Mac DeMarco – Salad Days

Mac DeMarco - Salad Days
Le constat est accablant. DeMarco ne ment pas : il a la tête de ses chansons. Et comme sa trogne résume la pochette de Salad Days, on ne pourra pas prétexter un vice caché. Nouveau disque du peut-être très bankable canadien chez Captured Tracks.

Marc DeMarco

Troisième disque pour le natif de Colombie Britannique. Déjà.
Son précédent album, le bien nommé 2, avait suscité quelques émois et avait engendré la naissance d’une petite communauté d’adeptes assez fanatiques. Pourquoi pas.
Pour être concis, Mac DeMarco est un croisement original entre Daniel Johnston, Stephen Malkmus et Ray Davies. Alors, évidemment, ça ramène du monde.
DeMarco le confessait dans une interview donnée à Magic: le fait d’avoir un label lui fait du bien et le pousse à sortir des disques.Captured Tracks motive sa poule aux chansons d’or à sortir des disques. Enfermé dans son appartement à New York, l’homme à la casquette de travers a enregistré des chansons écrites lors de sa précédente tournée.

Mac DeMarco – Passing Out The Pieces

Salad Days pourrait être la nouvelle B.O.F de La Vie Aquatique de Wes Anderson. On navigue dans un monde doux, absurde et décalé.
Tout est cool. Des fois trop. On pourrait presque se servir de Go Easy comme bande son de relaxation dans le métro new yorkais. Salad days comme le veut l’expression.
Vapotant un peu de rock psychédélique entre chaque chanson, DeMarco réussit son pari de détendre les familles avec sa chanson Brother et avec Let My Baby Stay. Parfois, son penchant naturel à détendre un kamikaze en pleine action vire à la ritournelle pop totalement inoffensive. Et le risque d’endormissement est assez élevé. Vite du café.

A écouter pendant un contrôle fiscal. Ou après.

Tracklist : Mac DeMarco - Salad Days
  1. Salad Days
  2. Blue Boy
  3. Brother
  4. Let Her Go
  5. Goodbye Weekend
  6. Let My Baby Stay
  7. Passing Out Pieces
  8. Treat Her Better
  9. Chamber of Reflection
  10. Go Easy
  11. Johnny’s Odysse

Mac DeMarco – Salad Days
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

DER

[EXCLU] RED is not dead !

RED devient DER et nous offre le premier clip de la saga du cerf destroy et du City Town Bear clone de l’iguane en avant première de son nouvel album Supersound qui sortira le 18 Mars sur les labels Bisou Records et Beast Records.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.