BirdPen – Global Lows

Ce duo anglais nous avait déjà enchanté il y a de cela quelques années avec leur très réussi et prometteur On/Off/Safety/Danger ; ils nous avaient révélé un monde paradoxal, apocalyptique mais merveilleux, où la lumière et l’ombre se rencontraient entre la voix de David Penney et une instrumentalisation oscillant entre trip-hop et rock. Ils nous reviennent ici avec un deuxième chapitre que l’on attendait impatiemment. Global Lows est sorti le 5 juin en France, et en voici un petit aperçu.


No Escape nous ramène au groupe que l’on connait et donne le ton de l’album, semblable à celui de l’album précédent. Le monde autrefois décrit comme apocalyptique l’est toujours autant ; pas de sursaut d’optimisme en vue pour le duo britannique. Leur mélancolie reste toujours mélodieusement tragique ; ainsi, Nature Regulate (à l’aide de son piano), A Thousand Followers ou encore Mule – particulièrement lunaire – nous permettront d’être spectateur d’un monde transformé par un Homme lui-même métamorphosé sur une bande originale apaisante.
Saver Destroyer est la nouvelle Off ; plus rythmée et sèche, elle porte un titre énigmatique et contradictoire mais qui pourtant traduit bien la musique du groupe. Et alors que Missing Sun arrive jusqu’à sonner étonnamment comme un bon vieux U2, le groupe ne se retient pas d’innover dans ce nouvel opus.
Ainsi, Sorrow surprend : son introduction quasi-orchestrale et dramatique (peut-être influencée par la tournée récente d’Archive avec un orchestre symphonique ?) contraste avec une suite plus paisible où les gammes aiguës d’un piano, dans un premier temps, rendent justice à la voix de Dave Pen avant de la laisser se perdre dans un flux de sons plus fluides. Quant à The Safety In Numbers Is Now Zero, c’est son puissant falsetto qui intercepte. Hormis le fait que c’est la première fois que l’on entend Jonsi (Sigur Ros) prendre possession du corps de Dave Pen, c’est également par sa présence dans les couplets au détriment des refrains qui est déroutante. Il s’agit pourtant d’un double risque payant : cette petite dernière ferme la danse en apothéose, autant musicalement que lyriquement.

BirdPen – Nature Regulate

Cet album est lui aussi un petit bijou poétiquement dantesque, peut-être plus effrayant que son prédécesseur car nous mettant face à des réalités concrètes. Avant tout, Global Lows est à sa manière contestataire, nous invitant à repenser nos choix et nos actes, à vaincre nos peurs, se protéger du mensonge et surtout à ne plus s’enfermer dans des modes de pensées et des habitudes qui ne fonctionnent pas ou plus. C’est un système entier qui doit être remis en question, car comme ils le disent « there’s no escape, nowhere to go » : c’est ce monde qui doit être sauvé. Car les erreurs humaines sont toujours les mêmes (Only The Names Change), il faut trouver la force de se retourner avant d’avancer. Global Lows innove tout en restant fidèle à l’univers de ses auteurs ; puissamment sombre et intelligente, cette dépression planétaire est un magnifique dernier appel au secours. Enfin, « dernier », on ne l’espère pas.

Discographie

Cela pourrait vous intéresser

BirdPen @ Château du Rozier, 14-06-2022

Photos : BirdPen @ Château du Rozier, 14-06-2022

BirdPen est fidèle. « En mars 2017, BirdPen donnait un concert aussi incroyable qu’inespéré au Château du Rozier. Les membres du groupe déclareront plus tard qu’il s’agissait de la meilleure date de leur tournée ce qui fit immédiatement prendre un galon à [notre] petit lieu. »
Birdpen © Fabrice Buffart

Photos : Birdpen @ Château du Rozier, Feurs | 14.12.2018

Pendant que certains rêvent de M Arena sans âme, le château du Rozier à Feurs poursuit sa quête des concerts à taille humaine où convivialité rime avec fidélité avec des artistes comme Birdpen qui a donné un concert généreux et unique dans un lieu qui s’impose discrètement mais sûrement comme une des scènes incontournables de […]
Birdpen - In the Company Of Imaginary Friends

Quelques nouvelles de BirdPen

Alors qu’Archive écume l’Europe, BirdPen, projet de son chanteur Dave Pen et de son ami Mike Bird, nous tease son troisième album, à venir pour mai prochain, avec la planante petite nouvelle, témoin d’une maturité à découvrir sur In The Company Of Imaginary Friends, Lifeline.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.