Catégories
Chroniques d'albums

Amanda Fucking Palmer – Theatre Is Evil

Amanda Fucking Palmer - Theatre Is Evil
Indépendance et autogestion sont probablement les maîtres mots de la démarche d’Amanda Palmer. Alors pour financer son nouveau projet, la chanteuse américaine fait appel à la générosité de son public. C’est enfin chose faite. Celle qu’il convient maintenant d’appeler Amanda Fucking Palmer s’associe au Grand Theft Orchestra et sort son second album solo après Who Killed Amanda Palmer, un recueil de reprises de Radiohead au Ukulélé, son groupe les Dresden Doll et de multiples autres collaborations.

Amanda Fucking Palmer

Sur Theatre Is Evil, Amanda Fucking Palmer expérimente de nouvelles sonorités qui pourront décontenancer les fans de la première heure. Avec intro et entracte aux cuivres nerveux, si elle ne met pas de côté un sens aïgu de la mise en scène façon burlesque et cabaret, elle s’illustre aujourd’hui dans des sonorités saturées où le synthé devient roi.

Sur toute la première partie de Theatre Is Evil, Amanda Fucking Palmer fait preuve de puissance et énergie dans des morceaux à la bonne humeur et l’optimisme communicatifs. Spécialement sur Want It Back, qui se dotait, il y a peu, d’un clip à poil. Et puis sur le 6ème morceau, Grown Man Cry, Amanda Palmer fait preuve d’une mélancolie à l’electro vintage, dont les touches de synthés ne peuvent pas ne pas faire à penser à Everything But The Girl. C’était peut être trop de bonne humeur d’un coup. Sur Trout Heart Replica, Amanda Palmer range les synthés et sort les violons pour une ballade de plus de sept minutes de tristesse et qui aurait probablement gagné à un peu plus de concision.

Amanda Palmer – Want It Back

Plus loin dans l’album on trouvera The Bed Song, piano voix, qui renoue avec ce que l’on connaissait déjà d’AFP, Melody Dean qui marrie de façon jouissive, l’ancienne et la nouvelle AFP. Avec Berlin, Amanda Palmer ménage ses tensions et les montées en puissance pour un nouveau morceau de sept minutes. Et pour clore son tour de chant, Palmer fera sa sortie de scène sur l’énergique et cuivré Olly Olly Oxen Free.

Finalement, ce nouvel album d’Amanda Fucking Palmer est en dents de scie et ravira tour à tour anciens et nouveaux fans, en même temps qu’il en laissera d’autres sur le bord de la route. Quoi qu’il en soit, loin d’être une plantade, s’il ne retournera pas les foules, il recèle néanmoins de belles trouvailles qui prendront à n’en pas douter leur ampleur en live.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…

Blondino, ligne d’espoir

La cosmonaute Blondino a atterri. Au milieu d’un no man’s land pas très chouette, cerné entre un avant que l’on fuit et un vague plus tard dont on aimerait deviner les contours. Blondino a atterri là, au milieu de ceux perdus entre les lignes. Au milieu de ceux qui n’y croient plus. Parce qu’entre les…

Les chiens sont lâchés !

Mica Levi, mais vous êtes juive ?! Ça ne fait rien, on vous garde quand même. Parce que c’est foutrement jouissif à l’heure la France vaccinée par la connerie se demande s’il va y avoir de le neige à Noël ou si lLa Fistinière va rouvrir avec gestes barrières et protection et friction hydro-alcoolique.

Love Love Love

Sortir du lit gâche ma journée entière. Bill Callahan, Bonnie « Prince » Billy et David Pajo reprennent le I love you de l’icône country Jerry Jeff Walker (Ridin’ High, 1975) décédé en octobre dernier.

Les Thugs : Radical Reading

On ne va pas se le cacher : on n’écoutait pas Les Thugs. En 1993, on a pris un exemplaire d’As Happy As Possible pour le reposer rapidement et investir dans In Utero de Nirvana… En 1999, Tout Doit Disparaître subira le même sort, celui d’être recalé au dernier moment avant le passage à la…
Pepe Wismeer & Thierry Müller – I exteem

Vidéo : Pepe Wismeer & Thierry Müller – I exteem

Si vous en avez assez des rengaines sucrées de l’été ou que votre plage se résume à un poster dans votre cuisine, il faut écouter les divagations musicales de Pepe Wismeer & Thierry Müller avec I exteem, extrait d’un album paru en mai au titre radical et intriguant, L’écho des chiens dans le sang de…
maghreb

Bienvenue au Maghreb K7 Club !

Pendant que Lyon était capitale du rock entre 1978 et 1983, la « new wave enragée d’Oran » déferlait sur la fosse aux ours et la place du pont. La Guillotière était l’épicentre de secousses musicales passionnantes que l’on retrouve dans cette Maghreb K7 Club (Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997) sorti sur l’excellent label Genevois Bongo…

Plus dans Chroniques d'albums

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…