Ce duo anglais nous avait déjà enchanté il y a de cela quelques années avec leur très réussi et prometteur On/Off/Safety/Danger ; ils nous avaient révélé un monde paradoxal, apocalyptique mais merveilleux, où la lumière et l’ombre se rencontraient entre la voix de David Penney et une instrumentalisation oscillant entre trip-hop et rock.
Ils nous reviennent ici avec un deuxième chapitre que l’on attendait impatiemment. Global Lows est sorti le 5 juin en France, et en voici un petit aperçu.

No Escape nous ramène au groupe que l’on connait et donne le ton de l’album, semblable à celui de l’album précédent. Le monde autrefois décrit comme apocalyptique l’est toujours autant ; pas de sursaut d’optimisme en vue pour le duo britannique. Leur mélancolie reste toujours mélodieusement tragique ; ainsi, Nature Regulate (à l’aide de son piano), A Thousand Followers ou encore Mule – particulièrement lunaire – nous permettront d’être spectateur d’un monde transformé par un Homme lui-même métamorphosé sur une bande originale apaisante.
Saver Destroyer est la nouvelle Off ; plus rythmée et sèche, elle porte un titre énigmatique et contradictoire mais qui pourtant traduit bien la musique du groupe. Et alors que Missing Sun arrive jusqu’à sonner étonnamment comme un bon vieux U2, le groupe ne se retient pas d’innover dans ce nouvel opus.
Ainsi, Sorrow surprend : son introduction quasi-orchestrale et dramatique (peut-être influencée par la tournée récente d’Archive avec un orchestre symphonique ?) contraste avec une suite plus paisible où les gammes aiguës d’un piano, dans un premier temps, rendent justice à la voix de Dave Pen avant de la laisser se perdre dans un flux de sons plus fluides. Quant à The Safety In Numbers Is Now Zero, c’est son puissant falsetto qui intercepte. Hormis le fait que c’est la première fois que l’on entend Jonsi (Sigur Ros) prendre possession du corps de Dave Pen, c’est également par sa présence dans les couplets au détriment des refrains qui est déroutante. Il s’agit pourtant d’un double risque payant : cette petite dernière ferme la danse en apothéose, autant musicalement que lyriquement.

BirdPen – Nature Regulate

Cet album est lui aussi un petit bijou poétiquement dantesque, peut-être plus effrayant que son prédécesseur car nous mettant face à des réalités concrètes. Avant tout, Global Lows est à sa manière contestataire, nous invitant à repenser nos choix et nos actes, à vaincre nos peurs, se protéger du mensonge et surtout à ne plus s’enfermer dans des modes de pensées et des habitudes qui ne fonctionnent pas ou plus. C’est un système entier qui doit être remis en question, car comme ils le disent « there’s no escape, nowhere to go » : c’est ce monde qui doit être sauvé. Car les erreurs humaines sont toujours les mêmes (Only The Names Change), il faut trouver la force de se retourner avant d’avancer. Global Lows innove tout en restant fidèle à l’univers de ses auteurs ; puissamment sombre et intelligente, cette dépression planétaire est un magnifique dernier appel au secours. Enfin, « dernier », on ne l’espère pas.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Birdpen © Fabrice Buffart

Photos : Birdpen @ Château du Rozier, Feurs | 14.12.2018

Pendant que certains rêvent de M Arena sans âme, le château du Rozier à Feurs poursuit sa quête des concerts à taille humaine où convivialité rime avec fidélité avec des artistes comme Birdpen qui a donné un concert généreux et unique dans un lieu qui s’impose discrètement mais sûrement comme une des scènes incontournables de…
Birdpen - In the Company Of Imaginary Friends

Quelques nouvelles de BirdPen

Alors qu’Archive écume l’Europe, BirdPen, projet de son chanteur Dave Pen et de son ami Mike Bird, nous tease son troisième album, à venir pour mai prochain, avec la planante petite nouvelle, témoin d’une maturité à découvrir sur In The Company Of Imaginary Friends, Lifeline. Birdpen – In the Company Of Imaginary Friends
Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon…
Birdpen - Nature Regulate

clip : Birdpen – Nature Regulate

Birdpen – Nature Regulate Deuxième album pour Birdpen avec Global Lows (5 juin) produit par Jim Spencer (New Order, The Horrors, The Charlatans, Oasis entre autres). Nature Regulate est une lente montée vers la lumière, l’histoire d’une résurrection ou d’un monde claustrophobe qui renaît dans un clip fantasmagorique.
Cabaret frappé 2011

Des festoches grat’oches !

C’est déjà l’été et les premiers festivals. On entend déjà les recalés de l’euro-million se plaindre des tarifs prohibitifs de certains concerts et des programmations photocopiées. Petit focus sur trois évènements Rhône alpin où vous pourrez vous en mettre plein les esgourdes sans dépenser un cents.

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.