Michael Head & The Red Elastic Band – Artorius Revisited Ep

Michael Head & The Red Elastic Band - Artorius Revisited (design : Pascal Blua)
Michael Head n'a jamais rien fait comme personne. De surcroît en ce qui concerne le succès. Le bougre sort un E.P. en grande pompe en cette fin d'année. Un E.P ? En 2013 ? Allons bon. Head met donc à l'honneur un format quelque peu oublié par les firmes agroalimentaires de la musique.

Et comment fait-on pour intégrer son Artorius Revisited dans les sacro-saints classements de fin d’année ? Merci camarade. Vraiment merci. Il décide aussi de distribuer son disque, avec l’aide plus ou moins conséquente de Rough Trade & co. Alors que plus d’un label aurait fait son beurre avec ces nouveaux diamants, c’est dans la plus grande indifférence que le Head revient aux affaires. Un comble…

Michael Head and The Red Elastic Band

Michael Head and The Red Elastic Band nous frustre. En plus de sortir un E.P, voilà que celui-ci comporte deux rations instrumentales. Mais notre portion congrue va être réduite à quelques secondes de musique ?!? On réclame notre dose. Et vite. L’attente a été trop longue.
Artorius Revisited comporte, et ce n’est pas une surprise, des chansons d’une simplicité apparente et d’une saveur éternelle. Une bonne chanson de Michael Head ressemble à une bonne chanson de Michael Head. Et pour le coup, on va être servi. Quatre chansons, quatre bonnes chansons.
Sur des notes faussement enjouées, le patron de Shack claque des cuivres, des cordes avec parcimonie mais toujours idéalement placées. Cela devrait être interdit d’être aussi doué. Les cuivres de Newby Street donnent une allure de vieille dame bourgeoise enjouée à cette ballade très liverpuldienne. Lucinda Byre et la voix de plus en plus savoureuse de Michael Head devraient faire ronronner de plaisir les rives de la Mersey.

Artorius Revisited propose donc un voyage dans le temps. On se retrouve face à des chansons du même gabarit que celles présentes sur Waterpistol. Et comment ne pas penser à certains passages de H.M.S. Fable lors du déferlement de cuivres et de cordes qui clôture ce disque.

Enregistré à Liverpool (logique) durant l’été 2013, cet E.P réchauffera les soirées d’hiver des gens de bon goût. On remerciera au passage le vieil ami Butler d’avoir co-écrit Newby Street et l’ami de toujours en la personne de Pascal Blua d’avoir réalisé un bel écrin à ce petit bijou.

Michael Head & The Red Elastic Band - Artorius Revisited
Michael Head & The Red Elastic Band – Artorius Revisited (design : Pascal Blua)

Tracklist : Michael Head And The Red Elastic Band - Artorius Revisited Ep
  1. PJ
  2. Cadiz
  3. Lucinda Byre
  4. Newby Street
  5. Artorius Revisited
  6. Daytime Nighttime
  7. Newby Street (instrumental)

Michael Head & The Red Elastic Band – Artorius Revisited Ep
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
1 réponse sur « Michael Head & The Red Elastic Band – Artorius Revisited Ep »

Merci de nous donner des nouvelles de ce foutu génie !!! je vais l’acheter de ce pas.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.
Michael Head

Violette’s Party

Mars 1988. Liverpool. Les frères Head s’apprêtent à publier le premier album de Shack, le bien nommé Zilch. Sous la houlette de Ian Broudie et de Ghetto Records, Michael Head tente de trouver un nouveau son après la déconfiture commerciale des Pale Fountains (mais pas artistique car Pacific Street est l’un des meilleurs disques des […]
Michael Head and The Red Elastic band - Adiós Señor Pussycat

Michael Head & The Red Elastic Band – Adiós Señor Pussycat

En 1997, par on ne sait quel miracle, parut le plus beau disque de Michael Head. Au bord du précipice, épuisé par des années d’une carrière aux chansons aussi éblouissantes qu’inoubliables, il n’avait que les cordes de sa guitare qui le reliaient au monde des vivants. En 2017, par on ne sait quel miracle, Michael […]
Michael Head

Rumer met de bonne humeur

En 1997, Michael Head entrait en studio avec Steve Powell pour enregistrer The Magical World of The Strands, un disque qui n’a aucun égal… Avec cet album, Head mariait le psychédélisme américain et l’héritage de Nick Drake. En 2017, Michael Head fait de nouveau alliance avec Steve Powell et donne une suite inespérée au diamant […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.