Pure Love – Anthems

Pure Love – Anthems Pure Love, le groupe qui marque la nouvelle aventure musicale de Frank carter, sort son album, Anthems, début février. Quatre extraits étaient déjà sortis, accompagnés de clips. On était plutôt enjoué à l'idée de découvrir quelque chose de moins énervé que Gallows mais pour le coup, ça manque peut-être un peu de nerfs...

Quand Carter a annoncé son départ de Gallows, on s’est dit qu’il serait bon de guetter ce qu’allait nous réserver le jeune Anglais. Des singles sont sortis, plus ou moins intéressants (Riot, The Handsome Devil’s Club, Bury My Bones et Beach Of Diamonds), des sessions acoustiques très prometteuses se sont déroulées en radio et là, l’album est disponible à l’écoute quelques jours avant sa sortie.

On commence par deux des singles pour enchaîner sur The Hits, la première nouveauté et, dès le premier couplet on s’ennuie. La guitare se fait rock mais ça ne fonctionne pas, c’est sirupeux. Heureusement Burning Love, une des perles de l’album vient remonter le niveau. La version acoustique entendue lors des Daytrotter Sessions était déjà prometteuse. Sur l’album, le son est plus pêchu, la voix se fait forte et ça « fout les poils »; du même acabit que la chanson titre. On poursuit avec March Of Pilgrims qui sonne comme le titre que tout le monde finira par reprendre en choeur ( « We Will Be Saved… »), un peu trop mainstream peut-être même s’il n’est pas le plus désagréable de l’opus. De plus, il aborde un thème qui lui colle à la peau en tant qu’Anglais révolté, face à un pays et une religion qui l’oppresse.

Pure Love – Bury My Bones

Et c’est là qu’arrive Anthems, la chanson titre. Le son se fait bluesy, c’est lourd et chaud. Oui, c’est intense et le morceau parfait pour draguer les filles. Cependant l’intensité est là, dans cette voix incroyable; entendre l’accent anglais est alors une merveille. Scared To Death a ce côté punchy, sympa mais pas non plus extraordinaire. Mais tout cela est stoppé par le morceau bien trop « soupe » qu’est Heavy Kind Of Chains. C’est donc un peu usé qu’on finit l’album avec She et Bury My Bones, un des singles, des morceaux frais, qui nous font un peu remuer la tête mais de là à se lever, faut pas pousser.

On peut donc dire que trop de colère, c’est dur à écouter mais pas assez, aussi… L’honnêteté des deux compères n’est aucunement remise en cause de même que les talents vocaux du jeune Carter. Néanmoins, il faut bien admettre qu’à l’écoute, on s’ennuie un peu et on regretterait presque Misery.

Pure Love – Anthems
5/10

Cela pourrait vous intéresser

Brlin-stateoffear

[EXCLU] Vidéo : Bärlin – State of Fear

Attention, ce titre n’est pas en faveur de la retraite à 64 ans. La crainte doit changer de camp. Il ne reste que la poussière de nos rêves. La tempête doit tout emporter.
Daughter-beonyourway

Vidéo : Daughter – Be On Your Way

« Je pense que c’est plus optimiste que nos précédents disques ». Be On Your Way s’ouvre sur des guitares scintillantes et des lueurs blafardes. Une sortie du tunnel ? Quand point la batterie, la lumière se fait et on avance sur le chemin.
Heyheymymy-restlessmind

Vidéo : Hey Hey My My – Restless Mind

« Quand je regarde la poitrine d’une femme, je vois double » affirmait Jules Renard. Hey Hey My My nous reveille en pleine nuit avec ce Restless Mind agité avant la sortie de leur nouvel album, High Life chez Vietnam le 3 février.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?