Les Inrocks Festival 2016, c’est parti ! Programmation eclectique toujours de qualité, ils ont investi cette année La Cigale et La Boule Noire, et autant vous dire que c’est là qu’SK* va passer ses prochaines soirées.

Le bal a déjà très bien commencé hier soir, avec l’ouverture du festival, où se produisaient entre autres les très groovy Her, le premier live dans la capitale des planants Paradis, et un Lescop en tête d’affiche, tout en poésie.

Electro pop power à La Cigale

Hier soir, je débarque à La Cigale à 19h55 pétantes pour le début du concert de Her. Je ne connais que leur tube phare, Five minutes, que j’aime beaucoup, mais ne sais pas vraiment à quoi m’attendre.

Résultat : belle découverte ! Ils sont beaucoup sur scène, entre rock et dandysme, du guitariste moustachu, anneau à l’oreille et tout de noir vêtu, en passant par les deux chanteurs/claviéristes en complet 3 pièces, bassiste, batteur, et même deux jolies choristes, si la prestance scénique est là, le groove, je n’en parle même pas.

Ils jouent quasiment une heure au grand bonheur du public qui semble en redemander, la salle est bluffée, bien joué !

Her – Five Minutes

Paradis

Vient ensuite le duo planant de Paradis, rallongé ce soir d’un clavièriste et d’un batteur. Cela faisait un moment que j’attendais de les voir en live, n’ayant eu droit jusque là qu’à des DJ sets avec déception à la clé.

Les photos

2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks
2016_11_18_inrocks

Et bien l’expérience fut étonnante : les deux mecs semblent tout droit sorti d’une autre planète. Fidèles à eux-mêmes et à leur musique si particulière, entre poésie lascive et électronique rythmique à la fois retro et avant-gardiste. Si Pierre Rousseau, à la guitare, semble parfois en pleine séance de torture au vu des têtes qu’il tire, on ne peut pas lui enlever le côté authentique de ce live bien mené, et Simon Meny, la voix si reconnaissable du duo, se charge d’avoir le sourire apaisant qui nous emmènera avec eux. Il est vrai qu’en live, leur musique n’a pas la même couleur qu’en studio, mais le rendu est tout de même vraiment agréable, peut être un peu plus disco, un peu moins lisse.

Paradis - Recto Verso

Ils jouent tous leur succès, premier EP et nouvel album, et le public s’anime, grisé, lorsqu’ils entament la mélodie mélancolique et enjouée de Toi et Moi, dont toute la salle semble connaitre les paroles.

Une seule déception pour moi : mon coup de coeur, la chanson avec laquelle je les avais découverts, Garde-le pour toi, était totalement ratée. Faussetés, décalages, je l’ai à peine reconnue, et elle n’a pas eu, pour moi, cette aura que la version studio incroyable lui confère.
Le reste était très chouette donc on leur pardonnera, et il faut avouer qu’ils ont mis la barre tellement haut avec des prods au grain de sable près, qu’il ne doit pas être évident de trouver une identité live aussi parfaitement marquée.

Paradis – Garde-le pour toi

Lescop

La soirée se termine sur un Lescop sur-vitaminé. Visiblement de très bonne humeur et heureux de revenir à la Cigale, il motive le public dès son entrée en nous faisant crier ! Il balance Echo, la Nuit Americaine et c’est parti, tout le monde est chaud.
Joli spectacle lumineux également, et musiciens très rock à ses côtés, si son album est plutôt sombre et posé, une parenthèse poétique à écouter, Lescop en live, ça ferait étonnamment plutôt danser ! Riffs électriques, batteries énergiques, communication avec le public, on aura passé un très bon moment à ses côtés.

Les Inrocks Festival, ça continue ce soir avec un programme qui promet : Keep Dancing Inc, Parcels, Jagwar Ma.. Ça va bouger à Pigalle, et on vous raconte tout ça !


Date : 18 novembre 2016