Bernard Lenoir – L’Inrockuptible 2

Bernard Lenoir - L'Inrockuptible 2
“Si la pratique de la radio ne me manque pas trop, l'envie de faire partager mes coups de cœur reste intacte. C’est la raison pour laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans la conception de cette compilation." disait Bernard Lenoir à propos du premier volume de l’Inrockuptible. L'exercice lui a plu et a séduit le public car Parlophone remet le couvert avec un deuxième volume. A quelques jours des fêtes, l'affaire est plutôt bien vue.

Bernard Lenoir

Il y a toujours à boire et à manger dans une compilation. On pourra s’offusque de la présence de certains (et de certaines). Mais ce deuxième volume retranscrit à merveille les goûts de l’homme des Black Sessions.
Le plat de résistance se trouve étonnamment sur le deuxième disque de cet objet. Bernard Lenoir dégaine l’Oblivious de Roddy Frame et de ses Aztec Camera en passant par le grand Manchester et ses Charlatans avant de conclure par l’un des plus beaux morceaux de Morrissey , le bien nommé Why don’t you find out for yourself. Surtout qu’après ce divin breuvage, on se tape l’ange déchu du monde indé, Evan Dando et ses pénibles Lemonheads. Quant aux dépressifs de tous horizons, ils seront ravis d’entendre Vic Chesnutt. Les autres un peu moins.
On ne parle pas de Laura Veirs et de la trop disparue Lisa Germano.
Mais ce deuxième disque est indubitablement marqué par Felt et sa Penelope. Pour une fois qu’une compilation française possède ce morceau en son sein, on ne va pas se gêner.

https://www.youtube.com/watch?v=vdjwE7-FJi0

Le premier disque compte aussi quelques diamants. Les trop rares Chameleons et les charmants Papas Fritas offriront quelques instants de bon goût lors du réveillon. Enfin un cadeau d’utilité publique. Surtout lorsque la sacro-sainte bûche fera son entrée sur la table de Noël. A ce moment, le Sugar Kane de Sonic Youth devrait raisonner et fera fuir l’affreux tonton de la cérémonie.

I didn’t want the world to know that sunlight bathed the golden glow dit la chanson. Avec Lenoir, on devrait être au courant.

Tracklist : Bernard Lenoir - L'inrockuptible 2 - VOLUME N°1
  1. Pulp - Do You Remember The First Time
  2. The Chameleons - Don’t Fall
  3. Theatre Of Hate - Do You Believe...
  4. Papas Fritas - Way you walk
  5. Katerine - Je vous emmerde
  6. Neds Atomic Dustbin - Kill your television
  7. Liz Phair - Fuck And Run
  8. Sugar - A Good Idea
  9. Sonic Youth - Sugar Kane
  10. Elysian Fields - Black Acres
  11. Sparklehorse - Homecoming Queen
  12. Julee Cruise “Falling”
  13. Lambchop - Is A Woman
  14. Nick Cave & The Bad Seeds feat.PJ Harvey - Henry Lee
  15. Sebadoh - Soul & Fire
  16. Lady & Bird - Suicide is painless
  17. Calexico - Fortune Teller
  18. Silvain Vanot - La vie qu’on aime
  19. Eels - Not Ready Yet
  20. Elliott Smith - Baby Britain
Tracklist : Bernard Lenoir - L'inrockuptible 2 - VOLUME N°2
  1. The Blue Nile - Let’s Go Out...
  2. Jay Jay Johanson - Tell the girls I’m back in town
  3. The Divine Comedy - Becoming more like Alfie
  4. The Go-Betweens - Was there anything I could do
  5. Supergrass - Mansize Rooster
  6. Pale Saints - Throwing back the Apple
  7. Little Rabbits - La piscine
  8. Aztec Camera “Oblivious”
  9. A House - Endless Art
  10. The Charlatans - The only one I know
  11. The Boo Radleys - Lazarus
  12. Felt - Penelope Tree
  13. Morrissey - Why don’t you find out for yourself
  14. Lemonheads - It’s a shame about Ray.
  15. Emiliana Torrini “Sunny Road”
  16. Vic Chesnutt - Supernatural
  17. Laura Veirs - Rapture
  18. Joseph Arthur - In The Sun
  19. Lisa Germano - Geek The Girl
  20. Kirstin Hersh - Your Ghost
  21. Catchers - Cotton Dress
  22. Camille - Quand je marche...

Bernard Lenoir – L’Inrockuptible 2
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

thewavepicturaces-flightfromdestruction3

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.