Catégories
Chroniques d'albums

Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away

Nick Cave & The Bad Seeds - Push The Sky Away

Push The Sky Away est le premier opus enregistré suite au départ de Mick Harvey. Il a été enregistré dans le sud de la France, au studio La Fabrique et produit par Nick Launey qui avait participé à la production des trois précédents opus du combo. L’album est composé de seulement 9 titres, vont-ils suffire à nous émerveiller ?

Nick Cave & The Bad Seeds

On commence lentement avec We No Who U R, qui avait bénéficié un clip réalisé par Gaspar Noé. Le grand et ténébreux Nick Cave est toujours présent, son atmosphère si envoûtante l’est aussi. On remarque qu’une certaine intimité est présente en comparaison au précédent album Dig, Lazarus, Dig. Wide Lonely Eyes se fait un peu plus énergique dès les premiers accords puis, la voix du sombre Cave raisonne de toute sa splendeur, surplombée par des choeurs. Avec Water’s Edge, les violons apparaissent sur une ligne de basse prenante, grave et lourde pendant que Nick Cave continue de scander les paroles comme lui seul sait le faire. Tout se calme un peu avec le doux Jubilee Street avec lequel on pourrait presque s’imaginer errer sur le trottoir de celle-ci, la brise effleurant notre joue.

Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away (trailer)

Mermaids est un titre suave quand We Real Cool est comme tout droit sorti d’un film à suspense, avec sa basse grondante, effrayante de force, pour finalement s’envoler avec un refrain d’une beauté exceptionnelle. Finishing Jubilee Street est l’autre pendant de Jubilee Street, sur lequel les choeurs sont d’une qualité et d’une efficacité redoutables, conférant au morceau une tonalité quasi féerique. Place aux deux derniers titres de l’album avec Higgs Boson Blues et la chanson titre Push The Sky Away. Le premier rejoint le combo Jubilee Street et c’est avec une certaine excitation qu’on s’apprête à entrer dans l’univers de la chanson titre. les premières notes sont de bonnes augures. « You’ve got just keep on pushing,keep on pushing,push the sky away… », on vous laisse le plaisir de le découvrir sans vous donner un mot de plus tellement c’est parfait.

Une bien jolie pochette d’album (photo de Nick Cave avec sa femme Susie Bick, nue, éclairée par la lumière d’une fenêtre entrouverte), une tonalité intimiste parfois minimaliste, un Cave à son paroxysme – toujours plus grand – et neuf titres sublimes.

Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away5.0
10/10
Partager cet article
3 réponses sur « Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Radio Elvis © Hedi Slimane

Les bonnes ondes de Radio Elvis

« Mais ne remue pas tes membres ; tu es encore aujourd’hui sous notre magnétique pouvoir, et l’atonie encéphalique persiste : c’est pour la dernière fois. » J’ignore pourquoi Radio Elvis m’a fait retrouver cette citation des Chants de Maldoror d’Isidore Ducasse, comte de Lautréamont. J’espère que l’envoûtement magique à l’écoute du trio parisien persistera encore longtemps.…
20 000 Days On Earth

Nick Cave en plein jour

C’est le 17 septembre que sort aux Etats-Unis et en Grande Bretagne 20,000 Days on Earth le film entre documentaire et fiction sur 24 heures de la vie de Nick Cave. 20 000 Days On Earth
Nick Cave aux Nuits de Fourvière 2013

Nuits de Fourvière calines

Nick Cave La conférence de presse n’a lieu que lundi prochain mais déjà le tout Lyon bruisse d’indiscrétions concernant la programmation des Nuits de Fourvière 2013. On avait déjà eu vent de la venue de certains dinosaures comme Dead Can Dance le 27 juin ou Crosby, Stills and Nash le 16 juillet, on était impatient…
Nick Cave & The Bad Seeds - Push The Sky Away

Cave au septième ciel

Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away Le 15ème album de Nick Cave & The Bad Seeds se nomme crânement Push The Sky Away et sort le 18 février. Une version limitée avec DVD, titres bonus et copieux livret est en pré-commande. Une vidéo montrant le gourou et son gang au…

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…