Catégories
Chroniques d'albums

Noah and the Whale – Last Night on Earth

Noah and the Whale – Last Night on Earth
Ce jeune groupe anglais, découvert depuis un petit moment maintenant dans son pays natal, est composé de cinq garçons originaires de Londres aspirant à partager leurs histoires musicales, comme ils ont eu le privilège de le montrer, aux festivals de Reading, Leeds, Glastonbury ou encore au V festival (rien que ça !). Clôturant bientôt leur tournée anglaise, les britanniques de Noah and the Whale voient déjà une partie de leurs dates afficher complet (ils ont d’ailleurs rempli le Royal Albert Hall en quelques jours).

Noah and the Whale

Ils avaient trouvé un premier public grâce au très folk Peaceful, the world lays me down, puis au plus nostalgique First Days of Spring, album traçant l’histoire du chanteur abîmé par une relation amoureuse (avec Laura Marling, ndlr.) qui venait de s’achever. Le groupe est revenu cette année avec une nouvelle chronique : celles de personnages à la recherche de quelque chose de meilleur, mais avant tout, d’espoir et de rêves, le tout enregistré dans une synagogue. Ici, le son est davantage pop-rock bien que toujours fidèle aux sonorités particulières du groupe, tantôt entraînant et très folk –voire même country !-, tantôt plus mélancolique. Les instruments utilisés changent aussi, et sont, dans l’ensemble, plus électriques que dans les albums précédents.

Pour commencer la danse, Life is Life rentre dans le vif du sujet avec cet homme qui, prêt à tout pour devenir la personne dont il serait fier, quitte son foyer à minuit afin de changer son existence et surtout, tout recommencer différemment. Tonight’s the Kind of Night reste dans le même thème et nous invite à assister à la scène où ce garçon fait ses adieux, sans regret, à l’endroit qu’il a toujours connu, afin de commencer sa propre vie d’adulte. Les âmes solitaires ont décidément leur place dans ce nouvel opus (L.i.f.e.g.o.e.s.o.n, le genre de chanson que l’on fredonne une journée entière et que l’on a encore envie d’écouter le soir) mais les expériences qui se vivent en groupe également (Give it all back, retour sur l’adolescence et les débuts d’une aventure musicale, où le passé n’est aussi pas si sombre que le reste de l’album pourrait le laisser penser). Paradise Stars est le doux, presque féerique interlude qui sert de machine à remonter le temps, où l’attente d’une chance était ce qui comptait plus que tout (Waiting for my chance to come), où les rêves les plus sincères semblaient trop inaccessibles pour être accomplis (The Line) et où une rencontre peut devenir le point de repère d’une vie (Just me before we met). Old Joy conclut le nouveau conte de Noah and the Whale avec brio, faisant raisonner presque religieusement un « Don’t dream of yersterday », poussant la voix de Charlie Fink à son rayonnement maximal.

Last Night on Earth est avant tout un point de rendez-vous entre des personnages remplis d’espoir, faisant table rase de leurs passés pour se tourner vers un avenir rempli de rêves et de perspectives, un retour aux sources ou un retour à la case départ, un recommencement, où, « on my last night on earth, I’ll pay a high price to have no regrets and be done with my life ».

Noah And The Whale – Waiting For My Chance To Come

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Programmation Main Square Festival 2012

Programmation Main Square Festival 2012

Affiche Main Square Festival 2012 Du 29 juin au 1er juillet se déroulera l’édition 2012 du Main Square Festival, toujours à Arras, avec une programmation équilibrée entre les têtes d’affiche et les groupes moins grand public, même si on reste sur notre faim : pour les découvertes, ce n’est pas le bon festival. On note…
clip : Noah And The Whale – Life Is Life

clip : Noah And The Whale – Life Is Life

3ème single de leur décevant 3ème album Last Night on Earth pour Noah and the Whale, on se croirait dans un épisode d’Heroes, « Save the Cheerleader, Save the World » qu’ils disaient, cela n’évite pas à ce Life is life sorti cet été une certaine mièvrerie qui vient peut être de la pastèque sucrée. Tant que…

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.