Bernard Lenoir – L’Inrockuptible 2

Bernard Lenoir - L'Inrockuptible 2
Louis - 09/12/2013

Bernard Lenoir - L'Inrockuptible 2
Bernard Lenoir – L’Inrockuptible 2

“Si la pratique de la radio ne me manque pas trop, l’envie de faire partager mes coups de cœur reste intacte. C’est la raison pour laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans la conception de cette compilation. » disait Bernard Lenoir à propos du premier volume de l’Inrockuptible.
L’exercice lui a plu et a séduit le public car Parlophone remet le couvert avec un deuxième volume.
A quelques jours des fêtes, l’affaire est plutôt bien vue.

Bernard Lenoir

Il y a toujours à boire et à manger dans une compilation. On pourra s’offusque de la présence de certains (et de certaines). Mais ce deuxième volume retranscrit à merveille les goûts de l’homme des Black Sessions.
Le plat de résistance se trouve étonnamment sur le deuxième disque de cet objet. Bernard Lenoir dégaine l’Oblivious de Roddy Frame et de ses Aztec Camera en passant par le grand Manchester et ses Charlatans avant de conclure par l’un des plus beaux morceaux de Morrissey , le bien nommé Why don’t you find out for yourself. Surtout qu’après ce divin breuvage, on se tape l’ange déchu du monde indé, Evan Dando et ses pénibles Lemonheads. Quant aux dépressifs de tous horizons, ils seront ravis d’entendre Vic Chesnutt. Les autres un peu moins.
On ne parle pas de Laura Veirs et de la trop disparue Lisa Germano.
Mais ce deuxième disque est indubitablement marqué par Felt et sa Penelope. Pour une fois qu’une compilation française possède ce morceau en son sein, on ne va pas se gêner.

http://www.youtube.com/watch?v=vdjwE7-FJi0

Le premier disque compte aussi quelques diamants. Les trop rares Chameleons et les charmants Papas Fritas offriront quelques instants de bon goût lors du réveillon. Enfin un cadeau d’utilité publique. Surtout lorsque la sacro-sainte bûche fera son entrée sur la table de Noël. A ce moment, le Sugar Kane de Sonic Youth devrait raisonner et fera fuir l’affreux tonton de la cérémonie.

I didn’t want the world to know that sunlight bathed the golden glow dit la chanson. Avec Lenoir, on devrait être au courant.

Tracklist : Bernard Lenoir - L'inrockuptible 2 - VOLUME N°1
  1. Pulp - Do You Remember The First Time
  2. The Chameleons - Don’t Fall
  3. Theatre Of Hate - Do You Believe...
  4. Papas Fritas - Way you walk
  5. Katerine - Je vous emmerde
  6. Neds Atomic Dustbin - Kill your television
  7. Liz Phair - Fuck And Run
  8. Sugar - A Good Idea
  9. Sonic Youth - Sugar Kane
  10. Elysian Fields - Black Acres
  11. Sparklehorse - Homecoming Queen
  12. Julee Cruise “Falling”
  13. Lambchop - Is A Woman
  14. Nick Cave & The Bad Seeds feat.PJ Harvey - Henry Lee
  15. Sebadoh - Soul & Fire
  16. Lady & Bird - Suicide is painless
  17. Calexico - Fortune Teller
  18. Silvain Vanot - La vie qu’on aime
  19. Eels - Not Ready Yet
  20. Elliott Smith - Baby Britain
Tracklist : Bernard Lenoir - L'inrockuptible 2 - VOLUME N°2
  1. The Blue Nile - Let’s Go Out...
  2. Jay Jay Johanson - Tell the girls I’m back in town
  3. The Divine Comedy - Becoming more like Alfie
  4. The Go-Betweens - Was there anything I could do
  5. Supergrass - Mansize Rooster
  6. Pale Saints - Throwing back the Apple
  7. Little Rabbits - La piscine
  8. Aztec Camera “Oblivious”
  9. A House - Endless Art
  10. The Charlatans - The only one I know
  11. The Boo Radleys - Lazarus
  12. Felt - Penelope Tree
  13. Morrissey - Why don’t you find out for yourself
  14. Lemonheads - It’s a shame about Ray.
  15. Emiliana Torrini “Sunny Road”
  16. Vic Chesnutt - Supernatural
  17. Laura Veirs - Rapture
  18. Joseph Arthur - In The Sun
  19. Lisa Germano - Geek The Girl
  20. Kirstin Hersh - Your Ghost
  21. Catchers - Cotton Dress
  22. Camille - Quand je marche...
Bernard Lenoir – L’Inrockuptible 2
4.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Terry Hall - Home

Terry Hall – Home

Le Disquaire Day est reporté au 20 juin 2020 pour les raisons que nous connaissons tous. Heavenly Recordings, le label de Jeff Barrett, devait publier la première édition vinyle de Home de Terry Hall. Publié uniquement en CD en 1994 chez Anxious Records, le label de Dave Stewart d’Eurythmics, Home est un grand disque de…

Pearl Jam - Gigaton

Pearl Jam – Gigaton

Au début des années 1990, Pearl Jam faisait la passe de trois avec ses trois premiers albums (Ten, Vs. et Vitalogy). Trois albums, trois grands disques de rock américain. Depuis l’arrivée des années 2000, Pearl Jam a réussi l’exploit de sortir des disques plus que corrects mais enrubannés dans des pochettes giga laides. Le dernier…

Baxter Dury - The Night Chancers

Baxter Dury – The Night Chancers

La carrière de Baxter Dury a débuté en 2001 avec Oscar Brown, un single magistral et claustrophobe. Elle aurait dû connaitre son acmé avec trois concerts parisiens trois soirs d’avril qui devaient accompagner la sortie de The Night Chancers. Le sacre du fils prodigue est reporté.

Cornershop - Engaland is a Garden

Cornershop – England is a Garden

Révélés au grand public en 1997 par le très dansant Brimful Of Asha (deuxième morceau de l’impeccable When I Was Born For The 7th Time), les Cornershop ont depuis enchaîné des phases de silence prolongé entrecoupées par des sorties de disques brillants. Cornershop n’est pas un groupe qui tourne beaucoup. Par contre, leurs disques tournent…

Bleu – Sweet Coldness

Sweet Coldness est un instant entre deux. C’est la musique d’une chambre d’hôtel. D’un regard. D’une fenêtre. Confiné là, c’est la couleur du dehors. Entre gris, entre bleu. Ça oscille. Et de nouveau, il pleut. C’est une attente. Lascive. À compter le temps qu’il reste. À imaginer un peu tout, la suite en mieux.

Honey Harper - Starmaker

Honey Harper – Starmaker

Rien ne va dans le monde mais tout va bien en Georgie qui est en passe de devenir l’État le plus important des États-Unis. Après le Super Tuesday, après la reformation des Black Crowes, le quatrième état américain fêtera la sortie de Starmaker, le premier album d’Honey Harper.

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.