Mac DeMarco – Salad Days

Mac DeMarco - Salad Days
Le constat est accablant. DeMarco ne ment pas : il a la tête de ses chansons. Et comme sa trogne résume la pochette de Salad Days, on ne pourra pas prétexter un vice caché. Nouveau disque du peut-être très bankable canadien chez Captured Tracks.

Marc DeMarco

Troisième disque pour le natif de Colombie Britannique. Déjà.
Son précédent album, le bien nommé 2, avait suscité quelques émois et avait engendré la naissance d’une petite communauté d’adeptes assez fanatiques. Pourquoi pas.
Pour être concis, Mac DeMarco est un croisement original entre Daniel Johnston, Stephen Malkmus et Ray Davies. Alors, évidemment, ça ramène du monde.
DeMarco le confessait dans une interview donnée à Magic: le fait d’avoir un label lui fait du bien et le pousse à sortir des disques.Captured Tracks motive sa poule aux chansons d’or à sortir des disques. Enfermé dans son appartement à New York, l’homme à la casquette de travers a enregistré des chansons écrites lors de sa précédente tournée.

Mac DeMarco – Passing Out The Pieces

Salad Days pourrait être la nouvelle B.O.F de La Vie Aquatique de Wes Anderson. On navigue dans un monde doux, absurde et décalé.
Tout est cool. Des fois trop. On pourrait presque se servir de Go Easy comme bande son de relaxation dans le métro new yorkais. Salad days comme le veut l’expression.
Vapotant un peu de rock psychédélique entre chaque chanson, DeMarco réussit son pari de détendre les familles avec sa chanson Brother et avec Let My Baby Stay. Parfois, son penchant naturel à détendre un kamikaze en pleine action vire à la ritournelle pop totalement inoffensive. Et le risque d’endormissement est assez élevé. Vite du café.

A écouter pendant un contrôle fiscal. Ou après.

Tracklist : Mac DeMarco - Salad Days
  1. Salad Days
  2. Blue Boy
  3. Brother
  4. Let Her Go
  5. Goodbye Weekend
  6. Let My Baby Stay
  7. Passing Out Pieces
  8. Treat Her Better
  9. Chamber of Reflection
  10. Go Easy
  11. Johnny’s Odysse

Mac DeMarco – Salad Days
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Fatwhitefamily-forgivenessisyours

Boxing day !

Fat White Family remonte sur le ring et va mettre K.O la concurrence avec le très attendu Forgiveness Is Yours ce vendredi 26 avril chez Domino Records.
Marcalterunfo

Hurler avec le Cloup !

Nihilisme contraint ou lucidité ? Dans un pays qui glisse petit à petit vers l’intolérable, il reste des gaulois réfractaires avec Michel Cloup pour sortir des disques salutaires comme Backflip au dessus du Chaos ou pour nous rappeler sur scène le monde dans lequel on vit avec A la ligne et les mots de l’indispensable […]
Gwendoline-rock2000

Vidéo : Gwendoline – Rock 2000

Brest ne brille pas qu’en foot. Gwendoline nous invite dans une tournée des bars bretons pour partager un nihilisme joyeux et fédérateur.
Alanvega-mercy

Vidéo : Alan Vega – Mercy

L’exhumation des archives d’Alan Vega se poursuit après Mutator en 2021, voici Insurrection qui sortira le 31 mai chez In The Red.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.