Catégories
Interviews

Un gourou chez les Allah-Las

Robbie Simon

Vous n’avez jamais vu les Allah-Las en concert mais vous avez envie de vous offrir une sérigraphie réalisée spécialement pour leurs prestations live ? C’est normal…
Derrière le groupe se cache un designer. Ainsi, Robbie Simon réalise pour le groupe californien (qui prêche la bonne parole des sixties comme personne soit dit en passant) l’intégralité de son visuel : affiches de concert, pochettes de disques… Bref, les Allah-Las font attention à leurs apparences sonore ET visuelle.
Rencontre avec Robbie Simon.

Robbie Simon

Comment as-tu rencontré les Allah-Las ?

Robbie Simon : Je connais Matthew depuis un bail, avant qu’il ne commence le groupe. Nous vivions ensemble à San Francisco et nous avons fait les quatre cents coups: tirer des feux d’artifice depuis des toits d’immeuble, se battre avec des boulangers ou draguer des filles…
J’ai rencontré les autres quand ils ont rejoint le groupe. Je vais être triste le jour où le groupe s’arrêtera mais d’un autre côté je verrai mes potes plus souvent.

Allah-Las – Follow You Down

Tu vis une véritable histoire d’amour avec ce groupe ?

C’est plutôt un partenariat, une symbiose artistique exclusive. Ce n’est pas une histoire d’amour. On s’aime mais quand on bosse, on bosse. Il y a un coté très professionnel à notre relation. C’est ce qui nous permet de nous retrouver à d’autres moments.

C’est un groupe passionnant car il se soucie du moindre détail, même quand il ne s’agit pas de la musique. Les gens comprennent mieux leur musique grâce à leurs visuels. Ils me font confiance pour communiquer autour de leur univers, pour expliquer quelle est leur vraie identité. Leur musique est clairement influencée par les années soixante, mais nous allons au-delà de ça. Ils ne se résument à des motifs hippies et à des fleurs. Ce genre de pastiche est complétement ennuyeux.

Tu travailles gratos pour les Allah-Las ? Comment travaillez-vous ensemble ?

Non, non, je ne travaille pas gratuitement. Les Allah-Las estiment mon travail et me rémunèrent en conséquence. C’est aussi pour cela que nous travaillons ensemble.

Allah-Las – Full Performance (Live on KEXP)

Notre manière de travailler change en fonction du projet. J’ai carte blanche pour les affiches de concert. Ce n’est pas la même chose pour les pochettes d’album. Nous collaborons étroitement et je traduis leurs idées.

Tu travailles pour d’autres groupes ?

Oui. Peut-être un peu trop même.

Comment décides-tu de bosser avec un groupe ?

C’est assez simple et ça dépend surtout de la liberté que je vais obtenir. Si je peux faire plus ou moins ce que je veux et que j’aime leur musique, c’est tout bon. Par contre, si un groupe se pointe avec des idées très précises…. Je suis plus excité par le fait de créer que par le fait de faciliter la création de quelqu’un d’autre.

Tu dois regretter de ne pas avoir pu faire les pochettes de Love ou des Beach Boys ?

Non, je n’y jamais pensé. Si, une exception. Celle de Forever Changes de Love. C’est vraiment une magnifique pochette.
Pour le reste, j’aime le passé comme il est. Les 50 dernières années ont été très riches en terme d’art et de design. Regardez, les Beach Boys n’ont jamais sorti une mauvaise pochette.

Quels sont tes albums préférés ?

75 de Neu!, Like Flies On Sherbert d’Alex Chilton, Approximately Infinite Universe de Yoko Ono et Annette’s Got The Hits de Red Kross.

Ton groupe préféré ?

J’en ai plusieurs: The Kinks, Swell Maps, Neu!, Neil Young et John Fahey.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Pour les affiches de concert, je m’inspire beaucoup de ce que je fais dans mon atelier.
Si un groupe a besoin d’affiches pour une tournée, je vais plus ou moins m’inspirer de mon travail actuel.
Cette habitude de travail permet d’éviter les redites liées au passé et permet de garder de l’enthousiasme.

Comme je te le disais tout à l’heure, le travail pour faire une pochette de disque est réalisé en étroite collaboration avec le groupe. Nous abordons plutôt le côté « ambiance du disque » que les côtés design à proprement parler. Et puis, après, on se dit que le diamant n’était que du charbon au départ…

Quelles sont tes affiches préférées des Allah-Las ?

Les voici.

Allah-Las - Allah-Las

Les Allah-Las seront en concert au festival We Love Green (Paris) le 30 mai 2015.
Vous pouvez retrouver le travail de Robbie Simon sur son site.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Moodoïd © Guimauve

In the Moodoïd

Moodoïd fait partie de ces groupes que l’on reconnait à la première note ou au premier visuel. Moodoïd © Guimauve

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…