Amanda Fucking Palmer – Theatre Is Evil

Amanda Fucking Palmer - Theatre Is Evil Indépendance et autogestion sont probablement les maîtres mots de la démarche d’Amanda Palmer. Alors pour financer son nouveau projet, la chanteuse américaine fait appel à la générosité de son public. C’est enfin chose faite. Celle qu’il convient maintenant d’appeler Amanda Fucking Palmer s’associe au Grand Theft Orchestra et sort son second album solo après Who Killed Amanda Palmer, un recueil de reprises de Radiohead au Ukulélé, son groupe les Dresden Doll et de multiples autres collaborations.

Amanda Fucking Palmer

Sur Theatre Is Evil, Amanda Fucking Palmer expérimente de nouvelles sonorités qui pourront décontenancer les fans de la première heure. Avec intro et entracte aux cuivres nerveux, si elle ne met pas de côté un sens aïgu de la mise en scène façon burlesque et cabaret, elle s’illustre aujourd’hui dans des sonorités saturées où le synthé devient roi.

Sur toute la première partie de Theatre Is Evil, Amanda Fucking Palmer fait preuve de puissance et énergie dans des morceaux à la bonne humeur et l’optimisme communicatifs. Spécialement sur Want It Back, qui se dotait, il y a peu, d’un clip à poil. Et puis sur le 6ème morceau, Grown Man Cry, Amanda Palmer fait preuve d’une mélancolie à l’electro vintage, dont les touches de synthés ne peuvent pas ne pas faire à penser à Everything But The Girl. C’était peut être trop de bonne humeur d’un coup. Sur Trout Heart Replica, Amanda Palmer range les synthés et sort les violons pour une ballade de plus de sept minutes de tristesse et qui aurait probablement gagné à un peu plus de concision.

Amanda Palmer – Want It Back

Plus loin dans l’album on trouvera The Bed Song, piano voix, qui renoue avec ce que l’on connaissait déjà d’AFP, Melody Dean qui marrie de façon jouissive, l’ancienne et la nouvelle AFP. Avec Berlin, Amanda Palmer ménage ses tensions et les montées en puissance pour un nouveau morceau de sept minutes. Et pour clore son tour de chant, Palmer fera sa sortie de scène sur l’énergique et cuivré Olly Olly Oxen Free.

Finalement, ce nouvel album d’Amanda Fucking Palmer est en dents de scie et ravira tour à tour anciens et nouveaux fans, en même temps qu’il en laissera d’autres sur le bord de la route. Quoi qu’il en soit, loin d’être une plantade, s’il ne retournera pas les foules, il recèle néanmoins de belles trouvailles qui prendront à n’en pas douter leur ampleur en live.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.