Catégories
Chroniques d'albums

Royal Baths – Better Luck Next Time

Royal Baths - Better Luck Next Time

Royal Baths - Better Luck Next Time
Royal Baths - Better Luck Next Time

Royal Baths est un duo de la baie de San Francisco, formé de Jeremy Cox et Jigmae Baer que l’on retrouvait au coté de Thee Oh Sees ou Ty Segall. Le groupe sort son second album, Better Luck Next Time, chez Kanine Records.

Royal Baths

Le son de Royal Baths est brute, sec, âpre et rugueux, saturé, minimaliste et lo-fi. Les guitares sont crades à souhait, la voix de Jeremy Cox est bancale mais assurée, très en avant ; contrebalancée par la voix féminine de Jigmae Baer. Le duo est lugubre et sensuel sur Burned où les voix et les guitares entament un pas de deux, blues et lascifs sur Faster, Harder où le duo martèle qu’il aime sa Teenage Girl. On veut bien le croire. Be affadi of Me est presque psyché avec sa guitare qui se prend pour une sitar, le Mystique Midnight Voodoo porte bien son nom, avec ses voix qui hurlent à la lune etc, etc, etc jusqu’au Someone New qui clôt l’album dans un morceau d’une lenteur outrageusement sexuelle.

On peut leur en coller des labels : Shoegaze, Lo fi, Psyché, Blues, Americana… La vérité de Royal Baths, c’est qu’il sont vraiment Rock’n’Roll, sales, abimés, lubriques. Et complètement atemporel.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Surfer Blood : ça va saigner

De retour chez Kanine Records (le label qui les avait signés pour leurs débuts en 2010), les Surfer Blood s’apprêtent à faire partir une salve de tubes avec Carefree Theatre, leur nouvel album.
Beverly

Beverly Hits

Drew Citron (Avan Lava) et Frankie Rose (Crystal Stilts & Dum Dum Girls) avaient marqué les esprits de Brooklyn et de tous les rêveurs du monde en 2013 avec un premier album intitulé Careers. En 2016, les Beverly débarquent avec un nouvel album.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.