Plug est un des alias de Luke Vibert. On peut le connaitre sous le pseudo de Wagon Christ, le retrouver au côté d'Apex Twin ou Tom Middleton ou chez l'agent des Chemical Brothers pour son 3 ème album, le premier sous le nom de Plug. Back On Time est donc le second album de Vibert sous cet alias et il est composé de morceaux datant de 1995 à 1998, jamais sortis jusque là.


La jungle du premier titre est matinée de sonorités house et des voix garage que l’on retrouve encore sur Feeling So Special. Come on My Skeleton est un gros tune Drum’n’Bass relevé de percus cristallines et de boucles de beat box, de folklores asiatiques, de voix lyriques qui se superposent en une construction nerveuse et dansante. No reality rappelle quelques heures d’Aphex Twin avec des sonorités de fêtes foraine de film d’horreur. On retrouve des accointances avec le DJ anglais sur les titres frénétiques Drum N Bass et Flight 78… Sur Mind Bending on garde une cadence et une rythmique drum’n’bass, mais sur des sons presque 8 bit saupoudrés d’un esprit rétro futuriste qui font pencher le tout du côté d’une techno sauce Plug. Une inquiétude, aussi, traverse les morceaux de Plug quand il y ajoute des samples parlés et presque bruitistes. Le titre éponyme, avec encore une fois une base jungle, est à la frontière avec la Trip-hop.

Plug - Scar City

Plug maitrise les codes de la drum’n’bass et de la jungle. Il y ajoute des teintes electro, house, garage, qui font de Back On Time un album résolument tourné vers le passé. Le tout est fait avec un supplément classe qui en font une pièce de club plus que de free party et qui ressuscite un esprit old school. Si Back On Time fait voyager dans le temps, il n’en est pas dépassé pour autant, il passe l’épreuve du temps sans prendre trop de rides et réveille une nostalgie délicieuse. De là à sortir un « C’était mieux avant »…

Plug - Drum N Bass

Plug - Feeling So Special

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

Jay-jayjohanson-finally

Vidéo : Jay-Jay Johanson – Finally

Finally est enfin mis en images. Ce titre sensuelo-envoûtant de notre dandy suédois préféré, Jay-Jay Johanson méritait cet écrin en noir et blanc réalisé par Renata Litvinova.
Mézinc © Julien Monnet

Vidéo : Mézinc – Moth

Le mézigue Mézinc, c’est Star Wars a lui tout seul. Il dirige ses synthétiseurs et ses lumières comme on piloterait le Faucon Millénium. Sa musique est une forme d’hyperpropulsion vers un univers aux couleurs changeantes et aux sonorités fascinantes.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.