Miles Kane – Colour of the Trap

chronique :Miles Kane – Colour of the Trap
Louis - 04/05/2011

chronique :Miles Kane – Colour of the Trap
On n’attendait pas grand-chose du gamin Kane… Un groupe transparent, une collaboration douteuse avec Alex Turner. Et ? Eh bien un sacré album qui peut se classer entre un album d’Ocean Colour Scene et une compilation sixties (pléonasme).

Miles Kane

Il a tout pour agacer celui-là. Présent au bon moment, Kane a occupé le paysage musical bien malgré lui. C’est dire le bien triste état du rock anglais. On est forcé d’écouter les Vaccines, chouette combo païen qui fait du Ramones pour dépressif, pour se la couler douce.
Avec un grand renfort de marketing, on a appris que ce petit gars de Liverpool sortait un disque. Bien. Rien à battre. Surtout que le premier extrait (Inhaler) était franchement pas bien excitant…

Puis Come Closer est arrivé il y a quelques semaines. Propre sur elle. Un riff et une basse en béton armé. Le Swinging London revit. Fichtre. Ce type peut donc sortir une chanson correcte seul. L’affaire est à revoir.
Le bougre n’est pas né de la dernière pluie et s’est très bien entouré. Dan the Automator et Dan Carey aux manettes, Gruff Rhys, Noel Gallagher aux claquettes, Clémence Poesy en guise de Ronette.. Du beau linge qui attire l’attention et qui fait saliver son monde.

Ce petit malin de Miles Kane a donc joué le tiercé dans l’ordre pour débuter ce Colour of The Trap. Come Closer, Rearrange et My Fantasy sont les trois fortes têtes de ce disque. Les arrangements de la deuxième et la solitude qui se dégage de la dernière sont d’excellents compléments aux dernières livraisons des The Coral et aux trop sous-estimés Cast. Enchaînement jouissif, ces titres sont à déguster avec une bonne bière et une Benson & Hedges (cigarettes  préférées des Gallagher).

Si Counting Down The Days tente de faire une transition en douceur, Kane mouline tel un Don Quichotte à l’envers dans cette moitié d’album qui est un véritable ventre mou. Take The Night From Me est trop musclée pour le jeunot qui se prend pour Richard Hawley. Le navire prend l’eau. Kingcrawler ennuie et on passe son tour. Mais que se passe t-il ? Le jeune poulain se transforme en vieille bourrique qui refuse d’avancer.

La fin de Colour of the Trap est quant à elle bien plus solide. Telepathy et Happenstance sont un glorieux et honorable clap de fin.

Kane peut donc figurer dignement sur le rayon « Made in Liverpool » du H.V.M. des scousers entre Shack et The Coral. Rien que pour les trois premiers titres. La classe.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Cool cette review !! Je suis un peu comme toi, Miles Kane est un peu mon excitation surprise de l’année… Je ne m’attendais pas à aimer (surtout après cet Inalher sans saveur), mais Come Closer et Rearrange se sont imposées depuis comme mes chansons préférées de ce début d’année. Après une écoute rapide en streaming : My Fantasy est assez grandiose aussi en effet et Coulour of the trap est même vraiment pas loin du trio de tête pour moi… Excellent morceau. Globalement, ça fait un bien fou de découvrir une telle qualité de songwriting en cette période de disette mélodique, bien servie par une prod classieuse. Me tarde de pouvoir découvrir ça sur scène aussi : de ce que j’en ai vu, ça déchire son beatles.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.