Mark Lanegan – Blues Funeral

Mark Lanegan - Blues Funeral
Queen Mafalda - 04/05/2012

Mark Lanegan - Blues Funeral

Mark Lanegan est chanteur de rock. Moins expérimental et plus discret que Mike Patton, il n’en est pas moins prolixe. Depuis le début des années 90, il pose sa voix sur une multitude de projets. Cette année il lance son deuxième album solo.

Mark Lanegan

Mark Lanegan a collaboré avec toute la planète rock de ses 20 dernières années. Il débute sa carrière dans les années 90 à Seattle. Quoi de plus normal alors que de commencer par le grunge. Après un projet avorté avec Kurt Cobain, le prince de l’époque, Mark Lanegan lance les Screaming Trees. Le groupe grunge n’aura pas le succès d’un Pearl Jam mais sortira tout de même 11 albums. Après le dernier album du groupe en 1997, Mark Lanegan multiplie les rencontres. Il participe aux albums de Queens Of The Stone Age depuis leur album Rated R, forme un duo avec le chanteur d’Afghan Wings, un autre avec Isobel Campbell la moitié de Belle and Sebastian, s’acoquine avec les belges de Creature With Atom Brain… Lorsqu’il est en mal d’égo ou que ses collaborations ne lui permettent pas de s’exprimer comme il le voudrait, Mark Lanegan sort des albums solos. Chez Sub Pop Records d’abord, héritage grunge probablement, puis chez Beggars Banquet. Blues Funeral, son nouvel album solo sortait en février. Pour ne pas faire mentir son gout pour les rencontres musicales, Mark Lanegan retrouve pour l’occasion Josh Homme, le leader de Queens Of The Stone Age et compagnon de longue date, Dreg Dulli frère d’arme sur le duo The Gutter Twins et Jack Irons ex Red Hot Chili Peppers.

Blues Funeral, le titre semble coller à merveille à l’image sombre de Mark Lanegan. « Le Blues c’est un état d’esprit chez moi » disait-il au magazine Noise. Dès l’ouverture de l’album, avec « The Gravedigger’s song », le premier single, la voix du chanteur se fait encore plus grave et rocailleuse que d’habitude. Elle se prête à merveille à ce titre nerveux aux percussions puissantes ou à « Bleeding Muddy Water », morceau à la lenteur lascive et à la batterie martelée comme autant de coups de buttoir. Sur « St Louis Elegy », les orgues et les harmonies vocales font discrètement planer l’esprit d’Ennio Morricone. La ballade « Deep Black Vanishing Train », avec ses guitares claires et ses instruments à vents, insuffle une touche americana à l’album… Blues Funeral enchaine les morceaux lugubres, mélancoliques, sombres, saturées, puissants, nerveux, qui s’inscrivent dans la continuité des courants explorés jusqu’ici par Mark Lanegan.

Mark Lanegan Band – Quiver Syndrome

http://soundcloud.com/exclaim/sets/mark-lanegan-band-blues/s-WSsSJ

Mais ce n’est pas tout, parce que Mark Lanegan nous réserve quelques surprises. L’air de rien et dés le troisième morceau de Blues Funeral, le chanteur de rock s’essaye à une électro pop pleine de synthés et de boite à rythme. Une invitation à la danse, véritable matériel à dancefloor. On n’avait jamais imaginé Mark Lanegan dans le registre de crooner pop un peu glam, mais c’est pourtant de ça dont il s’agit. La voix de fumeur compulsif ne collera jamais vraiment aux arrangements électro pop un peu simpliste. Et si l’essai ne manque pas d’honnêteté, il manque plutôt d’authenticité. Comme si le chanteur de rock un peu anonyme avait voulu montrer que lui aussi était capable de faire danser les foules sur la bande FM. En restant anecdotiques, les morceaux auraient pu prêter à sourire, passer pour une blague, ou un essai motivé par la curiosité de l’artiste. Mais à force de multiplications, ils finissent par ennuyer au mieux, irriter au pire. Ce ne sont ni les synthés ni les boite à rythmes qui sont nouveaux chez Lanegan, alors finalement c’est peut être la pop qui ne lui va pas. On le sait depuis le début que son truc à lui, c’est plutôt un rock plus brute et sombre.

Blues Funeral fini par être un album à moitié réussi. Et on ne peut qu’espérer que l’électro pop ne restera qu’une tentative. En attendant, il sera toujours temps de découvrir ce que donne ces morceaux en live. Le chanteur se produira à Rock en Seine cette année, seule date française annoncée jusqu’ici.

Mark Lanegan – Blues Funeral
3.5
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

La jeunesse est un art écrivait Oscar Wilde. La jeunesse se chante et peut bouleverser avec quelques notes : la preuve avec le premier disque d’Eve Owen, une londonienne de 20 ans.

