Sharon Van Etten – Are We There

Sharon Van- Etten - Are We There
Are We There n'est pas de la même trempe que Tramp. Facile. Van Etten a décidé de produire ce disque seule (avec l'aide ponctuelle de Stewart Lerman). Et le changement est radical. Adieu les sombres moments incarnés par Warsaw ou Serpents. Bonjour les sombres moments incarnés par Your Love is Killing Me ou Afraid of Nothing. Chassez le naturel, il revient au galop. Si les chansons se font plus pop, le discours, lui, reste le même.

Sharon Van Etten

La pilule va être difficile à avaler pour les adorateurs de Tramp. Aaron Dessner des The National ayant laissé la belle agir seule, on se retrouve avec un ovni qui plane au dessus de sa discographie. C’est pas du The National pour dépressif chamanique, c’est pas du folk noir pour dépressif chamanique. Non plus.
C’est le nouveau Van Etten. Et c’est très bien. Dépressif Chamanique Radio FM dirons nous. L’ambiance sensuelle du début de Taking Chances fera tomber de sa chaise plus d’un fan de la première heure. Pourtant, elle nous avait prévenu. La pochette de Are We There est une véritable profession de foi. On ouvre la fenêtre et on prend un grand bol d’air. Nothing will change!

Toujours la première pour attirer le mauvais œil et la désillusion, Sharon Van Etten chante comme jamais sur ce disque. Comme jamais… Quelle mutation. Adieu Tramp et au revoir les temps sombres d’Epic. Don’t Do It qu’elle chantait il y a quelques années. Trop tard! C’est fait. Et quel pied. Elle pourrait se les prendre les pieds dans le tapis. Et non. Le final majestueux de You Know Me Well ou les guitares de Taking Chances sont sensationnels.

Discographie

Invitant du beau linge (Adam Granduciel des War On Drugs pour ne citer que lui), Are We There compte ses moments précieux.
Le refrain de Your Love Is Killing Me par exemple:
« Break my legs so I won’t walk to you/Cut my tongue so I can’t talk to you/Burn my skin so I can’t feel you/Stab my eyes so I can’t see

C’est grâce à ces moments qu’on lui pardonne tout. Cette mutation très FM au final, ce revers de main sur ces précédents disques. Dieu du ciel, enfin non Granduciel, non plus, Satan du ciel, que c’est bon!

N’en finissant plus de nous surprendre, elle nous annonce la suite avec le dernier morceau. Every Time the Sun Comes Up. Vivement le prochain disque.

Sharon Van Etten – Taking Chances

Sharon Van Etten - Are We There

Sharon Van Etten – All I Can (SK* Session)

Sharon Van Etten – Are We There
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Sharon Van Etten

En paix avec Sharon Van Etten

Pour fêter la réédition de son deuxième album, Epic (2010), Sharon Van Etten a invité sept artistes à reprendre les sept titres du disque.
Bang Bang Bar

Welcome to the Bang Bang Bar

Êtes-vous un habitué du Bang Bang Bar ? Dans ce cas vous savez que sa programmation musicale est de qualité.
The National - Sunshine on My Back » (feat Sharon van Etten)

The National à la fête

Ne faisons pas le dos rond et la fine bouche avec Sunshine On My Back de The National, un inédit enregistré durant les sessions du dernier album Trouble will find me paru en 2013.
Photos de concert : Sharon Van Etten @ la Maroquinerie, Paris | 01.12.2014

Photos : Sharon Van Etten @ la Maroquinerie, Paris | 01.12.2014

Are We There n’est pas de la même trempe que Tramp. Facile. Van Etten a décidé de produire ce disque seule (avec l’aide ponctuelle de Stewart Lerman). Et le changement est radical. Adieu les sombres moments incarnés par Warsaw ou Serpents. Bonjour les sombres moments incarnés par Your Love is Killing Me ou Afraid of Nothing. Chassez le naturel, il…

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.