Pure Love – Anthems

Pure Love – Anthems Pure Love, le groupe qui marque la nouvelle aventure musicale de Frank carter, sort son album, Anthems, début février. Quatre extraits étaient déjà sortis, accompagnés de clips. On était plutôt enjoué à l'idée de découvrir quelque chose de moins énervé que Gallows mais pour le coup, ça manque peut-être un peu de nerfs...

Quand Carter a annoncé son départ de Gallows, on s’est dit qu’il serait bon de guetter ce qu’allait nous réserver le jeune Anglais. Des singles sont sortis, plus ou moins intéressants (Riot, The Handsome Devil’s Club, Bury My Bones et Beach Of Diamonds), des sessions acoustiques très prometteuses se sont déroulées en radio et là, l’album est disponible à l’écoute quelques jours avant sa sortie.

On commence par deux des singles pour enchaîner sur The Hits, la première nouveauté et, dès le premier couplet on s’ennuie. La guitare se fait rock mais ça ne fonctionne pas, c’est sirupeux. Heureusement Burning Love, une des perles de l’album vient remonter le niveau. La version acoustique entendue lors des Daytrotter Sessions était déjà prometteuse. Sur l’album, le son est plus pêchu, la voix se fait forte et ça « fout les poils »; du même acabit que la chanson titre. On poursuit avec March Of Pilgrims qui sonne comme le titre que tout le monde finira par reprendre en choeur ( « We Will Be Saved… »), un peu trop mainstream peut-être même s’il n’est pas le plus désagréable de l’opus. De plus, il aborde un thème qui lui colle à la peau en tant qu’Anglais révolté, face à un pays et une religion qui l’oppresse.

Pure Love – Bury My Bones

Et c’est là qu’arrive Anthems, la chanson titre. Le son se fait bluesy, c’est lourd et chaud. Oui, c’est intense et le morceau parfait pour draguer les filles. Cependant l’intensité est là, dans cette voix incroyable; entendre l’accent anglais est alors une merveille. Scared To Death a ce côté punchy, sympa mais pas non plus extraordinaire. Mais tout cela est stoppé par le morceau bien trop « soupe » qu’est Heavy Kind Of Chains. C’est donc un peu usé qu’on finit l’album avec She et Bury My Bones, un des singles, des morceaux frais, qui nous font un peu remuer la tête mais de là à se lever, faut pas pousser.

On peut donc dire que trop de colère, c’est dur à écouter mais pas assez, aussi… L’honnêteté des deux compères n’est aucunement remise en cause de même que les talents vocaux du jeune Carter. Néanmoins, il faut bien admettre qu’à l’écoute, on s’ennuie un peu et on regretterait presque Misery.

Pure Love – Anthems
5/10

Cela pourrait vous intéresser

Whisperingsons-walkingflying---

Vidéo : Whispering Sons – Walking, Flying

Troisième album pour les belges de Whispering Sons avec The Great Calm chez Pias. La voix de Fenne Kuppens est toujours aussi profonde et hypnotique. Nous l’avions découverte en ouverture de Balthazar au Transbordeur, ils seront en concert à l’Épicerie Moderne de Feyzin le 29 mars avec Venin Carmin.
Foncedalle-kdb

La défonce Foncedalle !

Breaking news ! Foncedalle nous offre en exclusivité leur nouveau titre KDB et comme d’habitude, cela nous retourne le cerveau et nous fait perdre la tête.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.