Catégories
Chroniques d'albums

Triste anniversaire

disco

Juillet, le mois de la célébration aux Etats-Unis. Il serait peut-être bon de leur rappeler que c’est aussi, il y a trente ans jour pour jour, le jour de la honte.

Le 12 juillet 1979 donc, un dj crétin, Steve Dahl viré de la radio WDAI qui ne souhaite plus passer que du disco, a une illumination. Il propose à Mike Veeck qui possède l’équipe de base-ball des Chicago White Sox d’organiser au Comiskey Park de Chicago la Disco Demolition Night. Le principe de la soirée : les spectateurs se verront remettre en échange d’un disque de disco un billet d’entrée à seulement 98 cents. Les disques ainsi rassemblés seront entassés dans un container et détruits (brûlés) à l’entracte. Ca a comme un petit air d’autodafé nazillon tout ça…

Ce que n’avait pas prévu ces deux génies va bien entendu arriver, attirés par une soirée à moindre coût, tous les beaufs avinés vont se pointer au stade et bien énervés vont envahir la pelouse sous les harangues de Dahl qui braille « Disco Sucks ». La soirée part en sucette et se termine par l’intervention de la police qui disperse tout ce beau monde. Effectivement le disco c’était un peu craignos, surtout chez nous avec Village People, Amanda Lear, Ottawan, j’en passe et des biens pires… en revanche, le disco c’était aussi la Paradise Garage, le Studio 54, le Palace, Giorgio Moroder et Donna Summer et tant d’autres gens talentueux. Ce jour reste gravé comme la revanche de l’Amérique conservatrice, raciste et homophobe contre les femmes, les noirs et les gays mais le disco n’est pas mort ce jour là puisque trente après on en entend encore ses échos dans tant de disques de deep-house, de garage. Mel Cheren, légende de la nuit new yorkaise a lui-même qualifié la house de « disco à l’économie », c’est tellement vrai quand on voit à l’époque les orchestres de 15 personnes chez KC & The Sunshine Band par exemple.

De nos jours, les hymnes disco sont repris un peu partout dans les stades et ça c’est un beau pied de nez à l’histoire.

En bonus des images de la soirée et un track de Parallax Corporation qui reprend le « Disco Sucks » pour mieux le détourner avec de bien belles images où l’on voit Steve Dahl se casser un vinyle sur la tête… Sans commentaire .

Partager cet article
4 réponses sur « Triste anniversaire »

Il faut bien se dire que toutes les musiques lorsqu’elles sont nouvelles dérangent ou agacent mais au moins elles ne laissent personne indifférent.
Si vous voulez revoir un bel exemple de débilité crasse de la télévision et du traitement fait à la techno à ses débuts par un animateur qui présente actuellement une pauvre émission sur une chaîne qui n’en est pas à une compromission de plus suivez ces liens :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/ciel+mon+mardi+acid/video/x5b3ig_ciel-mon-mardi-acid-music-1_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/ciel+mon+mardi+acid/video/x5b6tl_ciel-mon-mardi-acid-music-2_fun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chroniques d'albums

Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…
The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.