Liam Gallagher – MTV Unplugged

Liam Gallagher – MTV Unplugged

En 1996, Liam Gallagher plantait tout le monde. Une tournée américaine qui devait être triomphale pour Oasis n’eut pas eu lieu à cause d’une engueulade avec Mark Lanegan… et un MTV Unplugged qui s’annonçait aussi splendide que celui de Nirvana se solda par une prestation solo de Noel… Liam refusa de chanter et regarda son…

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Originaire de Galway, Brigid Mae Power signe avec Head Above The Water son premier disque chez Fire Records (The Chills, Evan Dando, etc…). Successeur de trois albums, Head Above The Water s’impose comme une évidence et surtout dépasse le niveau des autres. Disque lumineux et élégant, il devrait accompagner notre été 2020. Et plus si…

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Quinzième album pour Damien Jurado. Et comme d’habitude le même scénario : un disque superbe, des critiques dithyrambiques, des ventes quasi-nulles en France et donc aucun concert à Paris et en province. What’s New, Tomboy ? devrait donc réjouir les 45 fans français du Monsieur. Et comme d’habitude, on attend l’année qui suit pour avoir…

Tim Burgess – I Love The New Sky

Tim Burgess – I Love The New Sky

Qu’est-ce qu’il y a de plus anglais que Tim Burgess ? Liam Gallagher passe pour un touriste allemand à côté du maître des Charlatans. Le leader de ce groupe de Manchester est anglais, lettré et sympathique. Et en plus il sort des disques fortement sympathiques.

Patrón – Patrón

Patrón – Patrón

Loading Data est en sommeil, vive Patrón ! Le Français fait de nouveau alliance avec Alain Johannes et sa bande pour sortir un disque qui devrait rendre totalement priapique n’importe quel fan des Queens Of The Stone Age.

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Proche de Mark Lanegan, collaborateur des sombres Archie Bronson Outfit et des Savages, Duke Garwood avait fait ces derniers temps le choix de se la jouer solo. Avec The Bliss of Myth, Garwood fait une entorse à son récent règlement et nous enchante avec le mystérieux Paul May le temps d’un disque, le bien nommé…

Hey Hey My My – British Hawaii

Hey Hey My My – British Hawaii

Avez-vous pensé au premier disque que vous allez écouter en bagnole, les fenêtres ouvertes, sur les routes de l’après, direction Merry Land pour piquer une tête in the lake un samedi soir en prenant son temps, « paisible, à la fraîche, décontracté du gland » ? Cela pourrait bien être British Hawaii d’Hey Hey My My.

BC Camplight – Shortly After Takeoff

BC Camplight – Shortly After Takeoff

Pour son cinquième album, Brian Christinzio aka BC Camplight a reçu la note maximale de 5/5 par le très chic The Guardian. Logique, cinquième album, cinq étoiles. Sauf que c’est tout sauf la logique qui anime Shortly After Takeoff, dernier volet de la trilogie commencée How To Die In The North et Deportation Blues…. On…

Danzig Sings Elvis

Danzig Sings Elvis

Qu’est-ce qui est plus ringard qu’un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig ? Un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig. L’ex-Misfits se fait étriller par la critique. Il faut dire que le contenant ne fait pas rêver. Par contre, le contenu vaut plus que le détour.

The Coral – Live At Skeleton Coast

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

Black Bones – Ghosts & Voices

Black Bones – Ghosts & Voices

Qu’est-ce qui sent le champagne, qui a la couleur d’un chewing-gum à la fraise et qui est moulée dans un pantalon de cuir ? Une chanson de Black Bones ! Anthonin Ternant poursuit ses obsessions catho-crampsiennes et nous enchante avec Ghosts & Voices.

Brendan Benson – Dear Life

Brendan Benson – Dear Life

A quoi sert Sour Mash, le label de Noel Gallagher ? A sortir les disques ennuyeux de son groupe (les High Flying Birds) et à financer les chansons fascinantes de Shack. A quoi sert Third Man Records, le label de Jack White ? A sortir les disques ennuyeux de ses groupes (The Raconteurs & The…

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur…

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Il n’y a pas que Le SuperHomard qui est touché par l’hyperactivité. Mark Kozelek (Red House Painters, Sun Kil Moon) publie un live, un nouveau disque et s’apprête à revenir dans les librairies avec The Panther and the Honey Badger (A Correspondence) et Zhao Tao (A Correspondence) au début du mois de mai prochain.

RVG – Feral

RVG – Feral

Deux bonnes nouvelles en ce jeudi 23 avril 2020. Comme elles sont rares, on les savoure. La première est télévisuelle : l’idiot de C8 raccrocherait les gants définitivement à la fin de l’été 2020. La seconde est musicale : le rock australien est en pleine forme et RVG vient de remonter sur le ring pour…

Other Lives – For Their Love

Other Lives – For Their Love

C’est donc l’heure du grand disque, du succès pour Jesse Tabish et ses Other Lives ! Après deux albums qui avaient séduit les fans (pas trop allumés) de Radiohead et les amoureux de l’Amérique profonde, les Other Lives passent à la vitesse supérieure avec For Their Love.

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Après avoir réédité Tales Told de Broudie (grand manitou des Lightning Seeds et sorcier du son des Shack et de The Coral), le label de Peter Paphides ressort des éditions remasterisées des deux premiers albums de Robert Forster.

Ron Sexsmith – Hermitage

Ron Sexsmith – Hermitage

On va encore se répéter : il faut absolument écouter Ron Sexsmith. Que l’on soit fan des mièvreries de Chris Martin ou que l’on adule les Strokes, il faut parfois se confronter à la vérité et accepter de se dire qu’on a pris la mauvaise route. Oubliez tout et écoutez ce canadien qui se croit…

The Warlocks – The Chain

The Warlocks – The Chain

En 2020, les Warlocks font toujours du Warlocks. Rien ne change à ce détail près que The Chain est sûrement le meilleur disque du groupe depuis… The Mirror Explodes paru en 2009.