Catégories
Chroniques d'albums

Bernhoft – 5 Breaks EP

chronique : Bernhoft - 5 Breaks EP
Si Bernhoft, chanteur norvégien, vient de finir une tournée aux côtés de Ben l’Oncle Soul, il continue sur sa lancée avec, après la sortie de quatre précédents opus (dont deux en 2011 et un double album), celle d’un EP de cinq chansons, 5 Breaks. « Cinq pauses » discernables, susceptibles de vous accompagner dans les interruptions de votre journée.

Bernhoft

S’ouvrant sur deux versions live (Cmon Talk et Choices), la dernière création du trentenaire s’accommode d’une amorce fort alléchante avec un préambule, comme le premier repos d’une journée – la pause de dix heures ? – au beat box puis enchaîné par la superposition soignée de sa propre voix. Le ton est donné, l’artiste est relativement soul tout en gardant une touche davantage pop, et nous offre quelque chose de rythmé et syncopé mais mélodique et harmonieux. Choices swinge aussi, tout comme la nouvelle version de C’mon Talk qu’il nous présente comme une conclusion à cette partie de l’EP ; lorsque Control parvient à nos oreilles, on comprend immédiatement que l’artiste nous livre une autre carte de son jeu : plus aérienne, elle est trip hop – faisant parfois penser à un bon vieux Massive Attack – autant qu’elle est soul par la voix grave et profonde de Bernhoft. Space in My Heart conclut ce nouvel épisode de manière plus acoustique et calme, sorte de slow jazzy où la voix du Norvégien est davantage poussée dans les aigus et nous offre à nouveau une nouvelle couleur de la palette musicale de ce dernier – conclusion d’une journée riche en émotions, elle est la chanson parfaite pour les soirées d’hiver qui s’annoncent.

Bernhoft, avec son allure à la Tom Vek, ne balance pas des chansons n’importe comment ; certaines sont enregistrées en live, d’autres en studio, mais peu importe, elles se suivent logiquement, apportant d’abord une touche de dynamisme portée par une qualité vocale indéniable, l’énergie du début faisant place à un style plus paisible sans que cela ne produise une fissure sonore pour autant. L’artiste nous livre ici une soul contemporaine, mélange de Ben l’Oncle Soul et Charlie Winston dans un ensemble pop et r’n’b à la fois, parfois nostalgique, parfois plus incisif. Bernhoft, ou le charme à la norvégienne, chantant pour consoler les cœurs et redonner le sourire à quiconque prendra le temps de s’asseoir – dans le bus ou au coin d’une cheminée – pour découvrir et apprécier sa voix chaleureuse.

Bernhoft – Cmon Talk

Télécharger l’EP

Partager cet article
4 réponses sur « Bernhoft – 5 Breaks EP »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Arcade Fire @ le Zénith, Paris | 03.06.2014

Top photos 2014

J’espère que le père Noël vous a gâté, que vous avez slalomé entre les embuches en tous genres, crise de foi(e), chute sur le verglas et grippes hivernales. Tout s’est bien passé pour nous, les photographes de Soul Kitchen ont bien travaillé cette année 2014 et m’ont réclamé à corps et à cris leur minute…
Portrait : Bernhoft

Portrait : Bernhoft

Le dernier album de Bernhoft « Islander » est sorti il y a quelques semaines. Ce multi-instrumentiste de génie, à la voix impressionnante, nous régale avec son troisième opus.
clip : Bernhoft - Shout (C2C Remix)

clip : Bernhoft – Shout (C2C Remix)

Bernhoft – Shout Vous avez envie de crier avec Bernhoft que le soleil doit revenir ? Alors montez le son avec ce remix groovy par C2C du cultissime Shout et dansez autour de votre table de salon.
Europavox 2012

L’Auvergne c’est l’Europe

Europavox 2012 Pendant que l’Europe économique tangue sérieusement, l’Europe musicale débarque à Clermont-Ferrand au 7ème festival Europavox les 25, 26 et 27 mai 2012.
Fort en Jazz 2012

Bernhoft Fort en Jazz

Fort en Jazz 2012 Bernhoft sera en concert durant le festival Fort en Jazz de Francheville qui jouxte Lyon le vendredi 8 juin, l’occasion de réécouter les looping vocaux de sa très belle SK session.
Bernhoft (live session)

SK* Session : Bernhoft

Certes ce n’est pas le premier à utiliser le sampling en live, loin de là, je garde par exemple un souvenir ému de St Vincent à la Maroquinerie, mais Bernhoft, Norvégien et même Osloïte, m’a impressionné avec Cmon Talk dont la vidéo circule sur la toile depuis quelques mois. Je n’ai donc pas hésité à…

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.