Arcade Fire – The Suburbs

Arcade Fire – The Suburbs
Louis - 05/08/2010

Chronique : Arcade Fire - The Suburbs
Cette fois ci, nous allons tenter d’être à l’heure…

Explication de texte. En 2004, cette bande de galopins nous avaient claqué le beignet avec une bombe à retardement. Les premières écoutes s’étaient avérées communes, anecdotiques. Puis on poussait de nouveau la porte et la boite de Pandore livrait peu à peu ses secrets. Quelques mois plus tard, tout le monde ne jurait que par eux. Et jurait par la même occasion qu’ils ne pourraient pas prolonger l’essai. De nouveau perdu. Décidément, ce groupe est d’un pénible…
A cet état de fait, plusieurs éléments. Certes Butler et ses sbires ont quelques chose à nous dire, ce qui est assez rare en ces temps de vaches maigres. Ils savent piocher là où les autres ne font que passer (Springsteen pour ne citer que lui). Et surtout, ils ont du talent. Complétement inégalitaire, cette situation peut rendre fou une kyrielle de groupes. Tant pis. C’est ainsi.

Arcade Fire

Titre évident, The Suburbs, traite donc de géographie et du rapport de l’individu à son espace. Et vice versa.

« In the suburbs, I learned to drive And you told me I’d never survive Grab your mother’s keys, we’re leaving » entonne donc un Butler sur lequel plane le fantôme du Loner. Chanson convenue, d’un classicisme écervelé, The Suburbs bénéficie d’arrangements savamment dosés.

Quelques coups de brigadier et Arcade Fire nous emmène de nouveau dans un monde hanté et frénétique avec Ready to start. Passé ce moment qui nous rappelle les envolées de Rebellion Lies, Modern Man et sa basse jouissive montre un Win Butler timoré, recroquevillé derrière ce slogan funèbre « I’m a modern man ». Passé le très baroque « Rococo » et ses arrangements typiques, le groupe clôt le premier mouvement du disque avec l’avalanche de violons d’Emptu Room.

Les foules ont entendu quelques paires de mois pour avoir leur shoot canadien et elles vont être servi. Seize titres. Pas moins. Et il faut une course effrénée et une attention de tous les instants pour tenter de décrypter ce disque qui flingue dans tous les sens. La paire d’Half Light passée, Suburban War et ses guitares majestueuses transforment l’auditeur en spectateur d’un duel de cow boys placées sous l’égide d’Ennio Morricone. Tocsin et ribambelles de sable enchevêtrent les ondes.

Ce disque se regarde.

Après avoir été plongé dans une fosse punk à cause de l’agressif Month of may, on retourne dans les prophéties sonores de Markus Dravs et d’Owen Pallett avec le grandiloquent Deep Blue et ses ascensions bourgeoises vertigineuses. Pas de répit. Chassagne et sa troupe nous achèvent avec l’entêtant Used to wait et son déferlement anarchique. De touches de piano savamment répétées, nous nous retrouvons dans une orgie qui n’a de sens que dans le tourbillon  de rêves créés par ces magiciens.

Bullet in the head. La paire de Sprawl nous flingue.

Finalement 16 banlieues. Aucun centre. Juste 16 pôles qui flottent dans les nuages.

Et on arrive à se dire que nous ne serons jamais à l’heure avec ce groupe. Après l’écoute de ce disque, nous pouvons de nouveau nous réveiller.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…