Virgo Four : Resurrection

Émouvant. Voilà ce qui me vient à l’esprit à l’écoute du « nouvel » album de Virgo Four « Resurrection ». L’effet produit est équivalent à ce que vous éprouveriez si vous retrouviez des vieux copains perdus de vue depuis 20 ans.


On ne va pas refaire l’histoire de la musique mais on peut juste constater que la gestion désastreuse du label Trax et un désintérêt de la part du patron Larry Sherman pour la musique de Virgo Four a fait que le groupe n’a sorti qu’un seul album sous ce nom, et tout ça car le chien de Larry Sherman les avait appréciés, l’anecdote est véridique… On les retrouve également sous le nom Ace & The Sandman en 1992 et M.E en 1989 et 1990. L’écoute de « Resurrection » vous plongera en plein Summer Of Love lorsque la déferlante acid-house nous est parvenu avec le retard qu’on sait… Il est amusant de constater que malgré une idée fortement ancrée et entretenue par certains médias l’histoire de la techno et de la house ne se limite pas à Chicago et Detroit et Virgo Four nous le prouve d’une bien belle façon, en effet difficile de ne pas entrevoir des bribes de Kraftwerk, New Order et autres joyeusetés antédiluviennes dont les américains se seraient inspirés. Derrick May n’a-t-il pas dit un jour à propos de la techno : « C’est une erreur totale, comme Detroit. C’est comme si Kraftwerk et George Clinton se trouvaient coincés dans le même ascenseur… ».

Virgo Four – Legowelt Resurrection Megamix

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.