side Soweto. Ezra Koenig jongle avec sa voix, vocalise pendant que Rostam Batmanglij danse sur ses claviers et que les Chris martèlent les ryhtmes à la basse et à la batterie. Ils enfilent les tubes comme des perles, Holiday, White Sky,Cap Cod Kwassa Kwassa, I Stand Corrected, le très vénitien M79 et son intro de violons synthétiques, Bryn, California English et sa voix modifiée hullulante, le sautillant Cousins et son riff rieur de guitare. La fosse est exangue, sue à grosses goutes à force de chavirer en tous sens, Ezra prend alors une toute petite voix pour susurrer Taxi cab pendant que Rostam Batmanglij fait des arpèges.

L’accalmie est de courte durée puisque le chaloupé Run vient réveiller les ardeurs du public qui rivalise avec Ezra en donnant de la voix sur le refrain de One (Blake’s Got A New Face). Suivent le très chaloupé Diplomat’s son, Giving up the gun sans joueuses de tennis survoltées et qui ne fait pas rendre les armes bien au contraire puisque le groupe termine par un Campus frénétique et surtout un Oxford Coma enflammé.

Une pluie de coussins s’abat alors sur la scène et les quatre new yorkais ne tardent pas à revenir pour batailler avec le public comme le veut la tradition aux Nuits de Fourvière. Ils offrent alors en rappel une tournée générale d’Hochata désaltérante et finissen par nous mettre sur le toit avec un Mansard Roof de folie, tout le monde danse encore quand se clot Walcott et son invitation à se tirer loin du conformisme de Cap Cod, le dernier morceau de cette soirée ébouriffante.

Au final deux groupes très différents mais très complémentaires, les fiévreux et extatiques The National qui ont épaté la galerie (!) et les rafraichissant et turbulents Vampire Weekend. Ce ne sont pas que les yeux de la jeune fille de la pochette de Contra, en fond de scène qui ont brillé ce soir, les deux groupes ont éclaboussé de leurs talents les Nuits de Fourvière faisant oublier une programmation musicale générale un peu trop variétoche franchouillarde.

Date : 13 juillet 2010
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « The National et Vampire Weekend à Fourvière »

wow, quel beau compte rendu de The National… ça donne des frissons… vivement novembre à Paris, je ne tiens plus !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interpol @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

photos : Interpol et Idles @ Nuits de Fourvière 2019, 01.07.2019

L’orage sur Fourvière a galvanisé les déjà très remuants Idles jusqu’à improviser Thunderstruck d’AC/DC. Mais une fois les grondements du tonnerre et les vociférations brutalisantes de Joe Talbot passés, ce sont les classieux Interpol en maraude qui ont interpellé le public des nuits de Fourvière enfin apaisées.
Affiche Nuits de Fourviere 2019

Nuits roses à Fourvière

« 60 jours, 5 créations, 8 coproductions, 9 premières françaises. Ainsi s’annonce l’édition 2019 des Nuits de Fourvière, avec 53 spectacles de théâtre, danse, musique, opéra, cirque et 131 représentations du 1er juin au 30 juillet. » Voilà pour la première phrase du communiqué de presse de ce 12 mars pour présenter cette nouvelle édition de ce…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…