Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

© Fabrice Buffart
De la couleur avant toute chose. C'est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.

Quand l’Orient rencontre l’Occident. Deuxième soirée après l’ouverture samedi soir dans l’imposante grande salle de « l’Oupéra de Lyon » menée de manière folle folle folle par Bertrand Belin en solitaire avec un guitare voix minimum et par La Féline dans une version maximum avec l’Orchestre de l’Opéra de Lyon.

Hier au menu sur la carte ou plutôt la palette du Colorist Orchestra d’intenses émotions musicales distillées par la voix ronde, chaude et Cohenienne du fringant brigand de Tucson, Howe Gelb. Dans un maelstrom sonore qui faisait la part belle aux percussions (marimbula, flapamba, marimba, vibraphone, et autre yambú) avec une mention spéciale aux couettes de Wim De Busser et à son piano préparé, on aurait bien voulu être le sweet pretender de Talula, belle d’Arizona.

Discographies

Quand arrivent sur scène après l’entracte Waed Bouhassoun armée de son simple oud accompagnée de Moslem Rahal avec une étrange mallette de tueur à gages, on est loin d’imaginer que l’on serait submergé, renversé, terrassé par leur simplicité et leur virtuosité. Il y a des moments musicaux qui resteront gravés et le concert d’hier soir le sera à jamais. En parfaite complémentarité du début de soirée (merci Bertr’Agnès), le duo nous a transporté en Syrie.

Non, en fait beaucoup plus loin. Moslem Rahal et ses multiples flûtes, Waed Bouhassoun et sa vélocité vocale et instrumentale ont fait chanter l’opéra, en arabe, en français dans un syncrétisme musical libérateur et rassembleur. On a voyagé au plus profond de nous, hypnotisé en écoutant ces mélodies bouleversantes et joyeuses, joyeuses et bouleversantes, ces voix de l’amour, de la passion, écrabouillant les fantasmes nauséabonds des tristes sires trustant les médias.

La carte blanche à Bertrand Belin et La Féline se poursuit jusqu’au 21 novembre. Plus d’informations : www.opera-underground.com

The Colorist Orchestra avec Howe Gelb

The Colorist Orchestra & Howe Gelb – Not On The Map

The Colorist Orchestra & Howe Gelb – Sweet Pretender (feat. Pieta Brown)

Waed Bouhassoun et Moslem Rahal

Waed Bouhassoun et Moslem Rahal – Chant, ‘oud et ney de Syrie

Photographe

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Moondog

In the Moondog’s world

Samedi 14 mai à 20h sur la Grande Scène de l’Opéra de Lyon aura lieu un moment magique unique, un concert se faisant rencontrer Louis T. Hardin alias Moondog avec entre autres, John Greaves, Bertrand Belin, Borja Flames, Melaine Dalibert, David Sztanke, Olivier Mellano, Midgets! ou encore Gavin Bryars.
Bertrand Belin - Tambourvision

Tambour-major !

Voir l’envers de l’homme est sans doute plus facile en skate. Bertrand Belin revient avec un disque intemporel et quasi dansant.
Midget-gavinbryars

2X2 places pour Gavin Bryars & Midget! et l’hommage à Moondog

En 2016, les Nuits de Fourvière nous subjuguaient avec une mémorable soirée Moondog, alias le Viking de la sixième avenue. Richard Robert récidive le samedi 14 mai à l’Opéra Undergound avec Looking for H’art Songs sous la direction d’Olivier Mellano et Qui Parle Ombre prochain album de Midget! avec Gavin Bryars et leurs invités.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]