The Black Keys – Turn Blue

Les Black Keys continuent de virer leur cuti : adieu le minimalisme et le son sauvage des débuts. Le virage amorcé avec l’album Brothers continue. Mais le duo de l’Ohio (ou de Nashville et de Los Angeles pour ce disque) fait sa mue avec une telle classe et un tel goût pour les bonnes choses. Comment pourrait-on leur en vouloir ? En achetant le disque mon Capitaine.

Voilà que Auerbach chasse sur les terres de McCartney… Tout fout le camp. Mis en scène par l’omnipotent plénipotentiaire Danger Mouse, Auerbach et Carney publient ici l’album le plus riche de l’histoire du groupe. Et peut-être le meilleur au final. Les Black Keys sont morts, vive les Black Keys. Comment prédire un tel disque quand on écoute les premiers disques d’Akron ? Les fans de la première heure vont hurler.

The Black Keys
The Black Keys

Si les choses débutent doucement avec le très Pink Floyd Weight of Love, Turn Blue s’entiche rapidement de la nouvelle recette de Janus Auerbach. Le son du Mississippi où Carney est un copain de beuverie de Steve Gorman des Black Crowes et la piste de danse où Auerbach fait danser Lana Del Rey. La Rey (…) se pâmera de plaisir sur l’évident hit Fever.

The Black Keys – Fever

Discographie

Même les morceaux qui pourraient raccrocher les amarres avec le passé du groupe (Year In Review, Its Up To You Now) se retrouvent bodybuildés pour sortir le soir.

The Black Keys – Turn Blue

Seul Gotta Get Away fait un clin d’oeil à l’ancienne version du groupe. Et encore. De plus, pour atteindre ce morceau, il faudra passer la perle de ce disque, In Our Prime : quand Ron Sexsmith rencontre Chris Robinson. Génie.

The Black Keys – Turn Blue
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Unloved

On aime Unloved !

David Holmes est un homme de l’ombre. En effet, on retrouve cet Irlandais derrière de nombreux remix (Primal Scream, Saint Etienne) et surtout il est l’auteur d’une kyrielle de bandes originales de films (Hunger de Steve McQueen ou Ocean’s Thirteen de Steven Soderbergh).
Grant-Lee Phillips - The Narrows

Grant-Lee Phillips – The Narrows

Grant-Lee Phillips a eu tout bon dès le début. En 1993, ce Californien trouva la formule magique avec Grant Lee Buffalo (notamment grâce au bassiste et producteur Paul Kimble) et suscita l’admiration de Michael Stipe et de tous les gens de bon goût. Le temps de quelques disques (les trois premiers), ce trio donna ses […]
La Maison Tellier (Richard Schroeder)

Numéro 5 de La Maison Tellier !

La Maison Tellier est de retour en cette fin du mois de janvier 2016 pour son cinquième album. Et le changement, c’est maintenant. Accompagnée du dompteur Yann Arnaud, La Maison Tellier a lâché les fauves. A l’écoute d’Avalanche, l’auditeur retrouvera les fondations solides de cette Maison. Mais le décor a changé. L’ouragan Arnaud est passé […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.