Catégories
Chroniques d'albums

Placebo – Loud Like Love

Placebo - Loud Like Love

Placebo - Loud Like Love
Placebo – Loud Like Love

Nous savions tous que Placebo n’avait plus grand chose à dire depuis son deuxième disque mais alors là… Les paroles d’un des extraits de Loud Like Love faisait craindre le pire.


Sur une mélodie d’une banalité sensationnelle, Molko déclame des vers de cet acabit « My computer think i’m gay ». Lol Like Lol ?
Depuis des années, Placebo vit sur une rente (ce n’est pas le seul) et essaye de raccrocher le wagon. Avec ce single, c’est loupé.
Par contre, le disque propose quelques savoureuses minutes. Ou secondes. C’est selon.

Placebo

Sous ces aspects toxiques, Meds a fait du mal à Placebo. Passé les quelques singles dont seul Molko a le secret, le disque a été rapidement oublié. Idem pour Battle For the Sun qui était une pseudo remise des compteurs à zéro.
Enregistré aux RAK Studios de Londres (comme pour Meds, c’est mauvais signe), Loud Like Love est une course à l’échalote vers les heures bénies du groupe. Le mascara a coulé sous les ponts et malgré tous efforts, Molko ne peut pas faire grand chose.
Si, nous faire rire avec des chansons caricaturales au possible.

Placebo – Loud Like Love

Et aussi faire émerger en nous une petite lueur d’espoir. Loud Like Love et son riff fonctionne à merveille et Hold on to me est belle à crever.
Et après ? Pas grand chose. On alterne entre la chantilly pour fêtes foraines ( A Million Little Pieces) et vides pénibles.

On repassera dans deux ans pour la prochaine moisson. Car ce type nous a tellement mis une misère avec Pure Morning…

Placebo – Loud Like Love2.0
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Cabaret Vert 2014

Cabaret Vert 2014 : J-7

10 édition pour le festival Ardennais qui se tiendra du 21 au 24 août au Square Bayard de Charleville-Mézières. Cabaret Vert 2014
Musilac 2014

Musilac 2014

Le festival Musilac d’Aix les Bains aura lieu les 11, 12 et 13 juillet de quoi bien préparer la fête nationale ! Musilac 2014

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.