Chris Robinson Brotherhood – Phosphorescent Harvest

Chris Robinson Brotherhood – Phosphorescent Harvest Les Black Crowes étant au repos et sa carrière solo étant sous l'eau depuis quelques années, l'insatiable Chris Robinson sort un troisième disque en trois ans avec sa garde rapprochée qu'est le Brotherhood. Phosphorescent Harvest ne révolutionnera en rien le monde de la musique mais c'est toujours aimable et courtois de retrouver la voix du Corbac en chef.

Chris Robinson Brotherhood

Quand le président du fan club des Faces rencontre le président d’honneur des amis du Dead…. On pourrait résumer ainsi le nouveau disque de Robinson Senior. Les guitares de Neal Casal et les claviers de MacDougall font dans le format court cette fois ci. Aux alentours de 5 ou 6 minutes…. Adieu les bouffées psychédéliques de 12 minutes des précédents albums. Une révolution de palais dans le royaume de la Réaction.

https://www.youtube.com/watch?v=Hp3JHQuerac

Moins psychédélique et plus pop que Big Moon Ritual (2012), Phosphorescent Harvest sait faire son petit effet. Si certains titres sont dignes de la cour de récréation de l’Americana, Phosphorescent Harvest comporte quelques pépites. Badlands Here We Come et ses vallées nostalgiques ou Wanderer’s Lament et son solo devraient séduire dans tous les saloons d’Atlanta et de San Francisco.
Et cette voix…. Exclusivement réservés aux fans du Crowes. Les autres peuvent tranquillement passer leur chemin.
Nous voilà bien avancés.

Chris Robinson Brotherhood - Phosphorescent Harvest

Chris Robinson Brotherhood – Phosphorescent Harvest
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

M(h)aol - Asking For It

Vidéo : M(h)aol – Asking For It

Auteur d’une poignée de singles qui dépotent, le groupe dublinois M(h)aol a ouvert pour les renversants Gilla Band et risque d’être la sensation de 2023 loin des rêves mouillés à gambettes.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.