Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

© Fabrice Buffart
De la couleur avant toute chose. C'est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.

Quand l’Orient rencontre l’Occident. Deuxième soirée après l’ouverture samedi soir dans l’imposante grande salle de « l’Oupéra de Lyon » menée de manière folle folle folle par Bertrand Belin en solitaire avec un guitare voix minimum et par La Féline dans une version maximum avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon.

Hier au menu sur la carte ou plutôt la palette du Colorist Orchestra d’intenses émotions musicales distillées par la voix ronde, chaude et Cohenienne du fringant brigand de Tucson, Howe Gelb. Dans un maelstrom sonore qui faisait la part belle aux percussions (marimbula, flapamba, marimba, vibraphone, et autre yambú) avec une mention spéciale aux couettes de Wim De Busser et à son piano préparé, on aurait bien voulu être le sweet pretender de Talula, belle d’Arizona.

Discographies

Quand arrivent sur scène après l’entracte Waed Bouhassoun armée de son simple oud accompagnée de Moslem Rahal avec une étrange mallette de tueur à gages, on est loin d’imaginer que l’on serait submergé, renversé, terrassé par leur simplicité et leur virtuosité. Il y a des moments musicaux qui resteront gravés et le concert d’hier soir le sera à jamais. En parfaite complémentarité du début de soirée (merci Bertr’Agnès), le duo nous a transporté en Syrie.

Non, en fait beaucoup plus loin. Moslem Rahal et ses multiples flûtes, Waed Bouhassoun et sa vélocité vocale et instrumentale ont fait chanter l’opéra, en arabe, en français dans un syncrétisme musical libérateur et rassembleur. On a voyagé au plus profond de nous, hypnotisé en écoutant ces mélodies bouleversantes et joyeuses, joyeuses et bouleversantes, ces voix de l’amour, de la passion, écrabouillant les fantasmes nauséabonds des tristes sires trustant les médias.

La carte blanche à Bertrand Belin et La Féline se poursuit jusqu’au 21 novembre. Plus d’informations : www.opera-underground.com

The Colorist Orchestra avec Howe Gelb

The Colorist Orchestra & Howe Gelb – Not On The Map

The Colorist Orchestra & Howe Gelb – Sweet Pretender (feat. Pieta Brown)

Waed Bouhassoun et Moslem Rahal

Waed Bouhassoun et Moslem Rahal – Chant, ‘oud et ney de Syrie

Photographe

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Pm

Paroles et Musiques 2023 !

Le festival Paroles Et Musiques aura lieu du 22 au 28 mai dans l’agglomération Stéphanoise (Le Zénith, Le Fil, La Comète, L’Usine, Le Clapier) avec une riche programmation d’artistes que SK* défend depuis longtemps comme Bertrand Belin, Laura Cahen, Leïla Huissoud, Suzane ou encore Dominique A.
La Féline © David Heang

2X2 places pour La Féline à La Maroquinerie

La Féline chantera Tarbes à Paris, plus précisément à la Maroquinerie le mercredi 18 janvier. Il sera question des années lycée, d’éclosion, de garçon, de danse, de panthère !

Plus dans Concerts (live reports)

Alela Diane@ Espace Albert Camus (Bron) | 23.11.2023

Photos : Alela Diane @ Espace Albert Camus | 23.11.2023

Ah Alela ! Notre histoire d’amour se poursuit avec Alela Diane qui une fois de plus a soigné bien des maux en chansons avec ses deux formidables musiciennes sur la très belle scène de l’Espace Albert Camus de Bron près de Lyon.