Obel à nu !

Agnès Obel @ Europavox 2010 (© Nicolas Auproux)
Guimauve - 07/07/2011
Agnès Obel @ Europavox 2010 (© Nicolas Auproux)
Agnès Obel @ Europavox 2010 (© Nicolas Auproux)

Après un rendez-vous manqué en novembre à l’Epicerie Moderne de Feyzin, la voix cristalline de la divine Agnes Obel s’est enfin posée dans l’écrin intime de l’Odéon de Fourvière que les romains réservaient aux concours de poésie et de musique.

Agnes Obel

Nous étions passés à côté de la délicate Agnes Obel lors du festival Europavox en 2010. Philarmonics n’était pas sorti, avec sa pochette Hitchockienne, portrait austère de cette blonde venue des frimas scandinaves, au regard marmoréen avec son polo tricoté main par mère grand en compagnie d’un hibou grand duc hypnotique.

Un an plus tard et malgré une presse dithyrambique et un disque de platine en France, la
danoise semble loin de l’image de la petite sirène de Copenhague, loin aussi de la lolita des charts avec son renversant Riverside, c’est une trentenaire façonnée par Berlin où elle réside depuis 5 ans. C’est donc l’une des belles surprises de l’année.

Elle débarque à Lyon, sous une chaleur étouffante avec la lumière rasante et dorée de cette fin juin, après un voyage éprouvant de 16 heures en avion depuis l’Irlande avec à la clé la perte de ses bagages. Elle investit la scène de l’Odéon dans une tenue sobre, un jean et une chemise noire prêtée par l’organisation des Nuits de Fourvière. Un long piano à queue, scintillant de sa laque noire trône sur scène, Agnes Obel ne sera accompagnée que de sa complice Anna Müller au violoncelle. « Le piège serait de chercher à étoffer le son, ajouter trop d’instruments et de musiciens. J’aime cette idée que l’on n’a rien à cacher, que tout se voit et s’entend » explique t-elle dans Télérama. Le duo va donc jouer quasi intégralement Philarmonics dans le plus simple appareil, à nu. 1h30 de musique onirique, mélancolique mais jamais plombante, un spleen aérien envoûtant de simplicité. L’auditoire est attentif, on se moque de la moindre toux déchirant l’atmosphère recueillie entre les morceaux. Les doigts d’Agnès courent sur les touches noires et blanches du piano, ruban adhésif de son âme. C’est moins sautillant qu’une Sarah Blasko, moins mortifère qu’une Soap & Skin, moins énervé que la pithie Polly Jean, moins sophistiqué qu’une Joanna Newsom.

Le crépuscule est tombé quand Agnès entame Close Watch, une reprise du corbeau John Cale. Les notes oscillent métronomiquement, battement de coeur musical, horloge vivante et lancinante, on rêve soudainement du mythique rayon vert nous transperçant de part en part.

Agnes Obel – Close Watch

Elle s’amuse de l’excellence de l’acoustique, dédicace chaque morceau, à l’avion récalcitrant, au taxi, à la directrice des Nuits de Fourvière, au public. Agnès radieuse, s’amuse, elle ne joue pas du piano, elle joue avec, inspirée par les Gymnopédies (en grec « fêtes des enfants nus ») de Satie, par la suite bergamasque de Debussy ou encore les airs spontanés à la Bartok. « J’ai toujours été attirée par les mélodies toutes simples, presque enfantines. Que j’entendais comme des chansons. J’ai d’ailleurs mis longtemps avant d’écrire des textes, les airs que j’aime me semblent déjà raconter une histoire, projeter des images » avance t-elle.

Agnes Obel chante les rivières, les forêts, les fleurs, la terre, les collines (Riverside, Wallflower, On Powerder Ground, Over the Hill), austère et lumineuse, elle livre ses récits de l’intime au milieu de 4000 personnes captivées. Agnès et Anna ont l’art de l’épure, presque intimidées pour présenter de nouvelles « melody » que l’on retrouvera peut être sur un futur album. Même les cigales goûtent la douceur du moment, cette simplicité envoûtante. Une standing ovation salue le rappel Smoke and Mirrors, et l’ange échappé des Ailes du désir s’éclipse dans la torpeur de l’été.

L’album Philharmonics, est disponible en Edition Deluxe limitée depuis le 2 Mai.
Avec 6 titres live et 5 versions piano inédites et un édito par Didier Varrod (France Inter).

Date : 27 juin 2011
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Réponses
  1. Je ne mets pas de comm régulièrement (voire même jamais) mais comme le bouton « like » déconne c’est l’occasion !
    Ça fait plaiz de lire un article comme ça, aussi bien écrit. On est plongé dans le concert … à lire avec « Close Watch » en fond sonore !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».