Duellum – Drift

Duellum - Drift
Duellum, dans la lignée de groupes tels que Two Door Cinema Club ou Phœnix, s’inscrit dans un courant d’électro-pop moderne dansant, aux mélodies efficacement travaillées. S’étant confronté avec brio au public des Solidays - cette année -, mais aussi au public Londonien, les quatres amis sortent leur second EP, Drift (suivant For Some Reason I Want To Talk sorti fin 2012), qui annonce déjà une maturité musicale et surtout une identité propre prenant forme pour les membres Parisiens.

Duellum

The ISLD, rafraîchissante et estivale, offre en guise de préambule une atmosphère plus électro que l’EP précédent ; à l’image de son artwork, c’est fruité et vitaminé. Sa mélodie séductrice, portée par un clavier et une guitare légers, plonge instantanément l’auditeur dans un univers coloré et positif ; l’impression d’insouciance et de désinvolture que l’on y décèle met à l’aise. Pineapple s’entame sur un ton davantage rock et ose volontiers les changements de tempos et d’ambiances, lui donnant une identité particulière : celle du risque payant.
Madras poursuit la prise de risque avec une introduction atypique, alliant deux antagoniques musicaux : piano aigü et voix lourde en contretemps. Résultat surprenant mais réussi, changeant l’espace d’un instant la production des Duellum en un polar mystérieux. Le reste du morceau apporte une voix davantage posée et grave que sur les deux précédents ; de nouvelles sonorités également y surgissent.
Ce sera Nothing But Noise qui clôturera les festivités, en faisant peut-être davantage songer à du Daft Punk que souhaité, mais également à un bon classique tel que The Shoes. On retrouve Duellum ici planant, électro à souhait, reposant comme une fin de soirée sereine.

Le groupe nommé après un poème de Baudelaire semble être un de ces électrons libres de la nouvelle scène française : adepte de mélodies enjouées, d’ambiances revigorantes, d’influences disparates, à la recherche d’originalité dans un panel français déjà bien fourni. Les Duellum (Jonathan, Hugo, Fred, et Arthur) entreprennent et réussissent ; ils sont bons et estivaux, et sont capables d’apporter le soleil dans le quotidien grisâtre que la rentrée apporte à chacun. A écouter de suite.

Une vidéo toute fraîche des Solidays :

Duellum – All Work And No Play

Le groupe enchaine les dates dans la capitale :
21 septembre 2013 @ Jardins du Ruisseau
05 octobre 2013 @ Grande Halle de la Villette (Be Street Weeknd)
5 novembre 2013 @ La Bellevilloise (Mind The Gap festival)
10 décembre 2013 @ Le Baron

Duellum – Drift
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Sabrinabellaouel-periodpointblank

Vidéo : Sabrina Bellaouel – Period Point Blank

On vit certainement une période à bout pourtant. Il suffit de regarder autour de soi. Le pistolet sur la tempe. Sabrina Bellaouel vit donc au présent et fête les un an de son premier album Al Hadr sorti chez Infiné, bijou de syncrétisme musical, de pont multiculturel, de sueurs métissées, de spiritualité assumée.
La Femme - Sacatela

Vidéo : La Femme – Sacatela

Vous avez scandé Sacatela tout l’été, voilà que déboule le clip avant d’entendre La Femme au festival Les Belles Journées le 9 septembre où l’on vous fait gagner vos places.
Vandakhabarova Portierdean 001

Portier De(an) Nuit !

Portier Dean nous offre en avant première leur nouvel EP avec CNFT et TSSNT, deux diamants noirs aux titres mystérieux.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.