Catégories
Chroniques d'albums

Dot Hacker – Inhibition

Né en 2008, Dot hacker retarde la sortie de son premier album depuis 2009 ; à cause des autres projets de chacun des membres. Septembre 2012 arrive et voit enfin sortir Inhibition, premier album du groupe.

Si Dot Hacker connaît un regain de notoriété c’est vraisemblablement parce que Josh Klinghoffer, le frontman, remplace John Frusciante au sein des Red Hot Chili Peppers depuis 2009. Est il à la hauteur ? Le costume de scène de Frusciante n’est il pas trop grand pour Klinghoffer ? Alors que les critiques et les incertitudes fusent, on peut dire pour sa défense que le musicien n’en est pas à son coup d’essai puisqu’avant de joindre la troupe californienne, il était un collaborateur de longue date de Frusciante et se produisait notamment aux côté de Warpaint, Sparks, Vincent Gallo, Gnars Barkley ou PJ Harvey. Vu le CV on imagine qu’il ne doit pas être manchot. Quant aux autres membres du groupe, ils sont le live band de Gnars Barkley. Alors même si Inhibition est un premier album, Dot Hacker a quelques heures de vol derrière lui.

Les mélodies de Dot Hacker sont autant d’invitations au voyage. Depuis la fraiche énergie de Order/disorder qui ouvre cet album, jusqu’à la douce mélancolie de Eye Opener, en passant par la construction plus complexe du vicié Earth Breath… Le secret ne réside pas tant dans la forme, pop, que dans les arrangements qui font se côtoyer les claviers sous toutes leurs formes, les guitares saturées, ou les nappes electro. Ces nappes qui font invariablement penser à un Radiohead qui aurait évolué sans oublier ses racines pop rock. Ces même nappes qui donnent une teinte lyrique à l’album, sous tendue par un duo basse batterie très présent, offrant intensité et envie de danser.

Arrangements intenses et textures multiples font du premier album de Dot Hacker une réussite pop intelligente.

Dot Hacker – Inhibition3.5
7/10
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Interview de She Keeps Bees

Quand on m’a proposé de rencontrer She Keeps Bees, j’en avais déjà entendu parler, donc rapide passage sur le MySpace et j’accepte. Mais quelle déception quand j’ai reçu l’album ! Aussi, je n’étais pas très inspirée pour préparer cette interview. Sauf que je me suis retrouvée face à une femme plus que chaleureuse : en…

The Rifles + Jersey Budd @ la Boule Noire, 10-11-2009

The Rifles The Rifles, groupe londonien comme on en fait plus, a sorti son deuxième album The Great Escape en janvier, et se retrouve en tournée Européenne. Fraîchement débarqués d’Allemagne, ils étaient à la Boule Noire pour leur unique date en France. Les fans se sont donné le mot. Nous étions entre de bonnes mains…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…