Point d’entrée en douceur pour la troisième édition du festival This is NOT a love song.

    Du lourd, déjà du très lourd pour le premier jour du seul festival immanquable de ce presque début d’été, TINALS pour les intimes. En arrivant sur le site, on découvre un superbe jardin éphémère aménagé pour que l’on se sente bien, entre flamands roses, fleurs géantes colorées, coussins pour buller, balançoires pour s’amuser sans gravité, jeunes filles couronnées de fleurs, jeunes garçons aux free hugs tagadas. Mais la musique irradie bien vite l’horizon, Fucked Up et son punk féroce et rageur annonce une soirée tonitruante et électrique. Pendant qu’Ought séduit le club déjà bondé et surchauffé, la folie douce du sinoque et bidouilleur de sons Dan Deacon met une première gifle au public nombreux de la scène Flamingo.

    Ce n’est que le début d’un passage à tabac musical en règle, il suffira d’un Swans en grande forme loué aussi bien par Thurston Moore que John Dwyer un peu plus tard dans la soirée pour voir décoller le festival. Au même moment, venue de Vegas, la révélation Shamir faisait chavirer la grande salle transformée en dance floor avec une pluie de tubes issue de son premier album Ratchet fraîchement sorti la semaine dernière dont ce hit, On the regular.

    Le temps de boire 20 cl de bière et l’on retrouve l’immense Thurston Moore qui pourrait être un flamand rose si sa musique n’était pas si abrasive. Entouré de Steeve Shelley affûté sur ses fûts, le regard bienveillant sur son acolyte de jeunesse, de l’immense Debbie Googe, bassiste de My Bloody Valentine et de James Sewards pour les duels de guitare, l’ex Sonic Youth a sans aucun doute bu toute l’eau de la fontaine de jouvence. Il annonce simplement d’emblée « nous sommes un groupe de rock » et il n’y a pas tromperie sur la marchandise, le quatuor dégaine quelques titres de The best day et défouraille un rock puissant, électrique, éclectique, hypnotique, héroïque. Sur The best day, qui donne son titre à son quatrième album solo, Thurston Moore chante Here’s a man who’s done it all, il n’a pas tort, il n’a plus rien à prouver, « on s’amuse beaucoup, mais sérieusement, parce qu’on n’est plus des gamins ».

    Thurston Moore – Speak To The Wild

    Un petit saut pour écouter Gaz Coombes et se dire que « c’était mieux avant » quand l’herbe était plus grasse et verte, et que l’on a pas sa carte à la WWF, que l’on pratiquerait bien la chasse au Caribou, « génie de l’électro » et l’on se retrouve pour le bouquet survolté final avec le garnement John Dwyer et sa troupe des Thee Oh Sees, son bassiste en furie, ses deux batteurs métronomiques sans clics, malmenant leurs instruments comme pour abattre toutes les forêts avoisinantes. Un set dantesque et sonique comme à son habitude, plongeant l’audience dans une transe extatique source du torticolis du lendemain, surtout pour le pauvre spectateur sorti de la scène sans ménagement mais avec beaucoup de difficultés malgré la bonhomie d’un John Dwyer, perché mais humain.

    To be continued…

    Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
    Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2015

Huge TINALS 2015 !

Troisième édition pour le festival This is not a love song et l’on s’écrie, Cucurrucucu en parcourant la programmation !
Moodoïd © Guimauve

In the Moodoïd

Moodoïd fait partie de ces groupes que l’on reconnait à la première note ou au premier visuel. Moodoïd © Guimauve
This is not a love song Festival

This is NOT a love song, un pur festival

This is not a love song Festival Pendant que d’autres festivals programment des artistes pour attirer le chaland, This is NOT a love song prouve qu’il est possible de s’en passer et de séduire encore plus.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…