Chaperonnés par Leon Vynehall, les jumeaux Will et Matt Ritson de Formation s’apprêtent à publier un EP qui devrait se vendre comme des petits pains.
En effet, les fans de Foals connaissent ces garçons puisqu’ils ont ouvert de nombreuses fois pour le groupe du barbu d’Oxford.
Ils débarquent en France pour le festival des Inrocks avant de faire une tournée en Angleterre.
Pour une fois que la France passe en premier…


Formation devrait être en mesure de consoler les orphelins de LCD Soundsystem.
Le premier morceau connu d’ Under The Tracks est vendu comme une chanson de James Murphy.

https://www.youtube.com/watch?v=W2aDLbpjlx8

Formé depuis 2013, Formation a déjà publié quelques disques (Hangin’) et a toute la presse UK à ses pieds. La France devrait tomber cet hiver ou l’année prochaine avec l’album.

Under The Tracks de Formation sera publié le 13 novembre 2105 en digital et le 20 novembre 2015 en vinyle.

Tracklist : Formation - Under The Tracks
  1. Love
  2. All The Rest Is Noise
  3. Under The Tracks
  4. Control

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Lusts

LUSTS for Life

Les Lusts sont la nouvelle tête de gondole de 1965 Records, le label de James Endeacott (ancien pilier de Rough Trade Records). L’histoire retiendra sûrement qu’Endeacott fut la personne qui a signé les Libertines… Cette tête chercheuse n’a cependant pas dit son dernier mot et vient encore de découvrir un petit trésor avec les Lusts.
Last Train @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015

Gare aux Last Train !

S’il y a bien quelque chose qu’on ne pourra pas reprocher aux membres des Last Train, c’est le planning de leur tournée. Non seulement, ces jeunes gens sont annoncés comme une machine de guerre en live mais en plus ces jeunes gens tournent aux quatre coins de la France comme aucun autre groupe. Il ne…
BC Camplight

A la rencontre de BC Camplight

Voilà dix mois que le troisième disque de BC Camplight a été publié. Les multiples écoutes de How To Die In The North n’ont pas usé les chansons de ce beau disque. Au contraire ! Le Mancunien d’adoption revient en France pour une tournée automnale dans le nord de la France. How To Die In…

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.