Catégories
Chroniques d'albums

Triste anniversaire

disco

Juillet, le mois de la célébration aux Etats-Unis. Il serait peut-être bon de leur rappeler que c’est aussi, il y a trente ans jour pour jour, le jour de la honte.

Le 12 juillet 1979 donc, un dj crétin, Steve Dahl viré de la radio WDAI qui ne souhaite plus passer que du disco, a une illumination. Il propose à Mike Veeck qui possède l’équipe de base-ball des Chicago White Sox d’organiser au Comiskey Park de Chicago la Disco Demolition Night. Le principe de la soirée : les spectateurs se verront remettre en échange d’un disque de disco un billet d’entrée à seulement 98 cents. Les disques ainsi rassemblés seront entassés dans un container et détruits (brûlés) à l’entracte. Ca a comme un petit air d’autodafé nazillon tout ça…

Ce que n’avait pas prévu ces deux génies va bien entendu arriver, attirés par une soirée à moindre coût, tous les beaufs avinés vont se pointer au stade et bien énervés vont envahir la pelouse sous les harangues de Dahl qui braille « Disco Sucks ». La soirée part en sucette et se termine par l’intervention de la police qui disperse tout ce beau monde. Effectivement le disco c’était un peu craignos, surtout chez nous avec Village People, Amanda Lear, Ottawan, j’en passe et des biens pires… en revanche, le disco c’était aussi la Paradise Garage, le Studio 54, le Palace, Giorgio Moroder et Donna Summer et tant d’autres gens talentueux. Ce jour reste gravé comme la revanche de l’Amérique conservatrice, raciste et homophobe contre les femmes, les noirs et les gays mais le disco n’est pas mort ce jour là puisque trente après on en entend encore ses échos dans tant de disques de deep-house, de garage. Mel Cheren, légende de la nuit new yorkaise a lui-même qualifié la house de « disco à l’économie », c’est tellement vrai quand on voit à l’époque les orchestres de 15 personnes chez KC & The Sunshine Band par exemple.

De nos jours, les hymnes disco sont repris un peu partout dans les stades et ça c’est un beau pied de nez à l’histoire.

En bonus des images de la soirée et un track de Parallax Corporation qui reprend le « Disco Sucks » pour mieux le détourner avec de bien belles images où l’on voit Steve Dahl se casser un vinyle sur la tête… Sans commentaire .

Partager cet article
4 réponses sur « Triste anniversaire »

Il faut bien se dire que toutes les musiques lorsqu’elles sont nouvelles dérangent ou agacent mais au moins elles ne laissent personne indifférent.
Si vous voulez revoir un bel exemple de débilité crasse de la télévision et du traitement fait à la techno à ses débuts par un animateur qui présente actuellement une pauvre émission sur une chaîne qui n’en est pas à une compromission de plus suivez ces liens :
http://www.dailymotion.com/relevance/search/ciel+mon+mardi+acid/video/x5b3ig_ciel-mon-mardi-acid-music-1_news

http://www.dailymotion.com/relevance/search/ciel+mon+mardi+acid/video/x5b6tl_ciel-mon-mardi-acid-music-2_fun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…