Catégories
Chroniques d'albums

Octo Octa – Rough, Rugged, And Raw

 Octo Octa - Rough, Rugged, And Raw
Il semblerait que ce que l’on retiendra de cette année en matière de house est le flashback vers un musique primitive et dansante telle qu’on a pu l’entendre au Heaven à Londres, au Trans Paris Rêve au début des années 90 pour situer la tonalité générale.

Octo Octa

Ce n’est pas la cassette d’Octo Octa dont l’écoute va provoquer sans nul doute des remontées d’ecstasy à pas mal de quarantenaires et cinquantenaires qui contredira mon propos. Ici, tout respire la joie béate, l’hédonisme, le plaisir idiot de danser, cette idée de house-nation dont il est bien difficile de trouver une trace sur les dancefloors en 2011. Rien d’étonnant donc à trouver derrière cette cassette, au fait c’est aussi le retour de la cassette, le label 100 % Silk dont de nombreuses sorties rendent un bien bel hommage à cette époque, Sir Stephen en tête. Octo Octa, originaire de Dover dans le New Hampshire semble bien jeune pour avoir vécu les Summer Of Love, cela ne l’empêche en rien de faire comme si sa jeunesse en avait été marquée à jamais. Il va juste falloir retrouver ce bonnet fluo et ce sifflet et faire comme si nous avions encore vingt ans et que le monde nous appartenait même si l’on sait bien que c’est faux…

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

100% Silk

Total 100% Silk

Donc ce qu’il faudra retenir de 2012 c’est bien le retour à cette house des années 80, langoureuse et hédoniste, simple et cultivé, joyeuse et gaie. Ouf, il était temps !
Fort Romeau : Kingdoms

Fort Romeau : Kingdoms

Fort Romeau : Kingdoms On m’avait pas dit que la tendance musicale pour 2012 serait la musique de gays circa 1988, celle qu’on écoutait dans deux clubs à Paris et quelques autres en province. Non, parce que si on m’avait dit je me serais rasé la tête, j’aurais ressorti mon bombers qui doit trainer quelque…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.